Dossier d’œuvre architecture IA80007945 | Réalisé par
  • inventaire préliminaire, arrière-pays maritime picard
Ferme de Becquerelle
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) SMACOPI

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre - Rue
  • Commune Favières
  • Lieu-dit Becquerelle
  • Adresse R.D. 940
  • Cadastre 1828 A1 182-199?  ; 2004 C3 13, 14, 17, 23, 527-533, 542, 571, 573
  • Dénominations
    ferme
  • Appellations
    Ferme de Becquerelle
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, grange, porcherie, étable, étable à chevaux, colombier, charretterie

Une exploitation figure sur une carte de 1715, au lieu-dit appelé Pequerel, ainsi que sur le cadastre napoléonien. Aujourd´hui, le logis a conservé son emplacement d'origine mais une partie des bâtiments (au sud de la propriété) a disparu. L'habitation porte la date de 1857 et les écuries, dans son prolongement, ont été construites en 1924 (tout comme le reste des édifices agricoles, mis à part le pigeonnier. Les porcheries, situées, d'après le propriétaire, à la place du hangar, ont été détruites. Les bâtiments à l'est ont également disparu.

  • Période(s)
    • Principale : 1ère moitié 19e siècle
    • Principale : 3e quart 19e siècle
    • Principale : 1er quart 20e siècle
  • Dates
    • 1857, porte la date
    • 1924, porte la date

Située sur la section dite "Terres au beurre" à la limite du territoire de Rue, cette ferme isolée est composée de bâtiments en brique disposés de part et d'autre d'une cour. Le logis occupe le côté nord-ouest de celle-ci. Long de cinq travées, il dispose d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît. Le toit à longs pans en ardoise est percé de trois souches de cheminée distribuées de façon régulière. Le décor se concentre à la corniche, composée de briques moulurées. Une extension au nord du logis accueille la laiterie et la cave semi-enterrée (dite plat-cul en Picard). Les pièces sont ainsi distribuées, d'ouest en est : deux chambres dans la largeur, une « salle d'apparat », la salle commune, la chambre du propriétaire, flanquée à l'est des écuries. En effet, ces dernières sont situées dans le prolongement du logis. Divisées en quatre boxes, elles disposent d'un comble à surcroît ajouré de deux lucarnes à fenêtres pendantes permettant l'engrangement. A l´arrière des écuries, un appentis abrite une charreterie. Le toit est en tuile. Au sud de la cour se situent, d'est en ouest, la grange et les étables, plus basses (les portes dans le pignon occidental ont été condamnées). Le décor à la corniche est le même que sur les écuries. Là aussi, le toit à longs pans est en tuiles. Le colombier de section carrée occupe le coeur de la cour. Il est en brique et dispose d'un toit en pavillon, en ardoise. Il est ouvert sur les deux niveaux, de portes cintrées.

  • Murs
    • brique
  • Toits
    tuile, ardoise
  • Étages
    en rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • toit en pavillon
    • toit à deux pans
    • appentis
    • pignon couvert
    • pignon découvert
  • Statut de la propriété
    propriété privée

La qualité architecturale du logis permet d'imaginer celle des bâtiments du milieu du 19e siècle, aujourd'hui remplacés par des constructions du début du 20e siècle.

Documents figurés

  • Favières. Plan cadastral, 1828 (AD Somme ; 3 P 1348).

Date d'enquête 2005 ; Date(s) de rédaction 2005
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) SMACOPI
Articulation des dossiers