Dossier d’œuvre architecture IA80010028 | Réalisé par
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Dufournier Benoît (Enquêteur)
Dufournier Benoît

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Val-de-Nièvre
  • patrimoine industriel, Somme
Cités ouvrières Saint Frères à l'Étoile, dites cités Neuves
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
  • Commune L'Étoile
  • Adresse 265-291 rue Anthime-Gigaut , 293-321 rue Victor-Hugo
  • Cadastre 1978 AH 291 à 304 Parcelles cadastrales de la cité Gigaut. ; 1978 AH 306 à 320 Parcelles cadastrales de la cité Hugo.
  • Dénominations
    cité ouvrière
  • Appellations
    Saint Frères, cités Neuves
  • Parties constituantes non étudiées
    maison, remise, cour, jardin

Les cités Neuves n°1 et n°2 sont construites à l'initiative de la société Saint Frères vers 1920. Elles apparaissent sous cette dénomination en mars 1920, lors du décès "à son domicile" de Florimond Lefebvre. En 1926, il est toutefois encore question officiellement de logements dépendant des Moulins-Bleus (n°416 à 429). L'appelation de cité Neuve apparaît clairement lors du recensement de population de 1931.

En 1978, lors de la nouvelle dénomination des rues, les deux cités neuves sont renommées en fonction du nom de la rue. L'ancienne cité n°1 porte ainsi le nom de cité Anthime-Gigaut, maire adjoint de l'Étoile entre 1945 et 1976. L'ancienne cité n°2 porte le nom de cité Victor-Hugo.

Les deux cités ouvrières sont construites en parallèle, en rangée et à pignons sur rue, entre la rues Jules-Verne et la rue Saint-Martin située en contrebas. Ces deux alignements de logements ne se répondent pas en vis-à-vis, mais exposent leur façade principale vers l'est. La cité Victor-Hugo comprend quinze logements ; la cité Anthime-Gigaut comprend quatorze logements. Les dépendances sont situées à l'arrière du logement, entre la courette et le jardin.

  • Murs
    • brique
  • Toits
    tuile mécanique
  • Étages
    étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
  • Typologies
    logement individuel ; implantation en rangée ; pignon sur rue
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Ce dossier de repérage du patrimoine industriel établi en 1991 a été mis à jour et enrichi en 2012 et 2013 dans le cadre de l'inventaire topographique du Val-de-Nièvre.

Documents d'archives

  • AD Somme. Série P ; 3 P 296/8. L’Étoile. Matrice des propriétés bâties.

Documents figurés

  • Vue aérienne des cités ouvrières, carte postale, vers 1950 (Collection J. Hérouart).

  • Vue d'ensemble de la cité Neuve, tirage photographique, vers 1937 (coll. J. Hérouart).

Date d'enquête 1991 ; Date(s) de rédaction 1991, 2012, 2013
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Dufournier Benoît
Dufournier Benoît

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.