Dossier d’œuvre architecture IA80010515 | Réalisé par
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • enquête thématique régionale, La première Reconstruction
  • patrimoine de la Reconstruction
Groupe scolaire de Ham
Œuvre repérée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Ham
  • Commune Ham
  • Adresse 4 à 18 rue de Sorigny , rue du Théâtre , ancienne rue Marché-Franc
  • Dénominations
    école primaire, groupe scolaire
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, cour, jardin, cinéma

Le cadastre napoléonien de 1826 ne figure aucun bâtiment public à usage d'école.

Les sources conservées aux archives départementales (série 0) indiquent qu'une maison située rue de Sorigny est acquise en 1838 pour l'installation d'une école primaire de garçons. L'édifice est reconstruit en 1847, sur les plans de l'architecte Dufour.

Une salle d'asile est installée dans une propriété (ancienne pension d'Offémont située rue de Sorigny en 1851) acquise en 1858, qui sera appropriée et agrandie sur les plans de l'architecte Robbe, "la salle d'asile étant devenue tout à fait insuffisante pour le nombre d'enfants qui y sont admis, il est de toute nécessité d'exhausser et d'agrandir les locaux affectés à cet établissement".

Bocquet (1912) indique l'école de garçons, construite rue de Sorigny, est confié aux frères de l’École Chrétienne de 1857 à 1879, date à laquelle elle redevient publique. Située à l'angle de la rue de Sorigny et de la rue du Marché-Franc (actuelle rue du Théâtre), l'école maternelle est créée en 1856. "Elle rend évidemment de grands services, car elle permet aux familles de cette ville éminemment laborieuse et industrielle, de faire soigner leurs enfants jusqu'à 7 ans, pendant qu'elles se livrent au travail". Ces deux écoles sont représentées sur le plan de la ville de 1862.

Projetée dès la fin des années 1870, la construction d'une nouvelle école de garçons et d'une école maternelle sera réalisée sur des plans dressés par l'architecte Emile Ricquier en 1896, comprenant la construction de classes (rue de Sorigny), de logements pour l'institutrice et le directeur de l'école et l'aménagement des anciennes salles de classes. La réception des travaux a lieu en 1900.

Le projet de reconstruction des écoles sur les plans dessinés par l'agence Brassart-Mariage en 1923, est approuvé par le conseil municipal en 1924. Les travaux sont réalisés par l'entreprise Mazarotto en 1928. La réception des travaux a lieu la même année.

Les logements construits en 1900 sont conservés pour être affectés aux institutrices adjointes mariées. L'école maternelle et l'école de garçons sont reconstruites rue de Sorigny. L'école de filles est reconstruite rue du Marché-Franc (actuelle rue du Théâtre), à l'emplacement de l'ancienne école maternelle. L'ancien bâtiment d'isolement de l'ancien hospice, situé dans la cour de la nouvelle école de garçons, est également conservé pour y installer des salles d'expérience et de dessin. Au rez-de-chaussée de l'école des garçons, dans le bâtiment sur rue, est installée une salle de réunion et de cinéma.

  • Période(s)
    • Principale : milieu 19e siècle , (détruit)
    • Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
  • Dates
    • 1847, daté par source
    • 1857, daté par source
    • 1896, daté par source
    • 1923, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Ricquier Emile
      Ricquier Emile

      Architecte des Hospices et architecte départemental.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte attribution par source
    • Auteur :
      Brassart-Mariage agence d'architecture
      Brassart-Mariage agence d'architecture

      L'agence Brassart-Mariage père et fils, installée à Saint-Quentin (Aisne), est chargée de la reconstruction des équipements publics plusieurs villes de la Somme et de l'Aisne, après la première guerre mondiale. Le bureau de Ham est dirigé par Henry Brassart, architecte saint-quentinois né en 1902, fils de Louis Brassart-Mariage (1875-1933), à qui sont attribués l'ensemble des réalisations de l'agence. Louis Brassart-Mariage est formé auprès de Charles Chérier, architecte à Saint-Quentin. Parmi les réalisations de l'agence figurent les mairies et les écoles de Brissay-Choigny, Remigny, Morcourt,Grugies, Gouy, Tugny-et-Pont, Hinacourt, Ly-Fontaine, Seconcourt, Sequehart. Il est également l'auteur de la reconstruction de la minoterie de Brissay-Choigny.

      Maison d'habitation de Louis Brassart-Mariage : 1, rue de l'Etat-Major à Saint-Quentin

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      agence d'architecture attribution par source
    • Auteur :
      Robbe Jules Louis Joseph
      Robbe Jules Louis Joseph

      Architecte. Né à Lille, installé à Péronne (La Chapelette) en 1869 (liste électorale) et 1872 (recensement de population).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte attribution par source

Le groupe scolaire, organisé en plusieurs unités fonctionnelles juxtaposées, occupe une vaste parcelle d'angle.

A l'est (rue du Théâtre), l'école de filles comprend un long bâtiment à étage carré sur rez-de-chaussée surélevé, à usage de salles de classes, prolongé par deux ailes basses (rue du Théâtre), et une cour plantée.

Au centre (rue de Sorigny), l'école maternelle comprend un bâtiment d'accès sur rue, en rez-de-chaussée surélevé. Inscription au-dessus du porche / ECOLE MATERNELLE. Un second bâtiment en retour d'équerre, à l'est de la cour.

A l'ouest (rue de Sorigny), l'école de garçons comprend un bâtiment en rez-de-chaussée surélevé, sur rue, à accès principal et deux accès secondaires. Inscription au-dessus du porche : ECOLE DE GARCONS. Un second bâtiment à étage carré en retour d'équerre s'élève à l'est de la cour.

Ces différents bâtiments de classes sont associés à plusieurs logements situés en bordure de la rue de Sorigny, intercalés entre les différents bâtiments d'accès aux écoles (ill.).

L'ensemble est construit en briques et couvert d'ardoises.

  • Murs
    • brique
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    1 étage carré
  • Typologies
    logement indépendant
  • Statut de la propriété
    propriété publique

Reconstruites sur des plans de l'agence Brassart-Mariage de 1923, les écoles de Ham sont réunies en un groupe scolaire achevé en 1928. Les nouvelles salles de classe y sont plus spacieuses et plus largement éclairées et une salle de cinéma est aménagée dans l'école de garçons.

Elles succèdent à plusieurs écoles aménagées ou construites depuis le début du 19e siècle, rue de Sorigny, pour accueillir les enfants de plus en plus nombreux. L'école de filles sera d'ailleurs transférée rue de Chauny en 1904.

Plusieurs témoins de ces étapes successives sont encore présents aujourd'hui, en particulier des logements construits en 1900 (rue Sorigny) et l'ancien bâtiment d'isolement de l'hospice (dans la cour de la nouvelle école de garçons).

Documents d'archives

  • AD Somme. Série O ; 99 O 2058. Ham. Travaux communaux.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 2063. Ham. travaux communaux. Ecoles.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 2065. Ham. Travaux communaux. Ecoles.

  • AD Somme. Série M ; 6 M 410. Recensement de population. Ham.

    1851.

Bibliographie

  • BOCQUET, E. Guide du touriste à Ham. Ham : Jeuniet-Rasse, 1912.

    p. 35.
  • FLEURY, Elie, DANICOURT, Ernest. Histoire populaire de la ville et du château de Ham. Ham : E. Quentin éditeur, 1881.

    12-13.

Documents figurés

  • Ham. Ecole de garçons. Plans, Elévation et coupe, Dufour architecte, 1847 (AD Somme ; 99 O 2028).

  • Plan de la ville et du château de Ham. Ch. Gomart, del., 1862. Imp. lith. Lagache-Morgand, St Quentin.

  • Hospice de Ham [et écoles], plan général à l'échelle de 0,005 m, état 1914, tirage bleu, Henri Brassart (architecte), 15 avril 1920 (AD Somme ; 10 R 621).

Date d'enquête 2015 ; Date(s) de rédaction 2015
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers