Dossier d’œuvre objet IM02000532 | Réalisé par ;
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, canton de Villers-Cotterêts
  • mobilier et objets religieux
Vitrail tableau : Saint Louis rendant la justice (baie 6)
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Ministère de la culture - Inventaire général
  • (c) Département de l'Aisne
  • (c) AGIR-Pic

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Soissonnais - Villers-Cotterêts
  • Commune Coyolles
  • Adresse Église paroissiale Notre-Dame (Nativité de la Vierge) , place de l' Église
  • Emplacement dans l'édifice chapelle de la Vierge, à l'extrémité du bas-côté sud (baie 6)

Comme en témoignent les inscriptions peintes dans sa bordure inférieure, ce vitrail tableau est une œuvre du peintre-verrier François Pé, dont l'atelier était alors situé 25 rue La Fontaine à Paris. Bien que la verrière ne soit pas datée, sa réalisation peut être approximativement placée vers 1875-1877. En effet, elle coïncide avec - ou suit de peu - la reconstruction de la chapelle de la Vierge, achevée en 1875 (une plaque de cuivre, fixée à l'intérieur de cette chapelle mentionne la restauration et la date). En outre, l'inscription peinte sur la verrière précise qu'elle a été offerte par Madame Daudin (décédée en 1877), membre de la famille Moreau-Daudin, propriétaire du château de Coyolles dans la seconde moitié du 19e siècle.

Si la composition représente Saint Louis rendant la justice à Vincennes, plusieurs visages ont été néanmoins peints d'après des portraits photographiques de la famille Moreau. En particulier, le secrétaire de Saint Louis pourrait avoir reçu le visage d'Eugène Favard.

Les archives communales et une plaque commémorative apposée dans l'église signalent que cette verrière a été restaurée avec les autres de l'édifice en 1969 par Claude Barre, peintre-verrier à Amiens.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Lieu d'exécution
    Commune : Paris
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Pé François
      Pé François

      François Pé est né en octobre ou novembre 1826 ou 1827 à Mirande (Gers). Le 6 juin 1857, il épouse à Paris (10e) Marie Deix, née au Temple-sur-Lot (Lot-et-Garonne) le 29 novembre 1823, et qui décède à Paris, 104 avenue Kléber, le 12 octobre 1890, âgée de 66 ans.

      Ce peintre-verrier, qui vers 1874-1875 est installé 25 rue La Fontaine à Auteuil (16e), est mort le 3 mai 1894 à 67 ans. Au moment de son décès, il habite 14 rue Mesnil à Paris (16e).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre-verrier

La baie est composée de deux lancettes juxtaposées en arc brisé, surmontées d'un oculus de réseau central, en forme de quadrilobe. La verrière est réalisée avec des pièces de "verre antique", colorées ou incolores, gravées, puis peintes à la grisaille et au jaune d'argent. Les verres sont assemblés par un réseau de plomb.

  • Catégories
    vitrail
  • Structures
    • lancette, 2, en arc brisé, juxtaposé
    • oculus de réseau, polylobé
  • Matériaux
    • verre transparent, soufflé, taillé, gravé, peint, grisaille sur verre, jaune d'argent
    • plomb, réseau
  • Précision dimensions

    Dimensions de chaque lancette : h = 233 ; la = 75.

  • Précision représentations

    La scène représente le roi Saint Louis rendant la justice à Vincennes, dont le château se dresse dans le lointain. Le roi est assis de profil sous un dais. Un soldat casqué, portant la lance et le bouclier se tient debout à côté de lui. Derrière le souverain, un secrétaire enveloppé dans un vaste manteau, prend note des décisions royales sur un document posé sur un pupitre. Plusieurs plaignants sont groupés, agenouillés ou debout devant le souverain.

    Certains visages reproduisent des portraits de membres de la famille Moreau-Daudin, d'après photographies. Le secrétaire du roi aurait reçu, soit le visage d'Auguste-Ferdinand-Louis Moreau (1797-1867), soit celui de son gendre Eugène Favard (1819-1878). La femme portant un enfant dans les bras pourrait avoir le visage d'Adèle Favard, épouse d'Antonin du Bourg de Bozas, ou celui de Louise Meiffren-Laugier de Chartrouse, épouse d'Auguste-Frédéric Moreau. Il est enfin probable que des portraits d'enfants de cette famille aient servi à la représentation des enfants visibles dans le groupe de plaignants.

    Dans le quadrilobe supérieur, a pris place Dieu le Père, vu de face et à mi-corps, qui se détache sur un triangle, symbole de la Trinité. Coiffé de la tiare et vêtu d'une chape, il porte le globe terrestre dans une main et bénit de l'autre.

  • Inscriptions & marques
    • inscription concernant le donateur, peint, sur l'oeuvre
    • inscription concernant le lieu d'exécution, peint, sur l'oeuvre
    • marque d'auteur, peint, sur l'oeuvre
  • Précision inscriptions

    Les inscriptions sont peintes dans la bordure inférieure de la verrière ; inscription concernant le donateur : Offert par Mme Daudin. Inscription concernant le lieu d'exécution : 25, rue LAFONTAINE AUTEUIL-PARIS. Marque d'auteur : FP

  • État de conservation
    • grillage de protection
  • Précision état de conservation

    La grisaille tend à disparaître par endroits, surtout sur les visages.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    inscrit au titre objet, 2000/09/01
  • Référence MH
Date d'enquête 1992 ; Date(s) de rédaction 1993
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) AGIR-Pic
(c) Département de l'Aisne
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.