Dossier d’œuvre objet IM02001270 | Réalisé par ;
Plouvier Martine
Plouvier Martine

Historienne, Martine Plouvier a été conservateur régional de l'Inventaire général de Picardie, conservateur en chef aux Archives nationales et directrice du Centre d'études et de recherches prémontrées.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, canton de Villers-Cotterêts
Décor du petit escalier du logis (voûte, quatre arcs, vingt-huit consoles d'architecture, garde-corps)
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Ministère de la culture - Inventaire général
  • (c) Département de l'Aisne
  • (c) AGIR-Pic

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Soissonnais - Villers-Cotterêts
  • Commune Villers-Cotterêts
  • Adresse Château , 1 place Aristide-Briand
  • Emplacement dans l'édifice angle sud-est du logis : petit escalier droit
  • Dénominations
    voûte, arc, garde-corps, console d'architecture

Le petit escalier du logis a été réalisé et décoré entre 1530 et 1550, pour le roi François Ier, par des sculpteurs de l'atelier des frères Jacques et Guillaume Le Breton, maîtres maçons et maîtres d’œuvre. Son décor est inachevé dans la dernière volée qui conduit au second étage. Plusieurs des sujets représentés sur les caissons reproduisent des créations de maîtres italiens. Le caisson où l'on reconnaît Jupiter consolant l'Amour copie une peinture murale réalisée par Raphaël dans la loggia de Psyché à la Farnésine, sans doute par le biais d'une gravure de Marcantonio Raimondi. Celui avec Hercule et le lion de Némée reproduit une plaquette en bronze de Moderno. Celui occupé par la compétition musicale entre Apollon et Marsyas s'inspire d'une autre plaquette en bronze, attribuée à Giovanni Bernardi.

Le petit escalier droit du logis (escalier rampe-sur-rampe) occupe la profondeur de l'aile est. Édifié en calcaire, il est formé de plusieurs volées couvertes, soit par une voûte plate inclinée, soit par une voûte plate horizontale. Les grands caissons qui ornent la voûte sont séparés et portés par des arcs diaphragmes ou des architraves reposant sur des consoles. Tous ces éléments sont entièrement recouverts d'un décor en relief de profondeurs variées. Entre le rez-de-chaussée et le premier étage, l'escalier est traversé par un passage, bordé par un garde-corps sculpté et ajouré.

  • Catégories
    taille de pierre, sculpture
  • Structures
    • plan, rectangulaire
  • Matériaux
    • calcaire, taillé, décor en relief, décor dans la masse
  • Précision dimensions

    l = 1000 ; la = 130 (mesures approximatives). La longueur correspond à la profondeur de l’'aile est du logis. La largeur est celle d’'une volée.

  • Précision représentations

    Les caissons abritent des scènes qui se détachent sur un fond de feuillage. Ils représentent : une figure féminine nue, dont les pieds se terminent en feuillage ; deux jeunes hommes nus encadrant des armoiries ; l'Amour enfant, les yeux bandés, armé de son arc et de son carquois, tenant un vase rempli de grenades ; un satyre dévêtant une nymphe endormie ; Vénus retenant le bras de l'Amour et lui confisquant sa flèche ; Hercule étouffant entre ses bras le lion de Némée ; Mercure, reconnaissable par ses sandales ailées, le caducée et une flûte ; Jupiter assis, barbu et couronné, consolant l'Amour adolescent ; le concours musical entre Apollon, debout, appuyé sur sa lyre, et le satyre Marsyas, en train de jouer de la flûte ; enfin, un dernier caisson est orné d'une tête ailée, probablement féminine. Une salamandre occupe le garde-corps du passage qui traverse l'escalier.

    L'entourage de ces caissons, les arcs diaphragmes, les architraves et leurs supports sont recouverts d'une abondante décoration qui unit à des motifs végétaux tels que feuilles d'acanthe, rosaces, masques feuillus, rinceaux et crosses, des têtes de chérubins et de putti, des bustes d'ange et des cornes d'abondance.

  • État de conservation
    • manque
    • mauvais état
  • Précision état de conservation

    La première volée n'a conservé que des fragments de son décor. Certains caissons manquent ou ont été endommagés : celui représentant Mercure est privé de la moitié supérieure du personnage.

  • Statut de la propriété
    propriété de l'Etat
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    classé au titre immeuble, 1997/02/13
  • Référence MH

Bibliographie

  • FRANCE. Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France. Commission régionale Picardie. Villers-Cotterêts, un château royal en forêt de Retz. Dir. Martine Plouvier ; réd. Christiane Riboulleau ; photogr. Thierry Lefébure. Amiens : AGIR-Pic, 1991 (Cahiers de l'Inventaire ; 24).

    p. 92-99.
  • PALUSTRE, Léon. La Renaissance en France. Paris : A. Quantin, 1879, volume I.

    p. 130-133.

Documents figurés

  • PETIT ESCALIER DU CHÂTEAU DE VILLERS-COTTERETS, gravure, par Eugène Sadoux, graveur, [ca 1879]. In : PALUSTRE, Léon. La Renaissance en France. Paris : A. Quantin, 1879, t. 1, p. 131 (Laon, musée d'Art et d'Archéologie : 989. 17).

  • Villers-Cotterêts - Château Royal de François Ier. Escalier du Roy - La Salamandre du Balcon de Jean Goujon, carte postale, Risse, libraire-éditeur à Villers-Cotterêts, [vers 1900] (coll. part.).

Date d'enquête 1991 ; Date(s) de rédaction 1991
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) AGIR-Pic
(c) Département de l'Aisne
Plouvier Martine
Plouvier Martine

Historienne, Martine Plouvier a été conservateur régional de l'Inventaire général de Picardie, conservateur en chef aux Archives nationales et directrice du Centre d'études et de recherches prémontrées.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.