Dossier de présentation du mobilier IM60000004 | Réalisé par
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
; ;
Plouvier Martine
Plouvier Martine

Historienne, Martine Plouvier a été conservateur régional de l'Inventaire général de Picardie, conservateur en chef aux Archives nationales et directrice du Centre d'études et de recherches prémontrées.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, canton de Noyon
  • mobilier et objets religieux
Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Nicolas, Église paroissiale Saint-Nicolas de Baboeuf
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Sources et Vallées - Noyon
  • Parties constituantes non étudiées
    verrière, statue, bas-relief, dalmatique

L´abbé Tassus (1908) décrit et documente une partie du mobilier de l´église.

En 1699, Godebert de la Porte fait réparer le plancher de la nef et les lambris qui sont près des crédences. Il achète à Nicolas Sensse de Noyon, une grande lampe pour le choeur, un bénitier, un baiser de paix de la Résurrection (étudié) et une navette pour mettre l'encens. Il fait également fabriquer des bancs pour les femmes puis, pour un plancher au grand autel et une galerie autour des fonts baptismaux, par Antoine Levert, menuisier à Ham.

Le buffet de la sacristie est exécuté par Lubin, menuisier à Chauny en 1778, date d´acquisition d´un fauteuil de célébrant auprès d´un marchand de Noyon. Divers ornements sont acquis en 1780 à Louis Liage, marchand d'ornements à Jussy. Le maître-autel, exécuté par le marbrier Thomas de Beaumont (Brabant), est posé en 1782. Il n'en subsiste à la date de l'enquête qu'un fragment en marbre (fig.3). De nouveaux bancs sont fabriqués par Lubin, menuisier à Chauny, en 1788, date de la restauration des fonts baptismaux.

Les cloches que l'église possédait au moment de la Révolution avaient été bénites en 1743. La grosse pesait 1100 kilos. Une autorisation de Mgr de Grimaldi, en date du 11 Mai 1786, permit à la fabrique de faire refondre la moyenne, qui était fêlée, par Florentin Cavillier, de Carrépuis. La nouvelle cloche, pesant 1543 livres, fut bénite le mardi de la Pencôte 1786. En 1793, les deux petites furent enlevées.

En 1818, avec la grosse qui était restée, on fit trois petites cloches dont la plus grosse pesait 530 kilos. Celle-ci fut nommée Marie-Reine- Louise. La seconde fut nommée Marie-

Nicole- Alexandrine. En 1870, la moyenne cloche étant fêlée, on les remplaça par trois autres provenant de la fonderie Lecul et Daperon d'Amiens. La grosse pèse 1203 kilos, la moyenne 900 kilos. et la petite 656 kilos.

L´aménagement et le décor intérieurs sont refaits entre 1856 et 1862 (peinture des lambris du choeur et carrelage du choeur) et le mobilier est renouvelé. Un grand dais pour les processions du Saint-Sacrement est acquis entre 1851 et 1853. Le chemin de croix est donné par Mademoiselle Boisset en 1857 et un bâton de la Vierge est acquis en 1859. En 1864, une statue de saint Nicolas est offerte par les jeunes gens de la paroisse, la fabrique fait aussi l´acquisition d'un harmonium pour accompagner le chant et d'un confessionnal en chêne fait par Pierre Letourné, menuisier à Baboeuf.

En 1865, madame Etienne Gavé, de Paris, donne les fonts baptismaux en marbre blanc et la grille de communion. L´année suivante, deux lutrins avec livres de chant sont placés dans le choeur. En 1869, installation d'une chaire dans le style de l'église. En 1883, des bancs sont placés dans le choeur, dont les lambris sont réparés.

L'église possède quatre tableaux sur toile, l´Adoration des Bergers, le Mariage de la Sainte-Vierge, un Saint Sébastien, une scène très remarquable de Jésus chez Lazare, avec ses apôtres (en face de lui, Marthe et Marie). C'est une excellente copie d'un chef-d'oeuvre de Lesueur qui nous vient de l'abbaye de Saint-Eloi.

De nouvelles verrières, offertes par mademoiselle Florence Cavé en souvenir de sa soeur décédée, marraine de la moyenne cloche, sont posées dans la chapelle de la sainte Vierge (1876). Sont également posés, dans la nef, les vitraux de Sainte-Anne et de Sainte- Catherine (1885), provenant des ateliers du Mesnil-Saint-Firmin, puis ceux de Saint-Médard et de Saint- Eloi (1887), provenant de la maison Latteux-Bazin, enfin ceux du choeur (1904), des ateliers Koch de Beauvais et Bulteau de Noyon.

Dans le choeur, le vitrail du milieu représente la Cène et au-dessus le Crucifiement.

A droite, le vitrail de saint Joseph est composé de six médaillons représentant, le mariage de la Sainte-Vierge, la naissance de l'Enfant Jésus, la Fuite en Egypte, l'intérieur de Nazareth, Jésus au milieu des docteurs et la mort de saint Joseph.

A gauche, le vitrail de saint Nicolas, composé également de six médaillons la charité de saint Nicolas surpris jetant une bourse pour doter trois jeunes filles pauvres ; son sacre ; sur mer il ressuscite un matelot ; débarqué à Alexandrie, il guérit les malades ; il délivre de la mort trois chevaliers innocents ; saint Nicolas protecteur de l'enfance.

Dans la sacristie, un panneau en chêne, qui autrefois faisait probablement partie d'un triptyque, représente le Sauveur tenant le calice la main avec cette inscription : « Pasuas sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, sepullus ».

Les sources conservées aux archives départementales (série O) signalent la réception des nouvelles cloches, fondues par Lecull et Daperon d'Amiens, le 7 décembre 1875. En 1923, 12 bancs fabriqués par Poleux et Platel, menuisiers à Baboeuf, sont placés dans l'église. La chaire à prêcher est inaugurée en 1928.

Documents d'archives

  • AD Oise. Série O. Administration communale.

    Baboeuf.

Bibliographie

  • Bulletin religieux.

    1928, n°12, p. 145.
  • TASSUS, Abbé. Notes historiques sur la paroisse de Baboeuf. Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1908.

    tome XXI, p. 29-33.

Annexes

  • LISTE DES OEUVRES NON ETUDIEES
  • Description de l'église par l'abbé Tassus, extrait de TASSUS, Abbé. "Notes historiques sur la paroisse de Baboeuf". Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1908, p. 30 à 32.
Date d'enquête 1984 ; Date(s) de rédaction 2009
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) AGIR-Pic
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Plouvier Martine
Plouvier Martine

Historienne, Martine Plouvier a été conservateur régional de l'Inventaire général de Picardie, conservateur en chef aux Archives nationales et directrice du Centre d'études et de recherches prémontrées.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Édifice
Église paroissiale Saint-Nicolas de Baboeuf

Église paroissiale Saint-Nicolas de Baboeuf

Commune : Babœuf
Adresse : rue de l' Eglise