Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien couvent d'ursulines de Noyon, devenu petit séminaire, puis collège (détruit)

Dossier IA00049508 inclus dans La ville de Noyon réalisé en 1986

Fiche

Les Ursulines sont installées à Noyon, en 1628, par Gilles de Berry, chanoine de Noyon, curé de Saint-Martin (1611-1629), grand vicaire de l´évêché. Placées sous la conduite de la supérieure Françoise Le Seillier, originaire d´Amiens, les religieuses ont pour vocation d´éduquer et d´instruire gratuitement les jeunes filles.

En 1632, elles agrandissent leur propriété en achetant une grange avec jardin (rue de l´Ange), puis le jeu de l´Arc, en 1699, et encore trois maisons dans la même rue, en 1713-1714.

Saisi comme bien national, le couvent est d´abord destiné au casernement du département de l´Oise. Il est alors connu par un plan, dressé en l´an VII par l´ingénieur militaire Pillon, figurant d´un côté le casernement de la place, de l´autre la partie à achever (AD Oise, 1Q II 304). Les bâtiments claustraux furent ensuite affectés au logement de prisonniers espagnols et la chapelle transformée en salpêtrière.

De 1813 à 1820, un dépôt départemental de mendicité fut établi dans les locaux, qui donnaient rue des Ursulines (AN, N II Oise 52). En 1823, le département cède les bâtiments à la ville pour y établir un petit séminaire, en compensation de la perte du siège de l´évêché. Dès 1830, une nouvelle chapelle est construite, transformée plus tard en salle des fêtes.

Le séminaire, cédé à l´évêché en 1866, est agrandi grâce à l´acquisition d´une maison voisine ouvrant sur la rue Saint-Eloi, où sont logés le supérieur et l´économe. L´abbé Billa fait ensuite dresser les plans d´un nouveau petit séminaire. L´ambitieux projet, qui nécessitait un nouvel emplacement, fut abandonné, faute de moyens. Les classes qui longeaient la rue de l´Ange furent démolies en 1872, pour être remplacées par de nouveaux bâtiments construits en 1873, sur les plans de l´architecte D. Dablin, établi à Saint-Quentin et sous la direction de Malizieux (Egret, 1980, Vauchelles, 1907).

L´importance des souscriptions permit au supérieur de faire rebâtir, sur un plan plus vaste : une chapelle, une salle d´étude, un dortoir, une lingerie et des chambres pour les professeurs. L´architecte amiénois Paul Delfortrie dessina les plans de la chapelle, au décor de laquelle ont contribué plusieurs artistes : le sculpteur amiénois Hesse et les verriers Claudius et Noël Lavergne. La maison Buisine de Lille exécuta le grand autel et les autels latéraux, le confessionnal et les stalles. Les travaux furent exécutés de 1876 à 1878. A cette occasion, le reste du cloître des Ursulines et la grande étude furent détruits, comme l´avait été, dès 1876, l´ancien réfectoire.

Les séminaristes sont expulsés en 1907 et partent pour Pont-Sainte-Maxence (abbaye du Moncel). Un collège fut établi dans les bâtiments, qui subirent une destruction partielle en 1918. Le petit séminaire, qui servit d´internat au lycée, fut entièrement rasé en 1981-1982.

Du couvent des Ursulines, il subsiste un portail d´entrée qui, menacé par l´alignement de la rue, fut démonté en 1929 à l´initiative de l´architecte en chef André Collin, qui n´avait pu obtenir son classement parmi les monuments historiques, demandé en 1926.

Genre d'ursulines
Parties constituantes non étudiées chapelle, cour, cloître
Dénominations couvent, séminaire, collège
Aire d'étude et canton Sources et Vallées - Noyon
Adresse Commune : Noyon
Adresse : rue Paul-Bert , ancienne rue des Ursulines , ancienne rue du Petit-Séminaire
Cadastre : 1831 H 735, 736 ; 1974 AL 162, 163

Le couvent d'ursulines est fondé à Noyon en 1628. Sécularisé en 1792, il est transformé en caserne et en dépôt de mendicité, de 1813 à 1820. En 1823, on y installe le petit séminaire, dont une aile sera reconstruite de 1872 à 1873, sur les plans de l'architecte D. Dablin, de Saint-Quentin. A partir de 1876, une autre aile, comprenant une chapelle de style néo-roman, est reconstruite, sur les plans de l'architecte amiénois Paul Delefortrie, qui travaille ici avec le sculpteur amiénois Hesse et le verrier Claudius Lavergne. Le mobilier provient de l´atelier lillois Buisine. L'ancien cloître des Ursulines est démoli en 1879. Après l'expulsion des séminaristes, en 1906, l'édifice devient un collège, qui sera partiellement détruit en 1918. Le portail de l'ancien couvent a été démonté et déposé dans la galerie ouest du cloître de la cathédrale.

Parties déplacées à Commune : Noyon
Période(s) Principale : milieu 17e siècle, 4e quart 18e siècle, 1er quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates 1872, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Dablin D., architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Hesse, sculpteur, attribution par travaux historiques
Auteur : Lavergne Claudius, verrier, attribution par travaux historiques
Auteur : Buisine, menuisier, attribution par travaux historiques
Auteur : Delefortrie Paul Jules Joseph, dit(e) Paul Delefortrie,
Paul Jules Joseph Delefortrie , dit(e) Paul Delefortrie (1843 - 1910)

Architecte. Né à Tourcoing, élève de Victor Delefortrie (1810-1889), son père avec lequel il travaille de nombreuses années, et de l'architecte lillois Vandenbergh. Domicilié à Amiens, 8 place de Longueville (recensement de 1881).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Murs calcaire
moyen appareil
pierre avec brique en remplissage
Toit tuile plate, ardoise
Étages sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble
Couvrements voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre
États conservations détruit
Techniques sculpture
vitrail
Éléments remarquables portail

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Oise. Série H ; H 11114. Ursulines de Noyon. Maison et grange rue de l'Ange (1632-1714).

  • AD Oise. Série H ; H 11126. Ursulines de Noyon. Suppression du couvent (1791).

  • AD Oise. Série V ; 1V 524. Petit séminaire (1906-1909).

  • AD Oise. Série V ; 1V 569. Petit séminaire (1906).

  • AD Oise. Série V ; 1V 639. Séquestre du petit séminaire de Saint-Lucien et de Noyon (1906) .

  • AD Oise. Série V ; 1V 645. Petit séminaire de Noyon. Attribution des biens (1907-1908).

Documents figurés
  • Relevé du plan cy-devant plan du couvent des Ursulines de Noyon, dessin, 22 messidor an VII. (AD Oise, 1 Q III 304).

  • Dépôt de mendicité - ville de Noyon : plan du rez-de-chaussée, dessin par Balzac, août 1813 (AN, série N II, Oise 52 2, 1813).

  • Entrée du petit Séminaire fermé en décembre 1906. Façade démolie en novembre 1909, carte postale, avant 1914 (coll. part).

  • Petit Séminaire. La chapelle, carte postale, avant 1914 (coll. part.).

  • Petit Séminaire. Salle des fêtes, carte postale, avant 1914 (coll. part.).

  • Petit Séminaire. Vue prise des dortoirs, carte postale, avant 1914 (coll. part.).

Bibliographie
  • AGRET, Abbé Antoine. Les débuts de l'ancien petit séminaire de Noyon. Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Noyon, tome XXXV, 1980.

    p. XLV.
  • BLOND, Abbé. Les Ursulines de Noyon. Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1872.

    tome IV, p. 204.
  • VAUCHELLE, Abbé. Le petit séminaire de Noyon. Saint-Quentin, 1907.

  • INVENTAIRE GENERAL. La ville de Noyon. Dir. Martine Plouvier. (Cahiers de l'inventaire ; 10). Catalogue de l'exposition : "Noyon, mille ans d'art et d'architecture", Musée du Noyonnais, 20 juin-5 octobre 1987. Amiens : AGIR-Pic, 1987.

    p. 183-185
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic - Hérold Michel - Nafilyan Alain