Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien prieuré, puis église paroissiale Saint-Léger et ancien cimetière de Flixecourt

Dossier IA80009859 inclus dans La ville de Flixecourt réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Vocables Saint-Léger
Dénominations prieuré, église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
Adresse Commune : Flixecourt
Adresse : impasse de l' Église
Cadastre : 1834 A2 625 ; 1991 AK 153

D'après des travaux historiques menés au 19e siècle, l'église paroissiale de Flixecourt serait associée à la présence d'un prieuré-cure, fondé par Aleaume d'Amiens avant le milieu du 12e siècle, et dépendant de l'abbaye Saint-Lucien de Beauvais. La fondation est approuvée en 1150 par Thierry, évêque d'Amiens entre 1144 et 1164. A partir de 1583, il dépend du collège des Jésuites d'Amiens. Ce prieuré est à l'époque desservi par un prieur et un sous-prieur, et possédait un droit de dîmes de 450 livres à prendre sur le territoire d'Havernas. Accessible depuis la rue Saint-Pierre, la propriété se composait d'une maison prieurale d'habitation à un étage complétée d'un colombier, d'un puits, d'étables, d'un jardin et d'une chapelle. Cette propriété fut rachetée en 1848 par la commune, qui y construisit l'école primaire des filles.

L'ancienne église priorale semble être à l'origine de l'église paroissiale. L'édifice n'est connu que par la description de l'abbé Jumel en 1876, d'après des sources non référencées par l'auteur. Il apparait d'emblée comme une construction relativement simple et modeste, mesurant 18 m de long (55 pieds) sur 8 m de large (24 pieds). La nef, dépourvue de bas-côtés, ne possédait que trois travées. Elle était prolongée par une travée de chœur, au-dessus de laquelle s'élevait un clocher élancé, couvrant toute la largeur de l'édifice. L'importance du chœur et la forme de son chevet ne sont malheureusement pas connus. L'abbé Jumel, qui rédigea l'historique le plus précis de cette ancienne église, signale simplement que l'usage de cette partie était réservé au prieur et au seigneur qui avait obtenu "le privilège de mettre un banc de queue [sic, banc de chœur seigneurial] et de faire peindre ses armoiries".

En 1706, la flèche du clocher est emportée par une violente tempête et s'écroule sur une partie de la nef. Faute de ressources suffisantes, seule la toiture est réparée. Dans les décennies qui suivent, l'état de l'église se dégrade de plus en plus, au point qu'en 1786, le curé de la paroisse, l'abbé Olive, souligne l'état de ruine de l'édifice. Le conseil communal, la fabrique et les frères Jésuites décident unanimement de démolir l'église pour la reconstruire.

L'architecte, qui n'est malheureusement pas connu, en profite pour changer l'orientation de l'église, qui adopte désormais un axe nord-sud. La réalisation des travaux est attribuée le 28 avril 1789 à Jacques de Sailly, entrepreneur de maçonnerie à Ham (Somme). Le chantier de la nouvelle église est achevé le 27 février 1791, date de la réception définitive des travaux.

Le clocher-porche, dont la construction n'est pas évoquée, mais qui devait également dater de la fin du 18e siècle, fait l'objet d'importants travaux de restauration en 1876.

En 1935, ce clocher présente de nombreuses fissures, signes d'une instabilité importante, qui conduit à son écroulement partiel en avril 1940. La décision est prise en 1945 de démonter la partie qui était restée debout et de déblayer l'espace devant l'église. L'architecte communal, Pierre Lemaire, aidé de son confrère Pierre Herdebaut, soumettent en 1954 un projet remplaçant l'ancien clocher-proche par un simple clocher-mur. Ce projet est validé en conseil municipal le 15 novembre 1954, les travaux sont entamés dans la foulée et achevés en 1956.

Le cimetière se trouvait au nord-ouest de l'église. Bien que des pétitions d'habitants souhaitant son transfert à l'extérieur de la zone d'habitations à partir de 1859, le conseil municipal ne prend cette décision que le 28 août 1871 et décide d'implanter un nouveau cimetière, sur le chemin de Vignacourt. L'inhumation dans l'ancien cimetière est interdite à partir de 1873. Au début du 20e siècle, l'ancien cimetière prend l'allure d'un "terrain vague misérable (...) dans un complet état d'abandon" qui nuit à l'image de la commune. En 1901, les familles sont d'ailleurs invitées à enlever les insignes subsistant des sépultures des membres défunts de leur famille, mais ce n'est qu'en 1906 que le conseil municipal décide d'utiliser la surface du cimetière pour construire la nouvelle école primaire des filles.

Période(s) Principale : 12e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle
Dates 1789, daté par travaux historiques
1956, daté par source
Auteur(s) Auteur : Herdhebaut Pierre,
Pierre Herdhebaut

Pierre Herdhebaut architecte, architecte des bâtiments civils, architecte en chef du Département.

Domicilié 32 boulevard Jules-Verne à Amiens (1961).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Lemaire Pierre, architecte communal, attribution par source
Auteur : Sailly Jacques de,
Jacques de Sailly

entrepreneur de Ham - 1789 Flixecourt.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par travaux historiques

L'église Saint-Léger est orientée nord-sud ; l'entrée principale au nord, tournée vers le village. Construite en calcaire, appareillé en pierre de taille, et couverte d'ardoise, elle s'élève au sud d'une place-parvis, reliée à la rue en contre-bas, par des escaliers.

L'édifice de plan allongé à trois vaisseaux présente un chevet polygonal et un clocher mur en façade nord. La nef est séparée des bas-côtés par une série de grandes arcades en plein cintre retombant sur des chapiteaux composites et colonnes circulaires reposant sur une base carrée. Seules les baies en plein cintre des bas-côtés assurent l'éclairage du volume de la nef, couverte d'une fausse voûte en anse de panier. A l'extrémité sud de chaque bas-côté sont installés les autels latéraux, consacrés respectivement à la Vierge du côté est (gauche) et à saint Léger du côté ouest (droite). Le chœur est couvert d'une fausse voûte en cul de four. L'ensemble est couvert d'un toit en ardoise, à longs pans et pignons découverts pour la nef, et à croupe polygonale pour le chœur.

Murs calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements fausse voûte en anse-de-panier
Couvertures toit à longs pans croupe polygonale
pignon découvert
Typologies clocher-mur, cimetière d'enclos paroissial (churchyard)

Reconstruite durant la période révolutionnaire par Jean de Sailly, entrepreneur de Ham (Somme), l'église paroissiale de Flixecourt est un des plus vastes édifice religieux du Val de Nièvre. Le cimetière qui entourait l'église a été supprimé et déplacé à son emplacement actuel, en 1873. En 1901, on y construit la nouvelle école primaire des filles.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Pétition des habitants de Flixecourt pour le transfert du cimetière de la commune, 6 aout 1864 (AD Somme ; 99 O 1707)

    "Le cimetière de Flixecourt est on ne peut plus malencontreusement placé. Non seulement, il est situé dans le centre du village, mais la place publique se trouve tout à côté, un mur peu élevé et percé d'une grille à jour le met tout en vue, et c'est là que chaque dimanche ont lieu les divertissements de la jeunesse. Il est aussi entouré de six cafés et débit de boisson, et rien n'a été fait pour masquer ce triste lieu où celui qui a des devoirs pénibles à remplir se donne en spectacle comme sur la scène d'un théâtre. Il est prudent de faire observer que depuis longtemps ce cimetière est beaucoup trop petit. Il arrive souvent que le fossoyeur soit obligé de mettre à jour des tombes plus anciennes et ces faits amènent des querelles dans les familles".

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 1703. Flixecourt, administration communale (An IX- 1834).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 1705. Flixecourt, travaux et biens communaux, avant 1869.

  • AC Flixecourt. Registre des délibérations du Conseil municipal, 1918-1935.

  • AC Flixecourt. Registre des délibérations du Conseil municipal, 1935-1944.

  • AC Flixecourt. Registre des délibérations du Conseil municipal, 1956-1962.

Documents figurés
  • Plan de la traversée du village de Flixecourt, aquarelle sur papier, 2e moitié 18e siècle (AD Somme ; 1 Cp 1311/17).

  • Flixecourt. Plan cadastral : section A2, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Fauvel et Mercher géomètres, 1834 (AD Somme ; 3 P 1619/3).

  • Flixecourt. Plan de l'église, dessin à la plume par Louis Duthoit, milieu du 19e siècle. In : Aimé et Louis Duthoit. Quelques cantons de Picardie. Amiens : CRDP, 1979.

    pl. 149
  • Flixecourt. Façade de l'église, dessin à la plume par Louis Duthoit, milieu du 19e siècle. In : Aimé et Louis Duthoit. Quelques cantons de Picardie. Amiens : CRDP, 1979.

    pl. 149
  • Plan du cimetière de la commune de Flixecourt d'une contenance de 23 ares 60 centiares, y compris un are provenant de l'ancienne école [...] . Ech : 1/1000e., encre et lavis sur papier, [vers 1865] (AD Somme ; 99 O 1707).

  • Plan de l'église et du cimetière de Flixecourt, 1873 (AD Somme ; 99 01707).

  • Flixecourt. Intérieur de l'église, carte postale, Veuve Leclerc éditeur, [vers 1905] (coll. part.)

  • L'église de Flixecourt. Carte postale, Amiens, Impr. Yvert, [vers 1910] (coll. part.).

Bibliographie
  • DUTHOIT, Aimé et Louis. Quelques cantons de Picardie. Amiens : CRDP, 1979.

    p. 149
  • JUMEL, Abbé. Monographies picardes ou études historiques sur les communes. Flixecourt. Amiens : Lenoel-Herouart,1876.

    p.75-76
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, tome III : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Oisemont, Picquigny, Poix et Villers-Bocage. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 263
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand