Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne distillerie d'alcool, dite de Sébastopol, puis usine de transformation des métaux Omnium Industriel de Ham, puis Cie Française des Produits métallurgiques, puis S.A. Cuivres et Alliages, puis Alcan-Softal

Dossier IA00076508 inclus dans Ancien faubourg de Chauny réalisé en 1988

Fiche

  • Pignons sur rue des ateliers de fabrication.
    Pignons sur rue des ateliers de fabrication.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • conciergerie
    • bureau
    • stationnement
    • entrepôt industriel
    • magasin industriel
    • réservoir industriel
    • château d'eau
    • logement d'ouvriers
    • jardin ouvrier
Précision dénomination distillerie d'alcool de betteraves
Appellations distillerie de Sébastopol , Omnium Industriel de Ham , Cie Française des Produits métallurgiques , S.A. Cuivres et Alliages , Alcan-Softal
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, conciergerie, bureau, stationnement, entrepôt industriel, magasin industriel, réservoir industriel, château d'eau, logement d'ouvriers, jardin ouvrier
Dénominations distillerie, usine de transformation des métaux
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Ham
Adresse Commune : Ham
Adresse : 38 route de Chauny
Cadastre : 1984 AM 1 à 14, 63 à 66

La distillerie de Sébastopol est une distillerie d'alcool de betteraves fondée en 1854 par cinq fabricants de sucre de la ville de Ham et des communes environnantes. Bien que portant la dénomination officielle de Distillerie Centrale de Ham, elle est connue sous le nom de Distillerie de Sébastopol qui lui est donnée par sa localisation au lieudit Sébastopol, sur la route de Chauny à Ham. En 1872, cet établissement, exploité par Hurbain-Desormeaux, est vendu avec la sucrerie attenante. (étude de Me Beauvois, notaire à Valenciennes). A la fin du 19e siècle, elle apparait sous le statut d'une société anonyme au capital de 700.000 francs ayant son siège social à Paris (4, rue de la Bourse).

L'usine est entièrement détruite au cours de la Première Guerre mondiale. En 1921, la fabrication d'alcool de betteraves cède la place à une activité de circonstance et se consacre à la fabrication d'agglomérés de ciment sous le nom de Omnium industriel de Ham. Les bâtiments de production de la nouvelle société sont érigés en 1924. L'entreprise fabrique des agglomérés de forme, des carrelages, des dallages pour bâtiments industriels, des tuiles en ciment ainsi que des tuyaux. Mais moins de trois ans plus tard, en 1927, l'entreprise cesse son activité.

Le site est repris en 1930 par la Compagnie Française des Produits Métallurgiques, qui devient en 1945 Cuivre & Alliage. Dans les années 1960, l'entreprise métallurgique devient l'un des premiers centres français de fabrication de métaux non ferreux, et emploie plus de 1000 salariés. Par la suite, l'entreprise est rachetée par Softal, qui agrandit les ateliers.

Équipement industriel et machines : En 1892, la distillerie d'alcool de betteraves est équipée entre autres de 3 locomotives et de divers générateurs à vapeur.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle
Dates 1924, daté par source

Le site de l'ancienne distillerie est situé à la sortie sud-est de la ville de Ham, entre la route de Chauny et la ligne de chemin de fer. La vocation métallurgique que connait le site après la Première Guerre mondiale explique le nombre important de halles de fabrication, implantées généralement dans le sens nord-sud et occupant toute la longueur disponible. Ces halles, longues de 150 à 200 m, sont construites en pan de fer et brique et couvertes d'un essentage de tôles ou de fibro-ciment. A l'intérieur, la charpente métallique apparente est rivetée. Au milieu du site, l'atelier de maintenance forme un quadrilatère, de plan massé, de 42 m large sur 72 m de long. Les larges travées rythment les façades. La couverture est formée de trois toits à longs pans à faible pente, couverts de tuiles mécaniques. Les bureaux et une partie des logements implantés dans l'emprise même de la partie industrielle sont également construits en brique, à un étage carré et combles. L'ensemble est couvert d'un toit à longs pans et pignons couverts. La façade postérieure est prolongée d'une extension en rez-de-chaussée avec terrasse de béton en couverture.

De l'autre côté de la route, s'étendent deux zones de logements destinés au personnel de l'entreprise. La première, directement sur la rue, est implantée sur une parcelle triangulaire et se compose de six logements groupées en maisons jumelle, implantées en milieu de parcelle. Chaque logement se compose de trois travées avec entrée en façade longitudinale. Ils sont construits en brique avec comble à surcroit. La couverture en ardoise est à longs pans brisés et pignons couverts. Les combles sont éclairés de deux lucarnes rampantes. La seconde zone de logements forme une petite cité à l'arrière de la précédente possédant sa propre desserte pariculière. Elle comprends 16 logements également regroupés deux à deux. Construits en brique, ces logements présentent une élévation sans comble à surcroit, couverts de toit en tuile mécanique, à longs pans et pignons couverts. La largeur plus étroite des travées, l'absence de surcroît du comble et l'emploi de tuiles mécaniques contribuent à distinguer ces derniers logements des précédents et à leur conférer un aspect plus modeste. Toutefois ils possèdent généralement un abri ou garage dont le toit en appentis prend appui sur le pignon de l'habitation.

Murs brique
essentage de tôle
pan de fer
Toit ciment en couverture, tôle ondulée, ardoise, tuile mécanique, ciment amiante en couverture
Étages 1 étage carré, étage de comble, comble à surcroît
Couvertures terrasse
toit à longs pans
appentis
pignon couvert
pignon découvert
croupe
Énergies énergie thermique
énergie électrique
achetée
États conservations restauré
Techniques céramique
Précision représentations

Décor géométrique sur les élévations des logements d' ouvriers.

L'histoire de ce site industriel illustre la transformation de l'activité initiale en une activité de circonstance liée aux besoins immédiats de l'après guerre.

Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoît Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Bertrand Fournier en 2016 dans le cadre de l'enquête thématique régionale sur la Première Reconstruction industrielle.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Historique et description du dossier de repérage du patrimoine industriel, établi en 1988 par Benoit Dufournier.

    Historique et description du dossier de repérage du patrimoine industriel, établi en 1988 par Benoit Dufournier.

    Historique : Usine de transformation des métaux implantée sur un ancien site industriel occupé avant la première guerre mondiale par la S.A. de la Distillerie de Sébastopol. D'abord connue sous le nom d'Omnium Industriel de Ham, l'usine est reprise en 1930 par la Compagnie Française des Produits Métallurgiques, puis en 1945 par la S.A. Cuivres et Alliages. L'usine est devenue Softal sous laquelle les ateliers de fabrication ont été agrandis fin 2e quart 20e siècle.

    Description : Ateliers de fabrication en brique et pan de fer, toits à longs pans à couverture en ciment ; ateliers de fabrication (groupe sud) avec corps central en brique et pan de fer, toit à longs pans avec comble à surcroît ; nouveaux ateliers de fabrication (groupe ouest) en parpaing de béton et essentage de tôle ; conciergerie en brique à un étage carré, toit à longs pans et croupe ; logements d'ouvriers en brique en rez-de-chaussée avec étage de comble, toit à longs pans brisés.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Centre des Archives Économiques et Financières (CAEF) : B-0009006-1 : Dommages de guerre de Omnium industriel de Ham (1921-1933).

  • AD Somme. Série M ; M 96856 : Déclaration d'installation de générateurs à vapeur à la distillerie de Nesles, 1901.

Documents figurés
  • Ham. La distillerie Sébastopol. Lib. Juniet-Rasse à Ham. Carte postale. 1906 (Coll. Cercle Cartophile de Ham).

  • La distillerie Sébastopol. Lib. Juniet-Rasse, à Ham. Carte postale. 1906 (Coll. Cercle Carophile de Ham).

  • Plan masse de situation de la distillerie de Sébastopol, 13 décembre 1919. (AD Somme ; M 81759).

Bibliographie
  • CERCLE CARTOPHILE DE HAM ET SA REGION. L'industrie dans l'agglomération hamoise... hier et aujourd'hui. Ham : C.C.H., 2013.

    p. 21-24.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Fournier Bertrand