Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

Dossier IA80003711 réalisé en 2002

Fiche

Comme à Boves, le cimetière paroissial survit à la destruction de l'église, en 1871, et permet ici son extension, bien qu'il reste de taille réduite (694 m2). Comme à Dreuil-lès-Amiens, le cimetière reste au milieu du village, jusqu'à sa suppression au début du 20e siècle.

Curieusement les concessions perpétuelles occupent l'ancienne nef et pas le choeur, puis toute l'ancienne église.

Illustration de l'attachement de la population au lieu de sépulture ancestral malgré l'épidémie de typhoïde de 1899. Un des derniers cimetières déplacés de l'aire d'étude.

Ce cimetière détruit est cependant bien documenté et constitue une illustration des cimetières ruraux au 19e siècle.

Vocables Saint-Pierre
Dénominations église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Poulainville
Adresse : place de l' Eglise
Cadastre : 1811 C 459, 460

Documents figurés :

Le cadastre napoléonien (doc. 1) figure l'église, édifice de plan allongé, et le cimetière, au nord-ouest.

Sources :

Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent qu´en 1804, il est nécessaire de réparer le mur du cimetière, "qui est tout à fait détruit et qui sert de pâturage à tous les animaux de la commune".

L´église fait l´objet de nombreuses réparations en 1807, en 1812 (toiture et clocher) et en 1824 (ouverture d´une nouvelle porte en remplacement d´une autre présentant des "inconvénients graves"). En 1828, l´église "est si pauvrement ornée, qu´elle fait peine à l´honorer pour le lieu où Dieu repose". Elle subira d´autres réparations en 1833 (couverture) et en 1845 (clocher), avant sa démolition en 1871. En 1859, la commune doit établir les tarifs des concessions du cimetière. Le maire renonce à percevoir une taxe "considérant que le cimetière de cette commune, assez spacieux pour le moment, se trouve entrepris par les places que chaque famille possède depuis un temps immémorial et qu´il serait impossible de les déposséder sans les froisser dans leurs plus chères affections [...], les habitants de cette commune étant simples, modestes et peu soucieux du luxe des sépultures". Une parcelle de 50 m2 est dédiée aux morts étrangers à la commune. Le projet de reconstruction de l´église, qui entraînera la démolition de l´ancienne, permettra l´agrandissement du cimetière.

En 1871 le mur sud de l´ancienne église démolie sert de mur de clôture au cimetière. Un nouveau plan d´alignement est dressé l´année suivante, date à laquelle est établi un tarif des concessions dans le cimetière. Un plan réalisé en 1872 (doc. 2) montre que les nouvelles concessions sont situées à l´emplacement de l´ancienne église.

En 1872, madame veuve Darquet veut faire élever un monument sur la tombe de son fils. L'agent-voyer Deflesselle lui propose un projet de monument qui ne lui donne pas satisfaction. Par ailleurs, une convention semble avoir été passée par son mari en 1871 avec l'entrepreneur amiénois Lefebvre qui l'emmène au cimetière de la Madeleine "afin d'y examiner plusieurs modèles de monuments".

Un plan est défini en 1875 (cf. annexe). En 1882, toutes les concessions perpétuelles sont occupées, il semble nécessaire d´agrandir le cimetière. La totalité de la surface de l´ancienne église est alors affecté aux concessions à perpétuité, et deux parcelles sont attribuées aux concessions temporaires, dans l´angle nord-est du cimetière. L´année suivante, une porte en fer, fabriquée par le serrurier amiénois Accart, est posée. Le mur de clôture est reconstruit en 1888, sur les plans de Deflesselle, architecte de l´Etat à la maison centrale de Doullens et maire de la commune. Le plan réalisé à cette occasion (doc. 4) montre qu'au nord, le cimetière est partiellement clos d'une haie.

En 1900, une inspection du médecin du bureau d´hygiène a lieu après une épidémie de fièvre typhoïde survenue en 1899 ; il préconise le transfert du cimetière et l´interdiction du puits voisin. Le maire de la commune considère cependant qu´il n´y a pas lieu de supprimer le cimetière. En 1907, il écrit encore au préfet que le cimetière n´est «pas grand» mais qu´il est «suffisant pour la population» qui décroît. «Je reconnais qu´un cimetière n´est pas à sa place au milieu du village, mais je suis persuadé que sa suppression contrarierait la majorité des habitants dans leur respect pour les morts».

Période(s) Principale : 12e siècle , (?)
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates 1804, daté par source
1807, daté par source
1812, daté par source
1824, daté par source
1883, daté par source
1888, daté par source
Auteur(s) Auteur : Flesselle, architecte, attribution par source
Auteur : Accart, serrurier, attribution par source
Auteur : Lefebvre Edouard, dit(e) dit Lefebvre fils,
Edouard Lefebvre , dit(e) dit Lefebvre fils

Edouard Lefebvre, maçon et monuments funèbres, établi à Amiens, rue de l'Ecluse (actuelle rue Baillon), en 1856 (recensement de population) et en 1862 (annuaire de 1862). Actif à Poulainville en 1871 (entrepreneur de maçonnerie & monuments funèbres).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Typologies cimetière d'enclos paroissial (churchyard)
États conservations détruit

Photo internet.

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Délibération du conseil municipal, relative à la disposition des tombeaux dans le cimetière, 1875 (AD Somme ; 99 O 3092)

    « Toutes les concessions qui seront faites dans la partie destinée à cet objet seront prises de manière à aboutir à la voie tracée au milieu ; qu´en outre tous les monuments qui seront élevés dans chaque concession feront face à la voie, c´est-à-dire que pour la partie nord, les monuments seront tournés au midi et que pour la partie sud, ils seront tournés face au nord, et par conséquent ceux-ci adossés au mur de clôture du cimetière ».

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 3091. Poulainville. Administration communale (avant 1869).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3092. Poulainville. Administration communale (1870-1939).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3093. Poulainville. Administration communale (1893-1939).

Documents figurés
  • Poulainville. Plan cadastral, section C, 1811 (DGI).

  • Poulainville. Plan du cimetière, dessin, 1872 (AD Somme ; 99 O 3092).

  • Poulainville. Plan du cimetière, dessin, 1882 (AD Somme ; 99 O 3092).

  • Poulainville. Projet de reconstruction et de réparation d'une partie des murs du cimetière, dessin par Deflesselle architecte, 1888 (AD Somme ; 99 O 3092).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.