Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Sources et Vallées - Noyon
  • Commune Noyon
  • Adresse 30 rue Victor-Hugo , ancienne rue Saint-Eloi
  • Cadastre 1974 AL 157
  • Dénominations
    poste

L´installation d´une poste aux lettres à Noyon, attestée avant 1656, est sans doute liée aux opérations militaires menées dans les Flandres, à Compiègne (l647) ou à Beauvais (1648). D´abord établie à l´hôtel de la Grosse-Tête, la poste fut transférée dans la belle hôtellerie de Saint-Claude par le sieur Lalouette.

Au 19e siècle, avant 1889, la poste est transportée à l´angle de la rue Saint-Eloi et de la rue du Lin, puis place Saint-Barthélemy, dans un immeuble de deux étages en pierre de taille. Le service du télégraphe, créé en 1869 rue Saint-Pierre, y est adjoint.

La poste est ensuite aménagée dans l´ancien petit séminaire avant que la ville ne décide, en 1909, de construire un nouveau bâtiment. Le terrain est acquis en 1910 et les travaux (création de bureaux, de locaux techniques et d´un logement pour le receveur) réalisés, de 1910 à 1913, par l´entrepreneur Lucien Lefèvre, de Chauny, sous la direction l´architecte Fernand Venet, de Noyon. Le décor sculpté surmontant le fronton est l´oeuvre de M. Deraisin.

Sévèrement endommagée pendant la guerre de 1914-1918, la poste, transférée cours Druon dans un baraquement provisoire en planches, est restaurée de 1920 à 1928. Dès 1932, la ville projette l´acquisition des locaux de la banque Barbier pour permettre une extension, puis de 1936 à 1947, la construction d´une nouvelle poste, place Saint-Barthélemy. Après l´abandon de ces projets, la poste est finalement agrandie, grâce à l´acquisition de la banque Barbier (24 rue Saint-Eloi), réalisée en 1952.

Le bureau de poste, installé rue de Grèce, puis rue Paul Bert dans l'ancien petit séminaire, est reconstruit par l´entrepreneur de Chauny, Lucien Lefèvre, de 1910 à 1913, sous la direction de l'architecte Fernand Venet de Noyon. Le décor sculpté est l'oeuvre de M. Deraisin. Sévèrement endommagée pendant la guerre de 1914-1918, la poste, transférée cours Druon dans un baraquement provisoire en planches, est restaurée de 1920 à 1928. Dès 1932, la ville projette l´acquisition des locaux de la banque Barbier pour permettre une extension, puis de 1936 à 1947, la construction d´une nouvelle poste, place Saint-Barthélemy. La poste est finalement agrandie, grâce à l´acquisition de la banque Barbier (24 rue Saint-Eloi), qui a lieu en 1952. L´édifice a été détruit en 1985.

L´édifice, en rez-de-chaussée, est aligné sur rue. Construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, et couvert de tuiles mécaniques, il comporte un accès principal, destiné au public, et un accès latéral, destiné aux employés. L´accès principal, à porche dans oeuvre, est souligné par un portique à deux colonnes cannelées, à chapiteaux toscans, surmonté d´un entablement et d´un fronton semi-circulaire portant un décor sculpté. Inscription : TELEGRAPHES (à gauche) / POSTES (au centre) / TELEPHONES (à droite).

  • Murs
    • calcaire
    • moyen appareil
  • Toits
    tuile mécanique
  • Étages
    sous-sol, en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • shed
  • État de conservation
    détruit
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • armoiries
  • Précision représentations

    Armes de la ville de Noyon.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • AD Oise. Série O. Administration communale.

    (Noyon).

Bibliographie

  • INVENTAIRE GENERAL. La ville de Noyon. Dir. Martine Plouvier. (Cahiers de l'inventaire ; 10). Catalogue de l'exposition : "Noyon, mille ans d'art et d'architecture", Musée du Noyonnais, 20 juin-5 octobre 1987. Amiens : AGIR-Pic, 1987.

    p. 204.
Date d'enquête 1986 ; Dernière mise à jour en 2009
Articulation des dossiers
Fait partie de