Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne serrurerie et fabrique de cadenas Jean-Charles Amable Turles, puis fabrique de serrurerie Eugène Oblet, devenue usine de cadenas Jean Tirard, puis Tirard et Burgaud (vestiges), actuellement entrepôts SAS Tirard

Dossier IA00076611 inclus dans Le village de Fressenneville réalisé en 1985

Fiche

Précision dénomination usine de cadenas
Appellations Jean Tirard , Tirard et Burgaud
Parties constituantes non étudiées bureau, cour, logement patronal, atelier de fabrication
Dénominations usine de serrurerie, fonderie
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Friville-Escarbotin
Adresse Commune : Fressenneville
Adresse : 71, 73 rue Jules-Guesde , ancienne rue de Feuquières
Cadastre : 1825 D 415 à 419 ; 1983 AC 221 à 223

Les sources conservées aux archives départementales (état de sections) indiquent que la propriété formée des parcelles D 415 à 419 appartient à Eugène Turles, cultivateur et Jean-Baptiste Lecat, serrurier. La destination de ferme, comprenant un atelier de serrurerie, se prolonge jusqu'au début des années 1880, comme le montrent les recensements de population. En 1851, elle est occupée par Jean-Baptiste Florentin Lecat, serrurier, et par Éloi Turles, fermier laboureur, puis par son fils Éloi, qui reprend l'activité de son père, et Amable, qui fait profession de serrurier. En 1881, Amable Turles y est établi comme fabricant de serrures, avec son frère Éloi, serrurier.

D'après les matrices cadastrales, Jean-Charles Amable Turles devient propriétaire de l'ensemble des parcelles, vers 1883.

Il fait construire une boutique, achevée en 1878, puis reconstruire la maison, achevée en 1880, qui sera à nouveau modifiée et agrandie en 1894.

A l'emplacement de l'ancien verger et du bâtiment préexistant (415-418), il fait construire un atelier, imposé en 1894, puis un four à bronzage et une maison imposés en 1897.

Un autre bâtiment est construit deux ans plus tard.

Jean-Charles Amable Turles conserve une partie de la propriété (ancien logis et atelier) et cède les bâtiments constituant la fabrique au fabricant de cadenas Eugène Oblet, avant 1906 (recensement de population). Eugène Oblet fait construire un outillage fixe, imposé en 1914.

La fabrique d'Eugène Oblet est ensuite acquise par Jean Tirard, en 1924, et exploitée sous ce nom. En 1926, le site comprend atelier, four à bronzage, magasin et bureaux, atelier de polissage, hangar, écurie et remise. En 1958, l'entreprise devient Société Anonyme. L'essentiel des bâtiments a été construit après la fusion avec les établissements Maclaire de Friaucourt, rachetés par Jean Tirard, en 1967. Des transformations ont été réalisées au niveau de la fonderie, dont les nouveaux ateliers fonctionnent à partir de 1975.

L'ensemble de ces bâtiments est encore visible sur les photographies réalisées lors de l'enquête de 1990. Depuis, le détournement et l'aménagement de la rue Jean-Baptiste-Clément ont entraîné la démolition de la plupart des bâtiments d'origine. Seuls subsistent l'ancien logement patronal, également à usage de bureau, et une partie très transformée de l'atelier de fabrication, construits vers 1891 et 1894 pour Jean-Charles Amable Turles.

En place, lors de l'enquête de 1990 : presse Bret, vers 1950.

Effectifs

1962 : plus de 20 salariés.

1988 : 50 salariés.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle , (détruit)

Les bâtiments conservés de l'ancienne usine de serrurerie comprennent l'ancien logement patronal à étage carré et une partie de l'ancien atelier en rez-de-chaussée.

L'ancien logement est construit en briques et couvert d'ardoises. Il présente une façade antérieure à trois travées. L'atelier conserve une façade en briques et une façade partiellement remontée en parpaing de béton ; il est couvert d'ardoises.

De l'autre côté de la petite place qui marque l'entrée de la rue Jean-Baptiste-Clément, les bâtiments sont de construction récente.

Murs brique
béton parpaing de béton
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans croupe
pignon couvert
Escaliers
Énergies énergie électrique achetée
États conservations vestiges

Ce dossier de repérage du patrimoine industriel, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Romain Grimaud et Isabelle Barbedor en 2012-2013, dans le cadre de l'inventaire topographique du Vimeu industriel.

Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 360/3. Fressenneville. État de sections des propriétés bâties et non-bâties.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 360/4. Fressenneville. Matrice des propriétés foncières, 1829-1914.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 360/9. Fressenneville. Matrice des propriétés bâties, 1882-1911.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 360/10. Fressenneville. Matrice des propriétés bâties, 1911-1943.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Grimaud Romain
Romain Grimaud

Chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2011 à 2012.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.