Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne sucrerie d'Athies (détruite)

Dossier IA80010629 inclus dans Le bourg d'Athies réalisé en 2016

Fiche

Précision dénomination sucrerie de betteraves
Dénominations sucrerie
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Ham
Adresse Commune : Athies
Adresse :
Cadastre :

La sucrerie est l'une des plus anciennes du département de la Somme. Elle est créée en 1828 par Privat Thery (1800-1869) qui l'installe dans un bâtiment de ferme, au centre du village, à quelques centaines de mètres de l'église.

A l'époque, la ferme appartient au cultivateur Louis Denisart (état des sections), qui d'après les recensements sur les listes électorales, l'occupe de 1831 à 1849. La ferme disposait de deux domestiques (recensement de 1836).

La direction de l'établissement est ensuite assurée par le fils de Privat Théry, Louis-Auguste Thery (1826-1878), maire de la commune de 1851 à 1878, puis par Henri Louis Privat Théry (1854-1926) également maire d'Athies de 1879 à 1925.

Louis Théry donne une nouvelle impulsion à la première fabrique de sucre, en construisant entre 1856 et 1858 un ensemble de bâtiments plus adaptés aux progrès techniques de cette industrie. L'ensemble se développe alors en bordure de la rue Marin. Une "salle" est construite à l'est, en 1875. Les matrices cadastrales indiquent que la fabrique est encore agrandie en 1883, suite à l'aliénation de la rue Marin, puis, finalement en 1912. Une voie ferrée est installée pour relier la sucrerie à la gare.

En 1918, la sucrerie n'est plus en état de fonctionner. Toutes les machines et l'outillage ont été démantelés. Les bâtiments, en revanche, ne sont pas complètement détruits et peuvent sans doute faire l'objet de réparation. Pourtant, dans la série de cartes postales "La Picardie historique et pittoresque à travers la Somme dévastée", l'usine est retenue pour montrer l'action dévastatrice de l'armée allemande "en détruisant nos usines, on supprimait une concurrence gênante, on réduisant à la misère et on vouait à la disparition la population française".

En 1919, Théry décide d'utiliser les indemnités de dommages de guerre de la sucrerie d'Athies pour la constitution de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.) et de s'associer à l'ambition de cette société de construire l'une des plus importantes et des plus modernes sucreries de France à Eppeville.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle , (détruit)
Dates 1828, daté par travaux historiques
1856, daté par source
1858, daté par source
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série 3P ; 3P 34/3. Athies. Etat des sections.

  • AD Somme. Série 3P ; 3P 34/4. Athies. Propriétés bâties (1858-1882).

Documents figurés
  • Athie. La sucrerie. L'une des plus importantes de la région. Carte postale. Avant 1914 (Coll. part.).

  • Athie. Entrée de la sucrerie. La Picardie illustrée. Carte postale. Vers 1905. (Coll. part.).

  • Athies, entrée de la sucrerie côté ouest. Carte postale, vers 1910 (Coll. part.).

  • Ruines de la sucrerie. Carte postale. Cliché R. Lelong, rue Miraumont, Amiens. 1920. (Coll. part.).

  • Athie. La sucrerie détruite. Carte postale. La Picardie historique et pittoresque à travers la Somme dévastée. 1920 (Coll. part.).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.