Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Anciennes écoles des Moulins-Bleus à L'Étoile (école primaire et école enfantine, dite du Haut)

Dossier IA80010033 inclus dans L'ensemble industriel textile Saint Frères réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Moulins-Bleus, Ecole du Haut
Parties constituantes non étudiées logement, jardin, dépendance, cour, préau
Dénominations école primaire, école maternelle
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : L'Étoile
Lieu-dit : Moulins-Bleus (les)
Adresse : 62 et 64 rue des Moulins-Bleus
Cadastre : 1978 AM 160, 183, 191 à 194

Après une première série de logements destinés au personnel de l'usine Saint Frères des Moulins-Bleus, la population de la commune devient très importante et les écoles communales s'avèrent insuffisantes pour accueillir les enfants de la cité des Moulins-Bleus.

En 1888, l'entreprise décide alors de faire construire à ses frais une nouvelle école primaire, en face de la cité ouvrière. L'édifice, dont la construction est achevée au cours de l'été 1889, est loué à la commune à partir du 1er octobre 1889. Il comprend une classe pour les garçons, une classe pour les filles et deux logements pour l'instituteur et son adjoint. L'accès à chaque salle de classe s'éffectuait par un petit vestiaire accolé à chaque pignon.

En 1912, l'accroissement de la population nécessite l'extension de l'école primaire et la construction d'une classe enfantine, dite du Haut, ouverte en 1914. La nouvelle école est construite au nord dans le prolongement de l'école primaire (actuel n°64 rue des Moulins-Bleus).

Les cartes postales publiées par G. Lancel montrent que la nouvelle école est construite sur le même modèle avec un pavillon à étage carré abritant un logement et une salle de classe, dans une aile en rez-de-chaussée, au sud. La salle de classe est éclairée par deux larges baies, à l'est et à l'ouest.

Plusieurs cartes postales montrent les deux écoles, vers 1919. L'ensemble est délimité par une clôture continue, avec des portillons correspondant aux entrées des logements et des différentes classes.

Un long et vaste préau pour les deux écoles est construit au même moment. G. Lancel indique qu'une partie sera affectée à usage de cantine et une garderie durant les vacances scolaires, au début de la Seconde Guerre mondiale.

L'école publique des Moulins-Bleus conserve son usage jusqu'en 1963, date à laquelle les élèves sont transférés au groupe scolaire des Moulins-Bleus.

Le bâtiment a été amputé d'une des salles de classe au sud, subsistent au moment de l'enquête, la partie abritant les anciens logements et l'ancienne salle de classe nord.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1889, daté par travaux historiques
1912, daté par travaux historiques
Auteur(s) Personnalité : Saint Frères, commanditaire, attribution par travaux historiques

L'ancienne école des Moulins-Bleus, qui subsiste à l'état de vestiges, est située face à la cité ouvrière du même nom, pratiquement au milieu de la rue, sans autre voisinage que celui des jardins ouvriers.

Elle comprend plusieurs bâtiments implantés suivant le même alignement en retrait de la voie, une cour à l'arrière de chaque bâtiment sur rue et un vaste bâtiment implanté sur la limite est du terrain, qui s'étend également sur celui de l'ancienne école élémentaire du Haut (actuel n° 64 rue des Moulins-Bleus).

Les bâtiments sur la rue sont construits en briques et couverts de tuiles flamandes mécaniques.

Le bâtiment en fond de parcelle est également couvert d'un toit de tuiles mécaniques flamandes à longs pans.

Au n° 62 (ancienne école primaire), le bâtiment sur la rue comprend un pavillon à étage carré (ancien logement) prolongé par une aile en rez-de-chaussée, au nord, qui abritait une ancienne salle de classe. Des traces d'arrachement sont visibles, au niveau de l'accès du pignon nord (ancien vestiaire d'accès) et les deux larges baies de l'ancienne salle de classe sont murées. Des traces d'arrachement son également visibles sur le mur sud du pavillon, à l'emplacement de l'ancienne salle de classe détruite.

Au n°64 (ancienne école enfantine), le bâtiment sur la rue comprend un pavillon à étage carré (ancien logement) prolongé par une aile en rez-de-chaussée, au sud, qui abritait l'ancienne salle de classe. Cette aile basse a été profondément remaniée (ouvertures et enduit).

Au fond de la parcelle, le matériau de construction du long préau est masqué par un enduit. La façade ouest semble avoir été fermée en ménageant de larges baies continues (au sud). Les pignons sont en briques.

Les deux terrains sont aujourd'hui séparés par une clôture en ciment.

Murs brique
Toit tuile flamande mécanique
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
pignon couvert
Typologies école et logement sous un même toit, 2 classes, classe unique
États conservations désaffecté, menacé, vestiges

Les anciennes écoles des Moulins-Bleus ont été construites, à l'initiative des Saint Frères, pour les enfants des ouvriers de la cité. La première école primaire de filles et de garcons, construite en 1889, est agrandie en 1912 d'une école enfantine.

Cet ensemble, qui subiste actuellement à l'état de vestiges, témoigne de l'importance du dispositif éducatif de l'entreprise, complété quelques années plus tard par une troisième école construite rue Saint-Martin.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • L'Etoile - L'école des moulins-Bleus - La sortie, carte postale, [vers 1905] (coll. J. Hérouart).

  • Les Moulins-Bleus (Somme) - Les écoles, carte postale, [vers 1910] (coll. J. Hérouart).

  • Vue d'ensemble extérieure de l'école des Moulins-Bleus, photographie, 1937 (coll. part.).

  • Vue intérieure d'une des classes de l'école, 23 février 1937 (coll. J. Hérouart).

  • Vue intérieure d'une des classes de l'école de l'Etoile, 1937 (coll. J. Hérouart).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.