Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Anciens moulins à farine et moulins à bois, puis filature Arquembourg, Saint-Frères, Otto-Petersen, manufacture de laines Renaissance, devenue usine de gaz comprimés, dite Oxygène de Picardie (vestiges)

Dossier IA00076658 réalisé en 1985

Fiche

  • Vue partielle, flanc sud-est.
    Vue partielle, flanc sud-est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bâtiment d'eau
    • cheminée d'usine
    • cour
    • logement patronal
    • pont
    • remise

Comme la plupart des moulins établis sur la Selle, les moulins de Pont-de-Metz sont acquis par un négociant amiénois au lendemain de la Révolution. Comme à Saleux et à Salouël, les moulins à bois et à farine sont progressivement détruits pour céder la place à une usine textile. L'activité de meunerie disparaîtra également à la fin du 19e siècle.

Le site est connu par un plan de 1819 qui figure huit moulins, dont six appartiennent au maire d'Amiens, M. Morgan d'Epagny, à l'ouest de la Selle, et deux au meunier Riquier, à l'est.

Vers 1858, l'ensemble devient la propriété des filateurs Louis et Charles Arquembourg, alors établis à Bacouël, qui font construire une filature (achevée en 1858). La filature de lin est ensuite agrandie par Louis Arquembourg, domicilié à Pont-de-Metz, en 1882 puis par sa veuve, en 1896. L'usine appartient ensuite à la famille Saint Frères (1898), qui fait construire la maison du directeur, une conciergerie et une écurie en 1901, puis au teinturier Otto Petersen, qui y installe une usine de traitement des chiffons à l'acide chlorhydrique en 1902, équipée d'un outillage industriel (1905) et agrandie en 1909 et 1911. Enfin en 1910, la propriété est divisée entre l'ingénieur Emile Henri Arquembourg et la S.A. dite manufacture de laines Renaissance (anciens établissements O. Petersen). La manufacture de laines Renaissance fait agrandir le magasin d'outillage industriel en 1913 et 1914 et fait construire bureau, garage et magasin en 1930. L'usine comprend alors la maison du directeur, un moulin, une maison du concierge et une écurie et fait construire une aire de battage et un réfectoire, en 1926. Entre les deux guerres, les établissements Petersen sont également installés à Amiens.

Vers 1952, la S.A. des anciens Ets Petersen avait une activité diversifiée.

Précision dénomination moulin à farine
moulin à bois
Appellations filature Arquembourg , filature Saint-Frères , filature Otto-Petersen , manufacture de laines Renaissance , Oxygène de Picardie
Destinations moulin à farine, usine textile, usine de produits chimiques
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bâtiment d'eau, cheminée d'usine, cour, logement patronal, pont, remise
Dénominations moulin, usine textile
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Hydrographies Selle la
Adresse Commune : Pont-de-Metz
Adresse : rue du Petit-Saint-jean
Cadastre : 1925 B 448 à 466 ; 1978 B 231, 232, 484

Documents figurés :

Parmi les sources conservées aux archives départementales (série O), un plan de 1819 (doc. 1) figure les six moulins existant sur le site, dont quatre appartiennent à M. Morgan, à l'ouest de la Selle, et deux à M. Riquier, à l'est.

Sources :

Les matrices cadastrales indiquent que le site appartient au maire d'Amiens, M. Morgan d'Epagny (B 449 à 461) et au meunier Riquier (B 462 à 465).

A l'est de la Selle, le meunier Riquier possède deux moulins (B 464 et 465), cour et bâtiment (B 463) et verger (B 462). La propriété est ensuite divisée. En 1834, le meunier Alexandre Brunel devient propriétaire des parcelles B 462 à 464. Il fait construire une maison vers 1837 (date d'imposition) dans le verger. En 1842, le bâtiment existant sur la parcelle B 463 est converti en bâtiment rural. En 1864, il adresse une réclamation sur l'imposition du moulin (B 464). En 1840, le meunier Hilaire Boulanger est propriétaire du moulin (B 465) et d'une partie des parcelles B 462 et 463. En 1863, il fait partiellement démolir le moulin. Ces propriétés seront réunies à celle de L. Arquembourg et de ses successeurs en 1894.

A l'ouest de la Selle, M. Morgan d'Epagny possède cinq moulins à bois (B 452 à 454, 456 à 457), un moulin à farine avec logement (B 458), cour et bâtiment (B 455), verger (B 459), jardin (B 460) et bâtiment (B 461). En 1838, les moulins de M. Morgan d'Epagny sont réduits dans leurs revenus.

Vers 1858, l'ensemble devient la propriété des filateurs Louis et Charles Arquembourg, alors établis à Bacouël, puis de Louis Arquembourg, en 1883, domicilié à Pont-de-Metz, et de sa veuve, en 1894. L'usine appartient ensuite à la famille Saint-Frères (1898), puis à Otto Petersen (1905). Enfin en 1910, la propriété est divisée entre l'ingénieur Emile Henri Arquembourg et la S. A. dite manufacture de laines Renaissance (anciens établissements O. Petersen).

Les six moulins de Morgan d'Epagny sont démolis en 1858 et en 1862. Louis Arquembourg fait construire une filature (B 455) et une maison (B 456), en 1859. En 1862 les matrices signalent une démolition partielle d'un bâtiment situé sur la parcelle B 455, où un magasin est construit en 1866.

En 1864, Louis Arquembourg est propriétaire d'une maison (B 444) qu'il fait démolir.

En 1865, il est propriétaire de deux jardins (B 580 et 581), dont il fait partiellement cession à la commune pour l´élargissement de la route.

En 1868, il fait construire une maison, sur une parcelle dont il est également propriétaire (B 448), ainsi qu´un bureau et un magasin (B 466). En 1885, une boulangerie est construite sur cette même parcelle.

Louis Arquembourg fait agrandir la filature en 1882 et en 1896. Il fait l'acquisition de sept maisons (B 582) et de trois maisons (B 445), en 1883. En 1894, il fait démolir deux bâtiments (B 450 et 451).

La famille Saint Frères fait construire une maison du directeur, une maison de concierge et une écurie en 1901, à l'emplacement du moulin d'Hilaire Boulanger partiellement démoli. La maison construite en 1868 pour Louis Arquembourg est agrandie d'une remise et d'un logement de concierge en 1901 (elle sera revendue en 1925 à l'architecte André Rebayrotte-Pontet).

Otto Petersen fait partiellement démolir le moulin subsistant (B 464) en 1901 pour y installer un outillage industriel en 1905, agrandi en 1909. Des bureaux sont construits en 1911 (B 455).

La manufacture de laines Renaissance S. A. fait agrandir le magasin d'outillage industriel en 1913 et 1914 (B 464), fait construire bureau, garage et magasin en 1930 (B 455). Sur la parcelle B 465, elle possède la maison du directeur, un moulin, une maison du concierge et une écurie et fait construire une aire de battage et un réfectoire, en 1926.

Les sources conservées aux archives départementales (série M) que Louis Arquembourg fait installer une chaudière à vapeur (Veillet Lescure) de 21,574 m3 et un récipient (Veillet-Lescure) de 0,126 m3, dans la filature de lin, en 1895.

Une usine de traitement des chiffons à l´acide chlorhydrique est établie sur le site par le teinturier Otto Petersen, en 1902 ; il joint un plan dessiné en 1901 figurant la future installation.

Travaux historiques :

La notice géographique et historique, rédigée en 1899 par Jules Lambert, signale la manufacture de fils de lin, dont l'activité a cessé en 1897.

Selon le recensement établi par B. Dufournier (1985), le site industriel est documenté par un plan de 1843 montrant trois moulins (détruits depuis) comportant huit roues hydrauliques verticales. Vers 1870, il est fait mention d'une filature de lin Arquembourg ; un moulin à farine est cité en 1888. L'essentiel des bâtiments (ateliers de fabrication, deux cheminées et logement patronal) semble se rapporter aux années suivantes, notamment à la reprise de l'usine par Otto Petersen en 1902, qui installe une unité de traitement des chiffons par l'acide. Vers 1952, la S. A. des anciens Ets Petersen a une activité diversifiée. La seule activité industrielle à signaler ensuite est celle de l' Oxygène de Picardie, installée dans une partie des locaux ; diverses autres parties ont été incendiées en 1972 et 1987.

Equipement industriel et machines :

Une roue Sagebien est mentionnée en 1870. Une turbine Teisset et Chapron, alternateurs et compresseurs, étaient en place au moment de l'enquête (fig.).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle
Dates 1859, daté par source
1866, daté par source
1868, daté par source
1882, daté par source
1885, daté par source
1896, daté par source
1901, daté par source
1926, daté par source
1930, daté par source

Ensemble de l'usine en rez-de-chaussée.

Atelier de fabrication nord-ouest en shed à tuile flamande mécanique.

Atelier de fabrication sud en shed à oculus.

Ancienne remise à toit en tuile flamande et baies et arc en plein-cintre.

Logement patronal à élévation ordonnancée à un étage carré.

Cheminées d'usine en briques tronconiques.

Murs brique
Toit tuile mécanique, tuile flamande mécanique
Étages 1 étage carré
États conservations vestiges

Dossier établi en 1986 dans la cadre du recensement du patrimoine industriel de la Somme, enrichi et mis à jour en 2003 dans le cadre de l'étude topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F ; F 12 4725.

  • AN. Série F ; F 14 6290.

  • AD Somme. Série M ; M 81770. Déclarations et autorisations d'appareils à vapeur.

  • AD Somme. Série M ; M 96850. Déclarations et autorisations d'appareils à vapeur.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3060. Pont-de-Metz. Administration communale (avant 1870).

  • AD Somme. Série P ; 3 P 632/2. Pont-de-Metz. Etat de sections, [s. d.].

  • AD Somme. Série P ; 3 P 632/3. Pont-de-Metz. Matrice des propriétés foncières (1833-1881).

  • AD Somme. Série P ; 3 P 632/6. Pont-de-Metz. Matrice des propriétés bâties (1882).

  • AD Somme. Série P ; 3 P 632/7. Pont-de-Metz. Matrice des propriétés bâties (1911).

  • AD Somme. Monographies communales. Notice géographique et historique.

    Pont-de-Metz, par Jules Lambert, 1899
Documents figurés
  • Plan des lieux mentionnés en la pétition de MM. Charpentier et Lefèvre, dessin, 1819 (AD Somme ; 99 O 3061).

Bibliographie
  • SAGEBIEN, A. Expériences sur la roue hydraulique Sagebien. Paris, 1866.

  • TRESCA. Système de roue hydrauliques. [1870 ca.].

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.