Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale et ancien cimetière Saint-Eloi de Pœuilly

Dossier IA80010081 inclus dans Le village de Poeuilly réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Détruite en 1917, l’église Saint-Eloi de Poeuilly est reconstruite sur les plans de l’architecte C.-A. Dory, architecte en chef des Régions libérées du département de la Somme depuis 1920.

Le projet, daté de 1924, reprend les principales caractéristiques de l'ancien édifice, dont les fondations sont conservées. La taille de la nef, du chœur et du bas-côté restent identiques, seules sont modifiées, le nombre des ouvertures et la modénature des façades. Un chœur à pans coupés, désormais éclairé sur ses trois côtés, remplace l'ancien chevet plat.

L’église présente une combinaison de volumes liés à la disposition de l’édifice préexistant associés à des formes modernes, dont témoigne la façade nord, avec son grand pignon, qui devait comporter un décor sculpté.

Le manque de moyens a empêché la réalisation du décor sculpté prévu sur la façade principale et la pierre de taille a été remplacée par de la brique sur les façades latérales du clocher.

Dénominations église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Roisel
Adresse Commune : Pœuilly
Adresse : rue Saint-Eloi
Cadastre : 1836 B 522, 523 ; 2014 B 23, 24

Selon l'abbé Paul de Cagny (1869), une église de pèlerinage dédiée à saint Éloi aurait été fondée à Poeuilly. La présence d'une église est attestée au 13e siècle par le testament de Gilles de Poeuilly. Cet édifice, qui n'avait pas le rang de paroisse, aurait été reconstruit au début du 19e siècle.

Le cadastre napoléonien de 1836 figure un édifice de plan allongé à deux vaisseaux, dont une nef principale précédée d'une tour massive. Au nord, s'étend le cimetière. Située au centre du village, en bordure d'une rue place, l'église s'élève à proximité immédiate d'une vaste demeure.

Un dessin du fonds Macqueron, réalisé en 1875 et conservé à la bibliothèque municipale d'Abbeville, en donne une autre représentation.

Enfin, le dessin de l'architecte Hérouard, daté de 1924, donne également une représentation assez précise de l'ancienne église. La tour porche occidentale, en calcaire, présentait de nombreuses traces de reprise de maçonnerie en brique. Une tourelle d'escalier y était accolée sur l'angle sud-ouest. La nef était éclairée au sud par deux baies cintrées, le bas-côté nord par trois baies plus étroites ; enfin le chœur était uniquement éclairé au sud par deux baies cintrées.

La commune adhère à la coopérative des églises dévastées en 1922.

Au projet de reconstruction à l'identique, établi par Hérouard, entrepreneur désigné par la chambre syndicale, succède celui de l'architecte C.-A. Dory, architecte en chef des Régions libérées du département de la Somme depuis 1920. Le projet, également daté de 1924, reprend les principales caractéristiques de l'ancien édifice, dont les fondations sont conservées. La taille de la nef, du chœur et du bas-côté restent identiques, seules sont modifiées le nombre des ouvertures et la modénature des façades. Un chœur à pans coupés, désormais éclairé sur ses trois côtés, remplace l'ancien chevet plat.

Au nord, un grand pignon masque la toiture du bas-côté. Sur le plan de 1924, l'architecte prévoit de disposer l'autel secondaire contre le mur nord. La tour-clocher devait être couronnée d'une haute flèche de près de 20 m.

Dès juillet 1924, l'architecte propose de modifier le projet établi au mois de mars. La difficulté de réutiliser les fondations sur près de la moitié de la longueur entraîne un surcoût qui oblige à réduire certaines dépenses. Les côtés du clocher seront construits en briques avec seulement un chaînage d'angle en pierre de taille. Le décor sculpté prévus sur la façade ouest du clocher et sur le pignon du bas-côté nord ne sera pas réalisé. Mario Mazzarotto, ingénieur-entrepreneur établi à Arras est adjudicataire des travaux de reconstruction de l'église.

Période(s) Principale : 12e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle
Dates 1924, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dory Claude Antoine, dit(e) dit Claude-Antonin,
Claude Antoine Dory , dit(e) dit Claude-Antonin (7 décembre 1882 - 1951)

Architecte, né à Mornant (Rhône). Architecte du département de la Somme en 1922, vice-président de la Commission d'aménagement des villes et villages du département de la Somme; directeur de l'École régionale des Beaux-arts d'Amiens [en 1927, honoraire en 1949].

1926 : architecte membre de la société centrale. Expert des tribunaux. 37 rue Robert-de-Luzarches. Amiens (AC. Poeuilly).

1929 : chevalier de la Légion d'honneur.

1941-1942 : Prisonnier au Stalag : DORY Antoine (57771), Stalag IA. E.D.B.A. Alel. Recoura. (Architecture française, 1941 et 1942). 1941. Concours prisonniers en Allemagne.

Voir le site http://www.purl.org/inha/agorha/002/76493.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Hérouard
Auteur : Mazzarotto Mario,
Mario Mazzarotto

Entrepreneur établi à Arras.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur, entrepreneur, attribution par source

L'édifice, orienté sud-ouest-nord-est, est élevé dans de la rue principale, au centre du village. Il est implanté en retrait de la chaussée, précédé d'une place au sud-ouest et bordé d'un espace de stationnement, au sud. Un vaste espace libre correspondant à l'ancien cimetière s'étend au nord.

L'église, de style néo-roman, est construite en briques et en pierre de taille pour une partie de la tour de clocher ; elle est couverte d'ardoises. La tour est coiffée d'une flèche polygonale.

Elle présente un plan allongé à deux vaisseaux, précédés d'une massive tour de clocher de plan carré. Le chœur à chevet polygonal est plus bas que la nef. La sacristie, couverte d'un toit en appentis, est adossée au mur nord du chœur.

La façade nord du bas-côté nord se signale par la présence d'un grand pignon, orné d'une croix en calcaire (non sculptée).

La façade occidentale (clocher), appareillée en pierre de taille, présente plusieurs pierres en attente d'un décor de sculpture non réalisé.

A l'intérieur, la nef et le bas-côté sont éclairés par trois fenêtres ; le chœur est matérialisé par un emmarchement et délimité par une clôture. Les fonts baptismaux sont placés, dans le clocher-porche, à l'entrée de l'église. La tribune occupe l'étage du clocher porche.

Murs brique
calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvertures toit à longs pans
croupe polygonale
flèche polygonale
appentis
Typologies style néo-roman

Reconstruite par l'entrepreneur Mario Mazzarotto, sur les plans de l'architecte Charles-Antonin Dory, datés de 1924, l'église de Poeuilly constitue un exemple bien documenté des premiers chantiers de reconstruction, qui se caractérisent le plus souvent par une reconstruction à l'identique ou conservant la physionomie générale de l'édifice détruit.

L'architecte Charles-Antoine Dory, qui préside à la reconstruction de l'ensemble des bâtiments communaux du village, propose ici un parti conservant les principales caractéristiques de l'ancienne église, dont il doit réutiliser les fondations. L'église présente ainsi une forme originale, qui rappelle la silhouette de l'édifice détruit qu'elle remplace.

Le manque de crédits a conduit l'architecte à proposer des aménagements au projet en simplifiant le décor intérieur et en renonçant à faire réaliser le décor sculpté prévu sur la façade principale de la tour, dont les façades secondaires seront construites en briques et non en pierre de taille.

Comme le montre le dessin du fonds Macqueron et le relevé exécuté en 1924 par l'architecte Hérouard, l'ancienne église comprenait, comme à Cartigny, une massive tour porche qui témoigne, ici aussi, du caractère défensif des églises. La présence d'un bas-côté nord est également très caractéristique des églises de pèlerinage.

L'entrepreneur Mario Mazzarotto a également participé à la reconstruction des églises d'Estrées-Mons (1925), Saint-Didier de Chaulnes (1926), de Méaulte (1926), de Bazentin-le-Petit (1927), Saint-Jean-Baptiste de Péronne (1928).

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Poeuilly. Administration communale (1920-1935).

Documents figurés
  • Poeuilly. Plan cadastral, Feuille B développée, dite du Chef-lieu, par Sannier géomètre, 1836 (AD Somme).

  • Église de Poeuilly (canton de Roisel), dessin d'après nature, 11 mai 1875 (BM Abbeville ; fonds Macqueron. Roi 22)

  • Commune de Poeuilly. L'église, par Hérouard architecte, 17 mars 1924 (AC Poeuilly).

  • Commune de Poeuilly. Projet de reconstruction de l'église, par C.-A. Dory, architecte, 17 mars 1924 (AC Poeuilly).

Bibliographie
  • DECAGNY, Paul (abbé). Histoire de l'arrondissement de Péronne. Péronne : Quentin.

    tome 2, p. 747-751.

Liens web

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.