Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Honoré d'Amiens

Dossier IA80000144 réalisé en 1996

Fiche

L'actuelle église Saint-Honoré remplace un édifice élevé au milieu du 19e siècle au sud de la place de Beauvais et détruit en 1940. Elle est construite sur les plans des architectes Paul Tournon et Gogois, par l'entrepreneur Pasquet qui obtient l'adjudication des travaux en 1957. Les travaux s'achèveront en 1961. Les décors de mosaïque (fig. 6) sont réalisés par la fille de l'architecte Florence Tournon-Branly.

L'architecte Paul Tournon réutilise ici le plan du pavillon pontifical conçu pour l'exposition Universelle de 1937 (doc. 1). L'église amiénoise se distingue du prototype dont elle est inspirée par l'emplacement du clocher et l'éclairage de la nef. Le clocher, conçu comme un clocher indépendant est ici accolé à l'extrémité du transept nord pour s'adapter au parcellaire. Le fenestrage vertical est remplacé par des petites fenêtres horizontales placées en haut des murs de la nef, privilégiant l'éclairage de la coupole.

Vocables Saint-Honoré
Parties constituantes non étudiées presbytère, salle paroissiale, jardin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : faubourg de Beauvais
Adresse : rue Dom-Bouquet
Cadastre : 1989 AP 34

Travaux historiques : Emmanuel Bréon (1992) indique que l'architecte Paul Tournon a eu l'opportunité de reconstruire à Amiens le pavillon pontifical de 1937 (annexe 1), sur un plan légèrement différent. L'autel, initialement au centre, est déplacé à l'extrémité du choeur et les vitraux de la grande verrière de la coupole y sont moins lumineux. Le programme décoratif a également été modifié, seule la Vierge de Roger de Villers, en cuivre rouge et haute de 9 m, couronnera la réadaptation amiénoise. Selon le dossier établi par Nathalie Mette en 1996, la reconstruction de l'édifice, sur les plans des architectes Tournon et Gogois, est approuvée par le conseil municipal en 1955. L'entrepreneur Pasquet est adjudicataire des travaux qui débutent en 1957 et s'achèvent en 1961. La façade occidentale est ornée d'une mosaïque de Mme Tournon-Branly, la fille de l'architecte. L'édifice est inspiré du pavillon pontifical de l'Exposition Universelle de 1937.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1957, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Tournon Paul, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Gogois Marcel, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Pasquet, entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Tournon-Branly, mosaïste, attribution par travaux historiques
Auteur : Archepel Joseph, verrier, attribution par travaux historiques

L´édifice, non orienté et implanté en parcelle-îlot, comprend une église et des dépendances (presbytère et salle paroissiale) au sud, ainsi qu´une cour-jardin, délimitée par un mur à claire-voie. L´ensemble est construit en béton armé (ossature) avec parement de calcaire. Les dépendances comptent deux étages carrés sur rez-de-chaussée surélevé. L´église présente un plan allongé à abside arrondie et tour de clocher latérale, au nord du chœur (fig. 8), surmontée d´une statue colossale représentant une Vierge à l´Enfant. Deux salles sont disposées au nord et au sud (sacristie) du chœur. La chapelle des Fonts (fig. 16), délimitée par une colonnade, est située dans la tour de clocher. L´édifice dispose de trois accès principaux en façade antérieure (fig. 4) et de deux accès secondaires sur les murs nord (fig. 6) et sud de la nef ; ces derniers donnent accès au jardin du presbytère. La travée axiale de la façade antérieure, forme un renfoncement dans lequel est aménagé une coursière à chaire extérieure, accessible depuis deux portes latérales (fig. 4). Elle est ornée d´un décor figuré en mosaïque (fig. 5) représentant quatre évêques symbolisant les quatre continents. La nef de plan carré est flanquée de deux bas-côtés ; elle est éclairée par de petites baies hautes et par la coupole octogonale à quatre niveaux (fig. 17). Le sanctuaire, matérialisé par un emmarchement, est éclairé par des baies latérales. Présence d'une tribune dans le massif oriental, surmontant l´entrée principale. Inscription (sur la corniche) : ALLEZ ENSEIGNEZ TOUTES LES NATIONS / ET VOICI QUE JE SUIS AVEC VOUS JUSQU'A / LA CONSOMMATION DES SIECLES.

Murs brique
béton armé
Toit ardoise, béton en couverture
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 vaisseau, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Typologies faux plan centré, style Art Déco

Ce dossier établi par Nathalie Mette en 1996 lors d'une enquête thématique sur les édifices religieux d'Amiens a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété publique
Éléments remarquables chaire à prêcher extérieure

Références documentaires

Documents figurés
  • Église Saint-Honoré. Plan au sol. Tirage, s. d. (AC Amiens).

  • Le pavillon pontifical. Dessin, par Paul Tournon, 1937, extrait de L'art sacré en France au XXe siècle, 1992.

    p. 88
Bibliographie
  • BREON, Emmanuel. L'art sacré s'expose 1925-1931-1937. In L'art sacré en France au XXe siècle. Édition de l'Albaron-société Présence du livre, 1992.

    p. 87-88
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 58-59
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mette Nathalie