Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Martin de Roisel

Dossier IA80000845 réalisé en 2003

Fiche

  • Vue de situation.
    Vue de situation.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • presbytère
    • mairie
    • école primaire
    • tribunal

Œuvres contenues

Voir

Vocables Saint-Martin
Parties constituantes non étudiées presbytère, mairie, école primaire, tribunal
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Roisel
Adresse Commune : Roisel
Adresse : place du 11-Novembre , ancienne rue de l'Eglise , ancienne rue de Péronne
Cadastre : 1836 D2 561 à 565 ; 2002 AH 45

L'église de Roisel figure à ce même emplacement sur le cadastre napoléonien de 1836 (ill.), orientée à au sud-est. Le presbytère, propriété communale, se trouve au nord-ouest de l'église.

Comme le montre le cadastre napoléonien et le relevé fait en 1921, le bâtiment abritant la mairie, l'école et la justice de paix était situé sur le même terrain que l'église. Les plans joints au questionnaire de 1878 sur les écoles primaires (série T) et les notices explicatives, indiquent que le bâtiment, construit en 1836 sur les plans de l'architecte saint-quentinois Dablin, est agrandi en 1875 d'une aile en retour d'équerre destinée aux classes de l'école de garçons. Le plan de 1921 figure une salle de conférences aménagée dans l'aile en retour sur la rue de Péronne. La nouvelle mairie est reconstruite à un autre emplacement.

Pendant la guerre, l'église est complètement rasée, le clocher dynamité par les Allemands. Un bâtiment provisoire pour le culte est installé sur le terrain. Les relevés de l'ancienne église sont faits par les architectes M.-J. Lebègue et Henri Bernard, en 1921. L'expertise des dommages de guerre des immeubles communaux est conduite par l'architecte Louis Félix, le 11 avril 1922 pour la sacristie, la salle de catéchisme, l'asile-refuge, le monument aux soldats, les murs et grilles du cimetière, le 28 avril 1922 pour l'église.

L'architecte Jacques Debat-Ponsan (Paris) produit en mars 1925 les dessins du 1er avant-projet de reconstruction, chiffré 1 032 375,53 F, rejeté, puis un second projet en février 1926 (dessins 2 janvier 1926, devis 9 octobre 1926), approuvé sous réserves par la Commission Spéciale des Beaux Arts le 2 avril 1926 : Paul Léon, au nom de cette Commission, déclare qu'après de nombreux projets présentés, celui-ci semble satisfaisant bien que les voûtes légères en chaînette ne semblent pas dans le caractère très rectiligne de la conception du projet et que les fenêtres en triangles superposés paraissent un peu sommaires. La dépense de reconstruction, évaluée 780 927,66 F, est couverte par un prélèvement sur l'indemnité de 900 000 F (30 mars 1928). La réalisation est adjugée le 29 juin 1928 à l'entreprise Raphaël Moretti (Péronne), et l'entreprise de couverture Mehay (Péronne) s'achevant avec la couverture en tuile plate des rampants de pignons (1929). Les travaux de fondations entrepris en 1928 révèlent la présence de galeries et sapes. La réception définitive des travaux a lieu le 28 mai 1930.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1928, daté par source
Auteur(s) Auteur : Debat-Ponsan Jacques,
Jacques Debat-Ponsan (1882 - 1942)

Architecte. Fils du peintre Edouard Debat-Ponsan, Grand prix de Rome en 1912. Architecte en chef de l'Administration des PTT (1928), puis des Bâtiments civils et palais nationaux (1931), il participe à la reconstruction des régions libérées en tant qu'architecte agréé par la Préfecture de la Somme.

Agence à Amiens, 4 boulevard de Belfort (1923) et 18 rue Delamorlière (1929).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Moretti Raphaël,
Raphaël Moretti

Entrepreneur établi à Péronne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

Le clocher-porche est appuyé par un jeu de contreforts, à sommet pyramidal. Le portail historié est le seul élément en pierre de taille. Le fronton du clocher est en béton. Zinc en couverture du clocher. Voûte parabolique ou en chaînette percée de lunettes de même profil. Pignons découverts des transepts et des chapelles, façades des travées surmontées de gables, flèche carrée. Baies à arc mitré. Remplages en béton à motifs de losanges.

Murs brique
calcaire pierre de taille
béton armé
Toit tuile plate, zinc en couverture
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
croupe polygonale
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre
Typologies clocher-porche, reconstruite au même emplacement, réorientée
Techniques sculpture
Représentations saint
Précision représentations

Sculpture en bas-relief du linteau en pierre surmontant le portail principal. Figure de la Charité de Saint-Martin, inscrite dans le cadre d'un gable en escalier.

Ce dossier de recensement du patrimoine de la reconstruction dans la Haute-Somme, établi en 2003 par Gilles-Henri Bailly, Stéphanie Caulliez et Laurent Philippe, a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2017, dans le cadre de l'enquête thématique régionale : La première reconstruction en Picardie.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 3247. Roisel. Travaux communaux. Eglise, presbytère.

  • AD Somme. Série R ; 10 R 1086. Roisel. Dommages de guerre.

  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 80/3/18. Etat des dommages aux édifices civils et cultuels.

    Roisel (Eglise 1925-1926).
Documents figurés
  • Roisel. Plan cadastral. Section D2, dite du chef-lieu, 1836 (AD Somme ; 3P2077/7).

  • Projet de construction pour la continuation des voûtes de la nef et du chœur, lavis (plan, 2 coupes), Delefortrie et fils (architecte), 17 octobre 1878 (AD Somme ; 99 O 3247).

  • Commune de Roisel. Plan d'ensemble et plan de masse, [état restitué de l'église et de l'hôtel de ville avant 1914], 22 novembre 1920 (AD Somme ; 10 R 1086).

  • Commune de Roisel, église St-Martin-St-Michel, tirage (coupe longitudinale, plan, façade sur portail), J. Lebègue, Henri Bénard (architectes), 23 février 1921 (AD Somme ; 10 R 1086).

  • Eglise de Roisel, [premier projet], 4 tirages et lavis (plans, élévations, coupes), Jacques Debat-Ponsan (architecte), 31 mars 1925 (AD Somme ; 10 R 1086).

  • Eglise de Roisel, [second projet], 5 dessins (plans, élévations), Jacques Debat-Ponsan (architecte), 2 février 1926 (AD Somme ; 10 R 1086).

  • Eglise de Roisel, lever topographique des galeries existantes, plan au niveau des fondations, tirage bleu, Jacques Debat-Ponsan (architecte), 16 septembre 1928 (AD Somme ; 10 R 1086).

  • [Vues aériennes], 3 cartes postales, Cim éditeur, [s.d.] (AD Somme ; 8 Fi 1845-1846-1847).

Bibliographie
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région PICARDIE. La Reconstruction dans l'Est de la Somme : l'architecture religieuse et son décor. Réd. Céline Frémaux ; photogr. jean-Claude Rime, Thierry Lefébure. Trouville-sur-Mer : Illustria, 2007 (Parcours du patrimoine, 330).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Bailly Gilles-Henri - Caulliez Stéphanie - Laurent Philippe - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.