Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Quentin de Fressenneville

Dossier IA80010085 inclus dans Le village de Fressenneville réalisé en 2012

Fiche

Voir

Vocables Saint-Quentin
Parties constituantes non étudiées monument aux morts
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Friville-Escarbotin
Adresse Commune : Fressenneville
Adresse : rue Roger-Salengro , ancienne route d'Abbeville
Cadastre : 1825 D 610 ; 2012 AC 305 à 307

Renonçant à faire réparer l'église, en raison du coût trop important, la municipalité décide la construction d'une nouvelle église et fait l'acquisition de terrains mitoyens au cimetière à MM. Thirard, serrurier, et Cazier-Wattré, négociant, en 1899. Cette même année, elle approuve les plans proposés par les architectes abbevillois Marchand père et fils. L'entrepreneur Thuillier de Beauval est adjudicataire des travaux. Le coût total des travaux s'élève à 150.000 francs dont 130.000 francs offerts par M. Riquier alors maire de Fressenneville. Les 20.000 francs restant seront obtenus grâce à une imposition extraordinaire de la commune. La première pierre est posée en juin 1901.

Les travaux, qui devaient durer 18 mois, sont ralentis par un conflit survenu entre l'entrepreneur et les architectes. La municipalité décide alors d'en confier la direction à l'architecte Paul Delefortrie, membre du conseil départemental des constructions et des bâtiments publics. Selon la tradition, l'église, aurait été construite avec des briques provenant de Bourseville et de Woincourt.

Une première cérémonie de bénédiction a lieu en juillet 1905, sans que le clocher ni les éléments de décor (pinacles des façades antérieures, chapiteau des colonnes de la nef) n'aient été exécutés. Les conséquences de la violente grève qui a lieu à Fressenneville en 1906 entraînent la démission du maire julien Riquier et l'abandon des travaux de construction de la flèche et des éléments de décor. L'édifice est toutefois ouvert en 1909 et la fabrique autorise la pose du dallage l'année suivante.

En 1912, il devient urgent de faire poser une couverture au clocher inachevé. En 1923, le conseil municipal souhaite faire achever la flèche du clocher mais le budget disponible permet seulement la réalisation d'une simple couverture en pavillon.

Le monument au mort, élevé aux abords de l'église, est commandé en 1921. La municipalité porte son choix sur un monument en granite belge, plus résistant aux intempéries, orné d'une allégorie de la France et fourni par l'entrepreneur Debelle-Defraine. La grotte de Notre-Dame de Lourdes a été inaugurée le 5 novembre 1944.

Le cimetière de l'ancienne église, conservé et agrandi, fait l'objet d'un plan d'aménagement et d'une réglementation en 1908. Un mur de clôture et une grille sont posés en 1913. En 1919, le projet de déplacer le cimetière hors du village est rejeté. En 1921, des concessions gratuites auprès du monument aux morts sont accordées pour l'inhumation des militaires morts pour la France. Un bassin destiné à recueillir les eaux de pluie est installé dans le cimetière pour faciliter l'arrosage des fleurs garnissant les tombes, en 1928.

En 1934, la nécessité de déplacer le cimetière est à nouveau à l'ordre du jour, en raison du mauvais écoulement des eaux de pluie qui provoque l'effondrement des fosses. Un terrain sera acquis en 1937 et le cimetière déplacé route d'Abbeville, l'année suivante.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1899, daté par source
1908, daté par source
1921, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Delefortrie Paul Jules Joseph, dit(e) Paul Delefortrie,
Paul Jules Joseph Delefortrie , dit(e) Paul Delefortrie (1843 - 1910)

Architecte. Né à Tourcoing, élève de Victor Delefortrie (1810-1889), son père avec lequel il travaille de nombreuses années, et de l'architecte lillois Vandenbergh. Domicilié à Amiens, 8 place de Longueville (recensement de 1881).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
conducteur de travaux, attribution par travaux historiques
Auteur : Marchand Alfred,
Alfred Marchand

Al Marchand père et fils Abbeville

A. Marchand fils, architecte arrondissement Abbeville


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Thuillier, entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Debelle-Defraine G., entrepreneur, attribution par travaux historiques

L’église est implantée au centre du village sur une parcelle traversante non close, qui permet de relier les rues Roger-Salengro et Karl-Marx. L'édifice de style néogothique, est construit en briques, avec emploi de calcaire pour l'ornementation architecturale, et couvert d'ardoises. Il présente un plan en croix latine, à deux bas-côtés et chevet polygonal. Le clocher, dépourvu de flèche, est flanqué de tourelles polygonales.

La date de 1901 est gravée sur le pignon du transept.

La plupart des éléments de décor en calcaire prévus sur les façades et en particulier le portail, n’ont pas été réalisés et restent encore aujourd'hui à l'état de pierres brutes.

Murs brique
calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
Typologies style néogothique
Mesures l : 55.0 mètres
la : 25.0 mètres

Construite à partir de 1900, sur un terrain attenant au cimetière et à l'ancienne église, la nouvelle église de Fressenneville est un édifice de style néogothique, dont l'inachèvement du décor contraste avec ses vastes proportions. L'absence de flèche au dessus du clocher-porche et les pierres dépourvues de décor sont d'après la tradition, la punition infligée aux habitants du village, suite aux grèves de 1906, pendant lesquelles la demeure d'Édouard Riquier fut incendiée. Ce sont les architectes abbevillois Marchand père et fils, qui en donnent les plans en 1899. Cependant, des conflits survenus avec l'entrepreneur adjudicataire des travaux amènent la municipalité à faire appel aux services d'un autre architecte, Paul Delefortrie, qui semble avoir modifié le projet d'origine. On remarque en effet des différences sensibles avec le projet de 1899 notamment dans le fait que les parties hautes du clocher-porche présentent des colonnettes au lieu des deux baies jumelles projetées. Ces colonnettes ornent également les deux tourelles et le transept. La modénature des baies du chœur a aussi été modifiée, tout comme la rosace du transept. Enfin, la sacristie qui devait ceinturer le chœur n'a été que partiellement réalisée. Le cimetière de l'ancienne église, conservé et agrandi, fait l'objet d'un plan d'aménagement et d'une réglementation en 1908.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 1871. Fressenneville. Administration communale, 1870-1939.

Documents figurés
  • Commune de Fressenneville. Somme. Projet de reconstruction de l'église. Plan de la façade principale, Marchand père et fils architectes, 1899 (AD Somme ; 99 O 1872).

  • Commune de Fressenneville. Somme. Projet de reconstruction de l'église. Coupe longitudinale, Marchand père et fils architectes, 1899 (AD Somme ; 99 O 1872).

  • Commune de Fressenneville. Somme. Projet de reconstruction de l'église. Coupe transversale, Marchand père et fils architectes, 1899 (AD Somme ; 99 O 1872).

  • Commune de Fressenneville. Somme. Projet de reconstruction de l'église. Plan au sol, Marchand père et fils architectes, 1899 (AD Somme ; 99 O 1872).

  • Nouvelle église de Fressenneville, carte postale, Ed Jules Fache, Escarbotin, Photo Lenne, [s.d.] (BM Abbeville ; Aul 63).

  • Plan géométrique du cimetière communal de Fressenneville, dessin, 1908 (AD Somme ; 99 O 1871).

  • Fressenneville (Somme). L'Eglise, carte postale, Villain phot., [vers 1925] (coll. part.).

Bibliographie
  • GAILLARD, Jean-Louis. Fressenneville, une siècle d'histoire. Fressenneville : [s.n.], 1981.

  • PRAROND, Ernest. Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux ou fermes : Saint-Valery et les cantons voisins. Abbeville : P. Briez, 1863.

    pp. 169-171
  • RODIERE Roger. La Picardie historique et monumentale, Le pays du Vimeu, Amiens : Picard, 1938.

    p. 157.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Association de Préfiguration du PNR Picardie maritime ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) Syndicat mixte Baie de Somme - Trois Vallées - Grimaud Romain
Romain Grimaud

Chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2011 à 2012.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Kocourek Frédéric-Nicolas
Frédéric-Nicolas Kocourek

Enquêteur externe, chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2014 à 2016.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.