Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église Saint-Martin d'Amiens

Dossier IA80000153 réalisé en 1996

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

L'église paroissiale Saint-Martin, construite entre 1869 et 1874, sur les plans de l'architecte Louis Henry Antoine (1820-1900), se voit attribuer le vocable d'une église détruite dont la paroisse est supprimée à la Révolution. Elle s'élève dans le nouveau quartier Henriville, au centre d'une place, comme l'église Saint-Roch. Sa façade ouvre sur une place parvis aménagée au nord. Trois portails monumentaux ornent la façade de cette petite cathédrale qui n'a cependant qu'un clocher porche comparable à celui des églises rurales comme Saleux.

La réalisation de style néogothique succède aux premiers projets néoclassiques de l'architecte, comme l'église de Longueau (1849) ou encore les projets proposés au concours de 1856, pour Saint-Pierre et Saint-Honoré. Louis Henry Antoine est également l'auteur de l'église Saint-Jean-Baptiste (1888), de l'église Saint-Roch (1878) et de la reconstruction de l'église de Pont-Noyelles (1880), dans la Somme.

Le décor sculpté des tympans est l’œuvre du sculpteur Victor Fulconis (1851-1913).

Vocables Saint-Martin
Parties constituantes non étudiées parvis, monument aux morts
Dénominations église
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : quartier Henriville
Adresse : 25 rue Morgan

Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série V) indiquent qu'une église, construite sur des plans et devis approuvés en 1866, est érigée en succursale en 1867 ; elles mentionnent la construction d'une grille autour de l'église, en 1898. Celles de la série O indiquent que la fabrique demande à la ville, en 1883, la dernière tranche de la subvention promise en 1873, à valoir à l'achèvement des travaux. Elles signalent la réception des travaux de restauration de l'église, réalisés par l'entrepreneur Sueur, sous la direction de l'architecte Jean Guidée, en 1935. Les matériaux utilisés pour cette restauration sont la roche douce de Saint-Maximin et le banc royal de Saint-Vaast, provenant des carrières Civet-Pommier. Le porche droit et la partie des bas-côtés détruits, durant la Première Guerre mondiale, ont été restaurés par l'entrepreneur Tellier-Leclercq (série R). Travaux historiques : Selon le dossier établi en 1996 par Nathalie Mette, l'église paroissiale Saint-Martin remplace une chapelle provisoire, élevée peu avant 1869, date de l'approbation des plans de la nouvelle église dessinés par l'architecte Louis Henri Antoine. Les travaux, réalisés par l'entrepreneur Guénard, débutent en 1869 ; interrompus par la guerre de 1870, ils s'achèvent en 1874 (gros-oeuvre) et en 1882 (décor sculpté). L'église est restaurée sous la direction de l'architecte Guidée après 1940.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1869, daté par source
1878, daté par source
1898, daté par source
1925, daté par source
Auteur(s) Auteur : Guénard, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Fulconis Victor, sculpteur, attribution par source
Auteur : Guidée Jean,
Jean Guidée

Architecte. Associé à Dubus (église de Rivery) en 1960.

Etabli à Amiens, 12 rue Gloriette, en 1930.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Tellier-Leclercq, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Sueur marbrerie et entreprise de monuments funèbres, dit(e) Marcel Sueur, Robert Sueur,
marbrerie et entreprise de monuments funèbres Sueur , dit(e) Marcel Sueur, Robert Sueur

Marbrerie et entreprise de monuments funèbres amiénoise dirigée par Marcel Sueur, neveu de Léopold Delalieux, dont il prend la succession.

En 1881, Marcel Sueur (né en 1864 à Auchevillers) et Léopold Sueur (né en 1867 ou 1868) sont ouvriers tailleurs de pierre chez leur oncle (recensement de population), Grande rue Saint-Maurice.

Marcel Sueur-Mallart est établi rue 381-383 Saint-Maurice (recensements de population de 1906 et 1911). Lui succède son fils Robert Sueur (né en 1894), domicilié 381 rue Saint-Maurice, en 1937-1938 (AC Amiens 2M 17/27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Antoine Louis Henry,
Louis Henry Antoine (1820 - 1900)

Architecte, président de la société régionale des architectes du nord de la France, président d'honneur de la société des Antiquaires de Picardie, membre du conseil départemental des constructions et bâtiments publics.

Arrive à Amiens en 1846 pour construire la gare.

Architecte de la ville jusqu'en 1856 (démission).

Architecte de l'arrondissement de Doullens (Somme).

Père de Georges Antoine et d'Antoine Joseph. Grand-père d'Henry.

1862 : domicilié 21 rue des Saintes-Maries (annuaire).

1881 : domicilié 10 rue des Saintes-Maries à Amiens avec son fils Joseph (19 ans) élève architecte.

chevalier de la légion d'honneur, capitaine commandant honoraire de la compagnie des sapeurs-pompiers, membre du conseil municipal,

Voir le site http://www.purl.org/inha/agorha/002/75226.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source

L'église non orientée, implantée en parcelle-îlot et précédée au nord d'une place-parvis, est construite en briques et couverte d´ardoises. Elle présente un plan allongé à deux bas-côtés avec chevet polygonal et tour de clocher-porche flanquée de tourelles octogonales. La façade principale à trois portails en calcaire comporte un décor en relief figuré (tympans, niches et couronnement). La nef, qui présente une élévation intérieure à trois niveaux, est éclairée par des oculi et des petites baies hautes ouvrant sur le comble des bas-côtés. Les vaisseaux couverts de voûtes d´arête en brique enduit simulant la pierre de taille sont séparés par des arcs brisés reposant sur des colonnes à colonnettes. Présence d'une tribune d´orgue au bas de la nef. Inscriptions : Signature (tympans) : V. FULCONIS. Date (tympan du portail principal) : 1878. Représentation : Bas-relief (tympan gauche) : Mort de saint Martin. Bas-relief (tympan central) : Saint Martin partage son manteau. Bas-relief (tympan droite) : Vierge à l´Enfant avec saint Martin agenouillé en prière. Statue (couronnement du portail central) : saint Martin évêque. Statues (niches des contreforts de la façade principale) : saint Louis et saint portant une palme.

Murs brique
Toit ardoise
Étages 3 vaisseaux
Typologies style néogothique

Ce dossier établi par Nathalie Mette en 1996 lors d'une enquête thématique sur les édifices religieux d'Amiens a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 303. Amiens. Églises.

  • AD Somme. Série R ; 10 R 82. Dommages de guerre.

    (Eglise Saint-Martin)
  • AD Somme. Série V ; 2V 18. Érections de cures de deuxième classe, succursales, vicariats et chapelles de secours (an XII-19000).

  • AD Somme. Série V ; 5V 56. Église Saint-Martin.

Documents figurés
  • Amiens. L'église Saint-Martin, carte postale, édition C. N. 1er quart 20e siècle (AD Somme ; collection particulière).

Bibliographie
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 36 ; 38-39
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mette Nathalie