Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Enclos funéraire de la famille d'Abraham Fatton

Dossier IA80005870 inclus dans Plaine E réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations famille d'Abraham Fatton
Parties constituantes non étudiées clôture
Dénominations enclos funéraire
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , 41 plaine E Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en février 1836, par Abraham Fatton, domicilié à Amiens, Place Saint-Remy. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent qu'une "pierre tombale" a été posée en 1827 pour le fils d'Abraham Fatton, par l'entrepreneur Mangot fils. La sépulture de la famille Fatton est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'un "monument en forme de temple", attribué à l'architecte Cheussey (cf. annexe). Le rapport de l'architecte communal du 20 avril 1925 préconise la conservation de ce monument qui présente "un intérêt d'art".

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1827, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cheussey François Auguste,
François Auguste Cheussey (1781 - 1857)

Architecte de la ville d'Amiens. Nomination provisoire le 26 août 1814. Nomination définitive le 8 septembre 1815, puis le 26 avril 1820.

Architecte du Département. Nomination 20 avril 1816, puis le 19 avril 1820.

Rapporteur au conseil des Bâtiments civils en 1819.

Fin d'activité le 1er août 1848.

http://viaf.org/viaf/95890648.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Mangot Aimé Louis Pierre, dit(e) dit Mangot fils,
Aimé Louis Pierre Mangot , dit(e) dit Mangot fils (1800 - )

Maître-maçon. Fils de Pierre Louis Mangot (1777-1841).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Personnalité : Fatton Abraham, habitant célèbre, attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grosse bordure en calcaire, initialement surmontée d'une grille en fer forgé, qui ne subsiste que dans la partie postérieure de la clôture. Elle contient trois monuments, dont le principal est un tombeau-monument en forme de temple à péristyle en calcaire, surmonté d'un fronton triangulaire à acrotères. Le mur postérieur de ce tombeau est agrémenté d'une grande table en pierre d'Ecaussine (ou marbre) portant le nom des destinataires. Au pied de cet édicule, se trouvent deux dalles funéraires rectangulaires en calcaire (celle de droite, difficilement lisible, est en mauvais état).

Inscriptions :

Dates des décès (dalle funéraire gauche) : 1827 ; 1880. Date du décès (dalle funéraire droite) : 1845.

Épitaphe (dalle funéraire gauche) : Ici / reposent les corps de / Abraham Pierre François / FATTON / fils ainé, né le 9 novembre 1794 / décédé à Amiens le 23 janvier 1827. / Négociant et manufacturier intègre. / Il a quitté la vie sans avoir eu le temps / de connaître les douceurs autrement / que par le bien qu'il faisait. / Regretté de tous ceux qui l'ont connu. / Il est constamment ami de son père.

Épitaphe (dalle funéraire droite, en latin ?) : [illisible].

Inscription concernant le destinataire (table en pierre d'Ecaussine) : FATTON.

Murs calcaire
marbre
fer
Typologies composition hétérogène à tombeau principal, tombeau en forme de temple, dalle funéraire
États conservations mauvais état, envahi par la végétation
Techniques ferronnerie
Précision représentations

La partie postérieure de la grille de clôture est ornée de fleurons. Le fronton triangulaire du tombeau-monument est agrémenté d'un acrotère central et de deux acrotères latéraux.

Cette concession conservant partiellement sa clôture d'origine contient trois monuments. Le plus ancien est la dalle funéraire rectangulaire en calcaire déposée à gauche (fig. 4), réalisée vers 1827 par l'entrepreneur Mangot fils (autorisations de construction) pour le fils du négociant et manufacturier Abraham Pierre François Fatton (S. Comte). La dalle funéraire de droite, identique à la première, a sans doute été réalisée vers 1845, date du décès d'Abraham Fatton.

Le monument principal est un tombeau en calcaire en forme de temple, probablement élevé entre 1836 (date d'acquisition de la concession) et 1847, date de la publication du commissaire Stéphane Comte qui en fait la description et en attribue les plans à l'architecte Auguste Cheussey.

En 1925, l'architecte de la Ville signalait son intérêt architectural, sa valeur historique et sociologique.

Protestant venu de Suisse, Abraham Fatton s'établit comme négociant à Amiens, où il devient membre du Tribunal de Commerce, membre du Conseil municipal et membre du Conseil général de la Somme. Il joua également un rôle actif dans la vie de sa communauté en devenant secrétaire du Consistoire des églises protestantes de la Somme.

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promemades au cimetière de la Madeleine

    "Nous parvenons au cimetière des protestants, situé à l´extrémité de l´allée que nous parcourons et à notre gauche ; nous n´y rencontrons qu´un monument remarquable, celui de M. FATTON, auquel nous nous arrêtons ; tous les autres sont de la plus grande simplicité.

    La sépulture de la famille FATTON est indiquée par un monument en forme de temple, au devant duquel sont couchées deux pierres sépulcrales. Sur la première on lit cette inscription :

    Ici repose le corps de M. Abraham

    FATTON,

    né à Colombier, canton de Neufchâtel,

    en Suisse, le 6 février 1768,

    décédé à Amiens le 7 janvier 1845,

    ancien négociant, membre du tribunal de

    Commerce, du Conseil municipal d´Amiens,

    et du Conseil général de la Somme,

    et ancien secrétaire du Consistoire des églises

    protestantes du département.

    M. Abraham FATTON, ayant acquis, pendant la révolution, l´église Saint-Remy, aujourd'hui vaste entrepôt de roulage, conserva, avec un respect digne des plus grands éloges, les tombes des curés de cette paroisse qui avaient été inhumés, ainsi que cela se pratiquait alors, dans le cœur de leur église paroissiale.

    En 1819, M. FATTON offrit à la commission des hospices de cette ville la pierre tumulaire et les restes de M. Heuvel-Antoine sieur de Marconvel, l´un des curés de Saint-Remy et fondateur de l´hospice Saint-Charles, en 1640. La commission administrative ayant accepté cette proposition avec reconnaissance, la translation en eut lieu avec pompe, le 28 mars 1820.

    La seconde pierre recouvre la dépouille mortelle de son fils, né le 9 novembre 1794, décédé le 25 janvier 1827.

    Cette sépulture est enceinte d´une grille en fer. Le plan du monument est de M. Cheussey."

    Stéphane C[omte], 1847, pp. 106-108.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/1. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1807-1828).

Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

    pp. 106-108
  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

    p. 33
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.