Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Enclos funéraire des familles Guénard-Morant et Asselin, Legendre et Laurent-Morant

Dossier IA80006543 inclus dans Plaine D réalisé en 2007

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellations famille Guénard-Morant et famille Asselin, famille Legendre et famille Laurent-Morant
Parties constituantes non étudiées clôture
Dénominations enclos funéraire
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , 32 et 33 plaine D Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1831, par Marie Pierre Alexandre Laurent-Morant, domicilié à Amiens, rue du Quai et par Louis Rémy et François Crépin Morant, domiciliés à Amiens, rue de Noyon. Elle fut agrandie en août 1835, par Marie Laurent-Morant, domiciliée à Amiens, 23 rue Saint-Denis, puis en mars 1917, par Blanche Legendre et par Léger, Charles et Octave Guénard, domiciliés à Amiens.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des travaux ont été réalisés par l'entrepreneur Lefebvre-Facquet en 1851 sur la sépulture Guénard-Morant et que l'entrepreneur amiénois Charles Guénard-Boulanger a réalisé des travaux de modification en 1908.

La sépulture de la famille Laurent-Morant est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une "chapelle sépulcrale", dont il attribue la construction à l'entrepreneur Salé, sur les plans de l'architecte Laurent, membre de la famille (cf. annexe).

L'aménagement de la concession au milieu du 19e siècle est également connu par un dessin des frères Duthoit.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle, milieu 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1836, porte la date, daté par source
1850, daté par source
1908, daté par source
Auteur(s) Auteur : Salé, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Guénard-Boulanger Charles, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lefebvre-Facquet,
Lefebvre-Facquet

Entrepreneur à Amiens, place des Huchers.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Laurent, architecte, auteur commanditaire, attribution par travaux historiques

Ce terrain, par deux fois agrandi, comprend deux concessions.

La première (fig. 1), à droite en bordure d'allée, est délimitée par un petit mur-bahut en calcaire et s'appuie à droite sur la clôture de la concession voisine. Le sol est en béton et la dalle fermant l'entrée du caveau, aéré par deux bouches en calcaire situées de part et d'autre de la concession, est en pierre de Tournai.

Elle contient un tombeau en forme de chapelle, de style néoclassique entièrement construit en calcaire. L'édicule présente un fronton triangulaire à acrotères recouvert d'une protection en zinc (fig. 2). Les façades latérales sont percées de fenêtres en demi-cintre, ornées de vitraux en grisaille. A l'intérieur, le mur postérieur est agrémenté d'un faux-autel légèrement trapézoïdal en calcaire (la tablette antérieure est déposée), surmontée de trois tables en marbre gravées des épitaphes (fig. 3). Le sol est pavé d'un dallage en damier noir et blanc.

La seconde concession (fig. 4 et 5), à gauche en bordure d'allée, n'est pas délimitée et contient un tombeau en forme de chapelle de style néoclassique rehaussé, auquel on accède par trois marches. L'édicule, recouvert d'une protection en zinc, présente une façade antérieure en calcaire à bossage ; il est fermé par une porte cintrée en fonte (fig. 6). Les façades latérales en briques appareillées de pierre de taille sont percées de fenêtres en demi-cintre, ornées de vitraux en grisaille colorée. A l'intérieur, se trouve un monumental tombeau en calcaire, à corniche moulurée et fronton cintré à acrotères (fig. 8). Celui-ci renferme les cercueils des défunts de la famille, inhumés hors-sol. Le fronton est orné d'une tablette cintrée en marbre portant le nom du destinataire et le sol est pavé d'un dallage en damier noir et blanc (en mauvais état) et de plaques-épitaphes, aujourd'hui illisibles.

Inscriptions :

Dates des décès (tombeau-chapelle droit) : 1917 ; 1934 ; 1981 ; 2002 / 1846 ; 1829 ; 1851 ; 1861 ; 1884 / [...] ; 1908 ; [...]. Dates des décès (tombeau-chapelle gauche) : [muet] ; [muet] ; 1858 ; 1843 / 1906 ; 1885 ; 1916 ; 1846 / [muet] ; 1933 ; 1867 ; 1855.

Épitaphe (tombeau-chapelle droit) : Louis Rémy MORANT / propriétaire, décédé le 17 mars 1846 / à l'âge de 75 ans et 8 mois / - / Louis Joseph Alexandre MORANT / propriétaire, décédé à Paris le 9 avril 1851 / à l'âge de 28 ans et 2 mois.

Épitaphe (tombeau-chapelle gauche) : Ici repose le corps / de Monsieur Louis Florentin / LAURENT / propriétaire / décédé en sa terre de la Neuville- / sous-Corbie / le 17 décembre 1867 / à l'âge de 69 ans / Priez pour lui.

Inscription concernant le destinataire (tombeau-chapelle droit, entablement en creux) : Famille Guénard-Morant / (partie supérieure, surmontant la porte d'entrée) Famille Asselin.

Inscription concernant le destinataire (tombeau-chapelle gauche, partie supérieure de la porte) : Famille / Legendre / (intérieur du tombeau-chapelle, fronton du monument, calligraphié) Famille / Laurent-Morant.

Date portée (intérieur du tombeau-chapelle gauche, fronton du monument) : 1836.

Murs calcaire pierre de taille
marbre
brique
fonte
fer
Typologies concessions juxtaposées, tombeau en forme de chapelle à parvis enclos, tombeau en forme de chapelle
Techniques fonderie
ferronnerie
sculpture
Précision représentations

Le fronton triangulaire du tombeau-chapelle droit, initialement surmonté d'un élément et souligné par une frise en ronds, est sculpté de feuilles de lierre ainsi que d'une couronne de feuilles de chêne et d'immortelles entrelacée de rubans, qui est ornée d'un sablier ailé central et sur laquelle s'entrecroisent deux flambeaux à demi renversés. La porte d'entrée est encadrée par deux grands losages moulurés. Les croisillons de la porte cintrée du tombeau-chapelle gauche sont ornés de fleurs dorées. Sur la partie inférieure sont fixés une couronne de laurier dorée ornée d'un sablier ailé central avec aux angles, quatre visages de femmes voilées fermant les yeux. Le fronton cintré du monument intérieur, souligné par une frise perlée et dont les acrotères sont gravés de fleurs et encadrés par deux beaux vases funéraires, est surmonté d'une croix latine à volutes fleuries, qui est ornée d'un beau Christ en fonte.

Ce terrain, acquis en 1831 et agrandi en 1835 puis en 1917, comprend deux concessions distinctes.

La première concession, à droite, conserve sa clôture et contient un tombeau en forme de chapelle de style néoclassique en calcaire (fig. 1). L'édicule a sans doute été réalisé entre 1846, date du décès de Louis Rémy Morant, et 1851, date des travaux réalisés par l'entrepreneur Lefebvre-Facquet (autorisations de construction). Le modèle est très proche de celui réalisé en plaine H pour la famille Abraham, en 1832.

La seconde concession, à gauche, contient également un tombeau rehaussé en forme de chapelle de style néoclassique en calcaire, que Stéphane Comte décrit en 1847 et dont il attribue l'exécution à l'entrepreneur Salé, sur les plans de l'architecte Laurent, également concessionnaire de cette sépulture. Ce tombeau a sans doute été réalisé entre 1831 (date d'acquisition de la concession), 1835 (date du premier agrandissement de la concession) et 1843 (date de la première inhumation mentionnée). A l'intérieur, se trouve une système de caveau "en enfeu", les fours étant dans l'épaisseur des murs, comme dans certains tombeaux contemporains de la plaine N.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promemades au cimetière de la Madeleine

    "Voici la chapelle sépulcrale de la famille LAURENT-MORANT. La façade a la forme d´une borne antique, elle est ornée de plates-bandes en pierre de Senlis semblable à celle qui a servi à sa construction. Les tiroirs destinés à recevoir les cercueils sont établis dans l´épaisseur du mur, à la superficie de la chapelle, et leurs façades, en pierre d´une seule pièce, sont séparées par des pilastres.

    Elle a été construite par M. Salé sur le plan fourni par M. LAURENT père.

    La ville d´Amiens doit à ce dernier le développement de l´industrie de tapis et des velours d´Utrecht, qui y est encore en grande faveur, grâce aux perfectionnements que la famille, en la continuant, y a introduits.

    On lit sur la paroi du fond des inscriptions :

    M. Crépin-François MORANT, décédé le 9 juin 1846, âgé de 74 ans.

    Marie-Pierre-Alexandre LAURENT, décédé le 11 octobre 1842, âgé de 77 ans.

    Adrien-Louis MORANT, décédé le 30 décembre 1823, âgé de 89 ans.

    Dame Marie-Anne-Flore BELLAIR, son épouse, décédée le 27 avril 1812, âgée de 72 ans."

    Stéphane C[omte], 1847, pp. 105-106.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/2. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1849-1859).

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/10. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1907-1910).

Documents figurés
  • La tombe de M. Laurent au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit, vers 1850 (Amiens, Musée de Picardie ; MP Duthoit VI-88, VI-89, IV-89bis et VI-90).

Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

    p. 8-13.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.