Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble de deux verrières détruites (verrière figurée, verrière à personnages) : histoire de la dévotion au Sacré-Coeur (baies 47, 119)

Dossier IM02004710 réalisé en 2010

Fiche

Voir

Dénominations verrière
Titres Histoire de la dévotion au Sacré-Coeur
Aire d'étude et canton Saint-Quentinois - Saint-Quentin
Adresse Commune : Saint-Quentin
Adresse : Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin
Emplacement dans l'édifice mur nord du grand transept baies 47 et 119

En 1856, le pape Pie IX étend la fête du Sacré-Coeur à l'Eglise universelle. La même année, Monseigneur de Garsignies consacre le diocèse de Soissons au Sacré-Coeur de Jésus, suscitant un développement de cette dévotion dans le diocèse. A Saint-Quentin, la confrérie du Sacré-Coeur, qui avait été érigée vers 1836 et installée dans une des chapelles absidiales, connaît une extension remarquable dans le courant des années 1860. La chapelle du Sacré-Coeur est déplacée en 1864 (année de la béatification de Marguerite-Marie Alacoque) dans le bras nord du grand transept. Elle est meublée d'un autel provenant de l'atelier lillois Buisine, placé contre le mur nord. La fenêtre qui domine cet autel n'est alors occupée que par des éléments de vitraux anciens, maladroitement restaurés. L'archiprêtre Tavernier décide donc d'y faire poser une verrière en rapport avec le vocable de cette nouvelle chapelle. Le peintre-verrier parisien Claudius Lavergne dessine en 1865 la maquette d'une verrière racontant l'origine, les progrès, les luttes et le triomphe de la dévotion et du culte du Sacré-Coeur. Il semble que ce vitrail ait été réalisé et posé en 1867. En 1869, le clergé caresse le projet d'achever la parure vitrée du mur nord du grand transept. Il est alors question d'installer dans le triforium des vitraux à grands personnages représentent les principaux Docteurs qui ont écrit sur le Sacré-Coeur et sur l´Eucharistie (baie 119). Les lancettes qui portent la rosace supérieure doivent être elles-aussi garnies de vitraux à personnages, représentant les patrons des anciennes paroisses de la ville, encadrant la Vierge et saint Quentin, patrons de la collégiale. Seule la première partie de ce projet fut réalisée, les verrières du triforium, oeuvres d'un verrier inconnu, étant posées en mars 1870. Au cours de la Première Guerre mondiale, les verrières de la basilique qui n'avaient pas été déposées sont presque entièrement détruites en 1917 et 1918. Le 2 octobre 1917, le soldat allemand Niemack ramasse deux fragments de la verrière 47. Par testament, il demande qu'ils soient rendus à la ville. Ils ont été remis au maire de Saint-Quentin, par le général de l'OTAN Jörg Schweinsteiger, le 22 mai 2006, puis déposés au musée. La pièce de verre représentant la tunique et le bras droit du Christ provient de la scène de l'Apparition à Marie-Madeleine ou "Noli me tangere". La tête du Christ appartient sans doute à la même scène.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1867
1870
Lieu d'exécution Édifice ou site : Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Lavergne Claudius, peintre-verrier

La baie 47 est formée de quatre lancettes de même taille, sommées d'un arc trilobé. Le tympan qui les surmonte est constitué de 21 jours de réseau et d'une rose, elle-même composée d'un oculus de réseau polylobé et de 10 jours de réseau. La baie 119, qui surmonte la précédente, se compose de huit lancettes trilobées identiques, réparties en trois groupes de 2, 4 et 2 lancettes. Chaque lancette est encadrée de deux jours et couronnée d'un trilobe.

Catégories vitrail
Structures lancette, 4, juxtaposé, polylobé tympan ajouré oculus de réseau, polylobé jour de réseau, 31 lancette, 8, juxtaposé, polylobé jour de réseau, 16 jour de réseau, 8, polylobé
Matériaux verre transparent, soufflé, taillé, gravé, peint, grisaille sur verre
plomb, réseau
Précision dimensions

Mesures de chaque lancette de la baie 47 : h = 520 ; la = 86. La dimension du verre correspondant à la tunique du Christ = 22,5 cm de haut et 14,6 cm de large. La tête du Christ mesure 17,6 cm de haut et 15 cm de large.

Iconographies scène, apparition, coeur, sainte Marguerite-Marie Alacoque, Christ
scène biblique, Cène, Le coup de lance, Apparition à Madeleine, Apparition à Thomas
figures, sainte Gertrude, sainte Jeanne de Chantal, à mi-corps, saint François d'Assise, saint François de Sales, en pied
scène, religieux, pape, saint Alphonse de Liguori, évêque, groupe de figures
scène, pape, sainte Marguerite-Marie Alacoque, Pie IX
scène, assemblée, acte de gouvernement, Paris
scène, synode, ange, Pistoia
groupe de figures, hérésie, Jansénius, Quesnel Pasquier, Arnauld Antoine, Saint-Cyran abbé de, démon biblique, jansénisme
ornementation, ange, écu, coeur, musicien
Précision représentations

Vers le haut de la verrière, se trouvait l'apparition du Sacré-Coeur à Marguerite-Marie Alacoque, représentée de manière traditionnelle. Elle était encadrée par saint François d'Assise avec ses stigmates et saint François de Sales portant la règle de l'ordre de la Visitation. Dans l'ogive, un coeur rayonnant était entouré d'anges musiciens. Dans la partie supérieure des lancettes, prenaient place sainte Gertrude et sainte Jeanne de Chantal, à mi-corps. Dans le registre en-dessous de l'apparition du Sacré-Coeur, se succédaient quatre scènes du nouveau testament illustrant l'amour du Christ pour l'humanité : la Cène, le coup de lance, l'apparition du Christ à Marie-Madeleine au matin de Pâques, enfin l'apparition du Christ à saint Thomas. En-dessous, avaient été représentés des faits historiques en lien avec la dévotion au Sacré-Coeur. Les tableaux centraux résumaient l'action et les décisions du Saint-Siège en faveur de la dévotion au Sacré-Coeur (dont la béatification de Marguerite-Marie), ceux des lancettes latérales étaient réservés à l'opposition et à la défaite du jansénisme clérical et parlementaire (le parlement de Paris défendant la célébration de la fête du Sacré-Coeur, et le synode de Pistoia où avait été censuré le culte du Sacré-Coeur). Enfin, dans le registre inférieur, étaient rassemblés les principaux chefs jansénistes et divers personnages (dont l'abbé Grégoire) qui avaient raillé cette dévotion.

Inscriptions & marques inscription, manuscrit, sur partie rapportée, allemand
numéro d'inventaire, sur partie rapportée
Précision inscriptions

Inscription portée sur une étiquette, collée sur chacun des deux verres : [....] der Kathedrale in St Quentin um 2. 10. 17 [...] Niemack. La tunique du Christ et le bras droit portent une étiquette avec le numéro d'inventaire : 2006-19-2. La tête du Christ a reçu le numéro : 2006-19-1.

États conservations oeuvre détruite
fragment
Précision état de conservation

Les deux verrières ont été détruites au cours de la Première Guerre mondiale. Deux verres qui avaient été recueillis dans les ruines en 1917, ont été rendus à la ville et déposés au musée en 2006.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Quentin; Série S ; 6 S 5. Registre des délibérations du bureau des marguilliers de la fabrique de Saint-Quentin (21 mars 1811-9 juillet 1877).

    folio 170 recto (séance du 8 novembre 1867)
  • Saint-Quentin, Musée Antoine-Lécuyer. Dossier 2006.19.1.

  • Saint-Quentin, Musée Antoine-Lécuyer; Dossier 2006.19.2.

  • Société académique de Saint-Quentin. Journal d'Edmond Oudart, secrétaire de l'église Saint-Quentin (non coté).

    17 mars 1870
Documents figurés
  • St-Quentin. Le Rosaire, Basilique. [Autel et verrière du Sacré-Coeur], impr. photoméc. (carte postale), [vers 1900].

Bibliographie
  • La Foi Picarde. Semaine religieuse des trois diocèses de Beauvais, Soissons & Amiens.

    1865, n° 6, 4 novembre 1865, p. 84 ; 1868, n° 24, 12 décembre 1868, p. 547 ; 1869, n° 14, 3 avril 1869, p. 263
  • MATHIEU, Abbé Adolphe. Saint Quentin. Sa vie, son culte. Restauration de son pèlerinage. Saint-Quentin : typographie et lithographie Jules Moureau, 1878.

    p. 214
  • POINDRON, Abbé Théodore. Le zèle pastoral ou vie de M. Charles-Florimond Tavernier, curé-archiprêtre de Saint-Quentin. 2e édition, Saint-Quentin : typographie et lithographie Jules Moureau, 1879.

    p. 115-116
  • VAILLANT, Abbé A. La vie du très-illustre martyr S. Quentin, apôtre et patron du Vermandois. Saint-Quentin : Librairie classique Meurisse-Hourdequin, 1868.

    p. 133-153
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Riboulleau Christiane