Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble du décor des deux chapelles nord de la nef, dites chapelle Notre-Dame de Liesse et chapelle Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus

Dossier IM02005421 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Titres chapelle Notre-Dame de Liesse
chapelle Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus
Aire d'étude et canton Soissonnais - Soissons-Sud
Adresse Commune : Soissons
Adresse : Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais , place Cardinal-Binet
Emplacement dans l'édifice collatéral nord de la nef

Vers la fin du 18e siècle, la nef de la cathédrale présente un aspect asymétrique. Elle est en effet dotée uniquement de deux chapelles contiguës, qui ouvrent sur son bas-côté sud. Ces chapelles, fondées par deux prélats, ont donc été bâties sur le terrain du palais épiscopal qui s'étend au sud de la cathédrale. Désireux de rendre à la cathédrale sa symétrie, le chanoine Jean-Baptiste Castel, ancien vicaire général sous Monseigneur de Fitz-James, fait édifier et décorer vers 1778-1780, deux chapelles vis-à-vis des premières. Ces chapelles empiètent cette fois sur le préau du cloître (ancien cimetière de la cathédrale) et sont dédiées à Dieu sous l'invocation l'une, de saint Paul et l'autre, de saint Augustin. Le nom de l'architecte, des artistes et artisans qui ont œuvré à cette extension de la cathédrale ne nous est pas parvenu. Le chanoine Cabaret précise seulement que les travaux de maçonnerie ont pris place en 1778, que les grilles ont été posées l'année suivante, et enfin que les lambris et autels installés en 1780. L'ensemble aurait coûté 24 000 livres au généreux commanditaire.

Les restaurations et les travaux d'embellissement du 19e siècle paraissent avoir peu concerné ces chapelles éloignées du chœur. Les documents qui les mentionnent laissent deviner des changements de vocables. En 1858, il est proposé que la première chapelle nord, déjà consacrée à Saint Louis, le soit en même temps à saint Joseph. En 1877, la seconde chapelle - où se trouve le tableau du Baptême du Christ - est aménagée pour recevoir les appareils d'un calorifère qui y subsiste jusqu'en 1892, date à laquelle l'évêque demande son enlèvement. Au début du 20e siècle, l'une des deux chapelles porte le vocable de Notre-Dame de Lourdes.

Alors que les bombardements de la guerre de 1870-1871 avaient provoqué peu de dégâts au nord de la cathédrale, ceux de la Première Guerre mondiale affectent particulièrement ce côté de l'édifice. Les deux chapelles sont restaurées après la nef, et bénies le 5 mars 1933. Elles sont alors consacrées à Notre-Dame de Liesse et à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Les lambris de la chapelle Sainte-Thérèse ont été remplacés par des lambris Louis XVI, provenant du salon de l'ancien évêché et remisés à la Sous-Préfecture depuis la séparation des Églises et de l’État. En revanche, l'autel et son retable sont modernes et ont peut-être été conçus par l'architecte Émile Brunet, qui a présidé à la restauration de l'édifice. La pose de tableaux peints par Gabriel Girodon vers 1938 a parachevé la réparation de ces deux chapelles de la cathédrale.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1780, daté par travaux historiques
Stade de création
Lieu d'exécution Commune : Soissons
Auteur(s) Personnalité : Castel Jean-Baptiste,
Jean-Baptiste Castel (1705 - 1787/05/08)

Docteur en théologie de l'Université de Paris et chanoine de la cathédrale de Soissons. Né à Bergerac en 1705. D'abord prêtre à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, puis chanoine de La Rochelle. Monseigneur de Fitz-James le fait venir à Soissons et le nomme vicaire général. La mort du prélat le rend à la vie habituelle d'un chanoine (il aurait été reçu chanoine le 8 mai 1760). La succession de sa mère lui ayant procuré de l'aisance, il fait construire dans la cathédrale de Soissons deux chapelles qui manquaient pour rendre l'édifice régulier. Il n'a rien épargné pour que leur décor soit digne de la cathédrale. La dépense s'est élevée à 20 000 livres. Il a également fait de nombreuses fondations charitables.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source, attribution par travaux historiques
Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Aisne. Série G ; G 254. Inventaire ou somme des chartres, titres, pièces importantes, registres et papiers contenus dans les archives du chapitre de l'église cathédrale de Soissons, t. 1.

    p. 645.
  • AD Aisne. Sous-série 4 J : 4 J 2 (copie des "Mémoires pour servir à l'histoire de Soissons et du Soissonnais" d'Antoine-Pierre Cabaret, seconde partie).

    p. 339.
  • A. Évêché Soissons. Série L (temporel) ; Sous-série 6 L : 6 L Soissons 1823-1903 (Entretien de la cathédrale de Soissons).

    Lettre du ministre des Cultes à l'évêque (8 décembre 1876), lettre de l'évêque au ministre (23 juillet 1892).
  • A Évêché Soissons. Série P (paroisses) : P Soissons-Cathédrale, 1 C 5. Bulletin paroissial de l'église cathédrale de Soissons.

    avril 1933, février 1938.
  • A Évêché Soissons. Série P (paroisses) : P Soissons-Cathédrale, 1 E 6. Délibérations de la Fabrique (1846-1876).

    Séances des 18 décembre 1858, 22 novembre, 12 décembre et 26 décembre 1876.
Bibliographie
  • DELORME. Notes sur le mobilier artistique de la cathédrale de Soissons. Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons, 3e série, t. 12, 1903-1904, 8e séance, lundi 1er août 1904, p. 265-292.

    p. 270.
  • LEDOUBLE, chanoine Louis-Ferdinand. Soissons. La chapelle de la cathédrale où l'on voit la statue de la Bienheureuse Jeanne d'Arc. Soissons : Imprimerie de l'Argus soissonnais, 1909.

    p. 14.
  • SAINT-L[...], abbé de. Nécrologie. Journal de Paris, mercredi 20 juin 1787, n° 171, p. 756-757.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Riboulleau Christiane - Plouvier Martine