Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme du Bois-Riquier (ancienne ferme du prieuré de Moreaucourt)

Dossier IA80009728 réalisé en 2009

Fiche

  • Vue de situation.
    Vue de situation.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • colombier
    • abreuvoir
    • logement
    • place

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées cour, colombier, abreuvoir, logement, place
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
Adresse Commune : Ville-le-Marclet
Lieu-dit : Bois-Riquier (le)
Cadastre : 1834 A 327 à 331 ; 1998 AE 36, 70

Les sources conservées aux archives départementales (série H) indiquent que la ferme appartient au prieuré de Moreaucourt. Elle est baillée à Robert Baillet, de 1717 à 1723, puis à François de Valois et Antoinette Du Croquet, sa femme. En 1733, elle consiste en maison, chambre, grange, étable, cour, jardin et pâturage en dépendant. Des réparations doivent y être effectuées en 1742. En 1759, la ferme est baillée à Jean-François Gris, laboureur, fermier et receveur du comte Doria, seigneur et châtelain de Bettencourt-Saint-Ouen, et affermée à Louis son fils et Antoinette Ducroquet sa femme. En 1762, Jean-François Gris s'engage à entretenir la couverture en tuiles que les dames de Moreaucourt doivent "refaire à neuf dans le cours de la présente année". En 1789, la ferme, louée à la famille Legris, est également habitée par François Joly, garde du bois des dames religieuses de Moreaucourt. En 1790, la ferme et seigneurie du Bois-Riquier consistent en une maison, grange, écuries, cour, jardin et 198 arpens, 67 perche 3/4 de terre labourable, le tout loué 1000 livres en argent et 50 septiers de blé, mesure de Domart.

L'édifice, visible sur le cadastre napoléonien, présente une disposition à cour fermée. L'entrée est précédée d'une petite place planté. L'ensemble des bâtiments délimite une cour rectangulaire dans laquelle apparaissent un colombier et une mare. L'habitation est signalée au nord-est de la cour. Un petit bâtiment isolé, au sud-est, est aligné sur la route.

Les états de sections conservés aux archives départementales indiquent que la propriété appartient à Émile Racine. Elle comprend deux maisons (parcelles 328 et 329), deux jardins (parcelles 330 et 331) et un verger (parcelle 327). Le logement isolé est agrandi d'une maison construite en 1854.

La monographie communale signale 14 habitants en 1896.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1854, daté par source

Bâtiment en brique et appareil mixte brique et pierre en assises alternées.

Édifice non visité (refus de visite).

Murs calcaire pierre de taille
brique
bois pan de bois enduit
brique et pierre à assises alternées
Toit ardoise
Étages en rez-de-chaussée, étage de comble
Typologies ferme ecclésiastique

L'étude de cette ancienne ferme du prieuré de Moreaucourt, qui témoigne des défrichements réalisés durant le Moyen-Age, est souhaitable.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à étudier

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série H ; 78 H 6. Prieuré de Moreaucourt.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 795/3. Ville-le-Marclet. Etat des sections.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 795/4. Ville-le-Marclet. Matrices des propriétés foncières (1830-1880).

Documents figurés
  • Ville-le-Marclet. Plan cadastral : section A2, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Fauvel arpenteur, 1834 (AD Somme ; 3 P 1772/3).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.