Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA80000276 réalisé en 1997

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées logement, pigeonnier, remise, grange, four à pain, puits, étable, hangar agricole, étable à vaches, écurie
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Villers-Bocage
Adresse Commune : Béhencourt
Adresse : 26 rue du Général-Leclerc
Cadastre : 1935 D 186

Cette grande propriété rassemble deux types très caractéristiques de l'architecture rurale picarde. La majeure partie de la parcelle cadastrale est occupée par une vaste ferme à cour fermée, probablement construite dans la deuxième moitié du 19e siècle, et dotée d'un pigeonnier portant la date 1904. Cet important ensemble de bâtiments s'est adjoint une petite fermette désormais convertie en remises. On y retrouve un logis et une grange de dimensions très modestes, remontant sans doute au 19e siècle. Cette fermette est représentative de l'habitat des manouvriers, souvent disparu aujourd'hui. Dans la grande comme dans la petite ferme, on a surtout employé le torchis, mais les dimensions des bâtiments et leur disposition distinguent nettement les deux types d'habitat.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1904, porte la date

Cette importante ferme picarde est organisée autour d'une cour fermée, à laquelle s'ajoutent au sud quelques bâtiments en torchis, qui formaient jadis une fermette. Le côté nord de la cour, donnant sur la rue, est occupé par une grande grange en torchis sur soubassement de brique, couverte en tuiles pannes, avec un toit à longs pans (pignons couverts). Cette grange donne accès à la cour par un passage charretier. En face, sur le flanc sud de la cour, s'élève le logis. Ce long bâtiment en rez-de-chaussée présente des murs gouttereaux en torchis sur un soubassement enduit à décor géométrique. Le mur pignon occidental, découvert, est construit en brique et pierre en assises alternées. Le logis conserve son four saillant, bien apparent dans l'élévation sud (sur jardin). Devant le logis, dans l'angle sud-est de la cour, est creusé un puits de 10 mètres de profondeur. Les deux petits côtés de la cour abritent quant à eux des dépendances agricoles. Du côté oriental s'élève une deuxième grange en torchis, à laquelle sont accolés deux bâtiments en briques, en avancée : une petite étable en appentis près du logis, et surtout un beau pigeonnier portant la date 1904. Du côté occidental se trouvent un hangar, des étables à vaches et des écuries, en torchis. Un petit porche en brique, contre le pignon ouest du logis, permet de quitter la cour pour gagner le jardin plus au sud. Là s'élèvent quelques bâtiments en torchis, couverts en tuiles, formant une ancienne fermette aujourd'hui convertie en remises. On distingue, du nord au sud : une petite grange (ayant son ouverture dans l'angle), des étables, et isolé des dépendances agricoles, un logis de trois pièces. Ce dernier, bien qu'en partie refait en parpaings il y a une vingtaine d'années, a conservé un intérieur ancien, avec sol en terre battue, cheminée en pierre, et cave en terre. L'accès à la cave est extérieur au logis, il se situe contre le mur pignon ouest (qui est lui aussi en torchis). Quant au grenier, on y accède par un escalier droit en bois, placé dans la partie occidentale du logis.

Murs torchis
brique
pan de bois
brique et pierre
Toit tuile
Étages rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
pignon couvert

L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du Patrimoine culturel.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Förstel Judith - Platerier Sandrine