Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le territoire communal de Soucy

Dossier IA00067121 réalisé en 1985

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Soissonnais
Adresse Commune : Soucy

La période précise et le contexte de la fondation du village de Soucy ne sont pas connus, bien que le nom original de la localité - Succiacus ou Sulciacus - se rapporte à l’époque gallo-romaine. Pourtant, à la différence d’autres villages du canton, l’antiquité du site ne semble confirmée par aucune découverte archéologique de cette époque. La remarquable trouvaille qui a été effectuée en 1866 sur le territoire communal et qui consiste en deux torques en or - actuellement conservés au musée de Cluny -, est antérieure à l’occupation romaine de la Gaule. Ces deux objets d’usage cultuel, datables par leur style et leur technique de la seconde moitié du 3e siècle ou du 2e siècle avant J.-C., ont été découverts dans une pièce de terre, sans qu’aucun lien avec un site religieux ou funéraire révélateur d’une implantation humaine n’ait été établi.

Il est également difficile de cerner les étapes de la formation de la paroisse, même si la consécration de l’église à saint Martin est un signe d’ancienneté. D'après l’ouvrage de Charles-Antoine de Louen et l’étude de Ghislain Brunel, l’autel de Soucy et Puiseux aurait été donné vers 1100 à l'abbaye Saint-Jean-des-Vignes de Soissons par l'évêque Hugues de Pierrefonds (1093-1103). Cette attribution à l’abbaye nouvellement fondée (1076) participe d’un puissant mouvement, où de nombreuses paroisses et leurs revenus sont repris aux laïcs et restitués à l’Église. La cure, désormais régulière, va être desservie jusqu’à la Révolution par un chanoine joanniste qui, au 18e siècle, fait suivre sa signature de "prieur-curé de Soucy et de Puiseux". Ce religieux, qui loge dans le presbytère voisin de l'église, partage la dîme avec l’abbé de Saint-Jean-des-Vignes et l’abbé de Saint-Médard de Soissons.

Pendant tout l’Ancien Régime, cette paroisse du diocèse de Soissons appartient au doyenné de Vivières, membre du Grand archidiaconé, et possède donc Puiseux comme annexe. Les remaniements consécutifs à la Révolution font de Soucy au 19e siècle un élément du doyenné de Villers-Cotterêts. Poursuivant les habitudes de l’Ancien Régime, le curé nommé au début du 19e siècle dessert aussi Puiseux. Mais, vers 1825, la paroisse de Soucy devient une annexe de Vivières. Elle a conservé cette modeste position, jusqu’au regroupement paroissial de la fin du 20e siècle, qui a fait de Soucy une composante de la paroisse Saint-Nicolas-du-Pays-de-Retz, elle-même membre d’un doyenné de Villers-Cotterêts étendu.

Jusqu’à la Révolution, ce village du Valois était situé dans l’étendue de la châtellenie de Pierrefonds. Il fait aujourd'hui partie de l'arrondissement de Soissons et du canton de Villers-Cotterêts. Bien que Maximilien Melleville cite quelques noms de seigneurs laïcs pour le début du 13e siècle, il semble que, dès cette période au moins, la seigneurie de Soucy était tenue conjointement par les deux abbayes soissonnaises Saint-Médard et Saint-Jean-des-Vignes. En témoigne une charte de juin 1238, par laquelle Jean, abbé de Saint-Jean-des-Vignes, et Réginald, abbé de Saint-Médard, fixent leurs droits domaniaux et seigneuriaux à Soucy et Puiseux. Un seigneur laïc ne réapparaît qu’en 1600, date à laquelle les seigneuries et terres de Soucy et Puiseux qui appartenaient à l’abbé de Saint-Médard sont adjugées au profit de Zacharie de Vassan, seigneur de Puiseux par son mariage avec Madeleine Féret. L’abbé de Saint-Médard conserve néanmoins la suzeraineté, les dîmes, et les haute, moyenne et basse justices sur la ferme de Soucy et les terres qui en dépendent. Le 28 janvier 1601, un partage effectué entre Zacharie de Vassan et Charles de Joyeuse, seigneur de Montgobert, attribue à ce dernier la seigneurie de Soucy. Les successeurs de Charles de Joyeuse, puis les propriétaires du château de Montgobert ont conservé ces terres, bien au-delà de la Révolution française.

Pendant l’époque de troubles qui vient d’être citée, un certain nombre de terres et d’immeubles changent de détenteur, faisant disparaître l’Église de la liste des propriétaires fonciers. Parmi ces derniers, prenaient place non seulement les deux abbayes soissonnaises Saint-Jean-des-Vignes et Saint-Médard, mais aussi l’abbaye Notre-Dame de Valsery (à Cœuvres), le couvent des Ursulines de Crépy-en-Valois, ou encore des églises paroissiales comme celle de Villers-Cotterêts ou Notre-Dame-des-Vignes de Soissons. Les fermes de Saint-Médard et des Ursulines sont vendues dès 1791, et l’ancien prieuré-presbytère passe aux mains de laïcs en 1796.

Le village évolue lentement tout au long du 19e siècle, les édiles utilisant au mieux ses modestes ressources pour entretenir et rénover le patrimoine communal et pour pallier le manque ou l’insuffisance de certains services. On ne peut ici que souligner la précocité des réflexions menées par le conseil municipal dès le début des années 1830 pour se pourvoir d’une mairie-école, et leur rapide concrétisation par l’acquisition en 1836 d’un bâtiment à cet usage.

La rareté et la minceur des dossiers de dommages de guerre conservés aux archives départementales ne permettent pas de connaître l’étendue des dommages causés par le premier conflit mondial à Soucy. Si l’occupation militaire et les combats n’ont pas épargné la commune, cette dernière semble néanmoins avoir été peu victime de destructions, comme l’indiquent autant la Carte spéciale des régions dévastées que la bonne conservation du patrimoine ancien.

La commune de Soucy est située dans la partie la plus septentrionale de l’ancien canton de Villers-Cotterêts, en bordure du massif forestier de Retz. Elle ne partage ainsi que trois de ses limites avec d’autres communes du même canton : Montgobert au sud-est, Puiseux-en-Retz au sud, Vivières à l’ouest. La commune de Mortefontaine, attenante au nord-ouest, et celle de Cœuvres-et-Valsery, limitrophe au nord et à l’est, sont toutes deux des composantes du canton de Vic-sur-Aisne. La séparation de Cœuvres est en partie constituée par un petit ruisseau - le ru de Saint-Agnan -, qui, né à Puiseux-en-Retz, coule ici du sud vers le nord, puis, mêlant ses eaux à celles d’autres ruisseaux, contribue à alimenter le ru de Retz qui se jette dans l’Aisne à Fontenoy. La ligne de séparation entre Soucy et Cœuvres présente donc un tracé sinueux, tandis que celle entre Soucy et Puiseux-en-Retz, rectiligne, paraît artificielle, ne s’appuyant aujourd’hui sur aucun axe de circulation ou élément topographique naturel autre qu’une situation culminante entre les deux communes. Cette démarcation remonte peut-être aux premières années du 12e siècle, époque d’individualisation de la paroisse de Puiseux à partir d’une paroisse de Soucy beaucoup plus vaste.

Le territoire, dont l’altitude varie de 65 à 152 m, s’étend sur une surface de 522 hectares. Sur cette étendue, quelques hectares seulement sont occupés par des bois, dont la plus grande partie est, depuis le 17e siècle, la propriété du châtelain de Montgobert. D'après la monographie communale de 1888, la surface consacrée à la culture est alors estimée à 444 ha - soit 85 % du territoire - et, exception faite des jardins et prés qui avoisinent le village, correspond surtout au plateau qui s’étend au nord, à l’ouest, au centre et au sud du territoire. À l’est, s’allonge le flanc occidental d’un vallon arboré, au fond duquel coule le ru de Saint-Agnan. Contrairement à d’autres communes du canton, ce ruisseau n’est accompagné d’aucun étang, mais seulement d’une zone de marais vers le nord de son cours à Soucy.

Les constructions du village s’étagent sur le versant du vallon, dans la partie méridionale du territoire communal. En raison de cette situation géographique, l’agglomération est surtout desservie par le chemin départemental 811, qui la traverse dans une direction sud-nord et contribue à relier Villers-Cotterêts à Cœuvres. D’autres voies transversales s’y embranchent à la périphérie du village, pour raccorder ce dernier aux localités limitrophes. Soucy est constitué d’habitations éparses, éloignées les unes des autres au long des rues, mais ne possède aucun hameau.

L'économie de Soucy semble avoir principalement reposé sur l'agriculture, aucune industrie ou manufacture n'étant signalée dans les textes. Les archives signalent néanmoins, jusqu’au milieu du 17e siècle, l’existence d’un moulin à drap et à huile, le "moulin Crouslart", qui appartenait à l’abbaye de Valsery. Les lieux-dits "sous le vieux moulin" et surtout "le Foulon" en conservent sans doute le souvenir. À la fin du 18e siècle, l'abbé Houllier mentionne la production de blé et d’autres grains, information reprise en 1884 et 1888 par les instituteurs, qui ajoutent au blé, l'avoine, le seigle, l'orge, puis la betterave fourragère. La production de légumes et de fruits est destinée à la consommation familiale. Ces enseignants signalent aussi l’existence de trois carrières de pierre dure sur le territoire, dont deux sont mentionnées sur le plan cadastral de 1835 : la carrière Tassien et la carrière de Vaubéron. Mais à cette époque, l’exploitation de ces carrières ne répond déjà plus qu’à un besoin strictement local.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série Z (Juridictions spéciales et ordinaires) ; Sous-série Z 1j (Chambre et greffiers des Bâtiments) : Z 1j 1137-2 (11-30 juillet 1785).

    Document du 25 juillet 1785 : visite et estimation des terres et seigneuries de Montgobert et Soucy, près de Villers-Cotterêts, dépendant de la succession de M. Desplasses ; Pierre Taboureur, expert.
  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0346 (Soucy) : D 1 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 8 mai 1823-14 juillet 1839).

  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0346 (Soucy) : D 2 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 7 octobre 1839-15 mai 1859).

  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0346 (Soucy) : D 3 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 10 juillet 1859-20 février 1887).

  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0346 (Soucy) : D 4 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 31 mai 1887-8 novembre 1917).

  • AD Aisne. Série R (Affaires militaires) ; sous-série 15 R (Dommages de guerre) : 15 R 1649 (Soucy).

    Dossier 7075 : propriétés de la commune.
  • AD Aisne. Série T (Enseignement, affaires culturelles, sports) ; Sous-série 13 T : 13 T 437 (DURIN, A. Département de l'Aisne. Canton de Villers-Cotterêts. Commune de Soucy. 1884, non paginé).

  • AD Aisne. Série T (Enseignement, affaires culturelles, sports) ; Sous-série 13 T : 13 T 438 (COTTÉ, A. Département de l'Aisne. Arrondissement de Soissons. Canton de Villers-Cotterêts. Commune de Soucy. Monographie de la commune de Soucy. 1888, non paginé).

Documents figurés
  • Soucy, plan cadastral [cadastre napoléonien], tableau d'assemblage, encre et lavis sur papier, 1835 (copie), 1/10000e (AD Aisne : 3P0915_01).

  • Soucy, plan cadastral [cadastre napoléonien], section Au, encre et lavis sur papier, 1835 (copie), 1/2500e (AD Aisne : 3P0915_02).

  • Soucy, plan cadastral [cadastre napoléonien], section Bu, encre et lavis sur papier, 1835 (copie), 1/2500e (AD Aisne : 3P0915_03).

  • Maison dite l'ancien presbytère à Soucy, dessin au crayon et à l'encre, par Amédée Piette, dessinateur, 28 août 1871 (AD Aisne : 8 Fi Soucy 2).

  • SOUCY. Clocher. Face Sud, impr. photoméc., par Étienne Moreau-Nélaton, photographe, 2 septembre 1910. In : MOREAU-NÉLATON, Étienne. Les Églises de chez nous. Arrondissement de Soissons. Paris : H. Laurens, 1914, t. 3, fig. 835.

  • CARTE SPÉCIALE DES RÉGIONS DÉVASTÉES, SOISSONS S.O., n° 33, estampe en couleur, Service géographique de l'armée, d'après une gravure de Boclet, Hacq et Hennequin, édition du 1er décembre 1920 (BnF [Cartes et plans] GE CC-698 [33 SO-1920-2]).

Bibliographie
  • BRUNEL, Ghislain. L'implantation des ordres religieux de Prémontré, Cîteaux et Fontevraud dans la région de Villers-Cotterêts au XIIe siècle : une réponse à de nouveaux besoins ? Mémoires de la Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne, tome XXXII, 1987, p. 197-224.

  • CHOLLET, abbé François. Un serment mal gardé ou Villers-Cotterêts et ses environs. Villers-Cotterêts : Obry, libraire ; Soissons : Mme Lalance, libraire, 1853.

    p. 151-152.
  • HAUTENAUVE, Hélène, BESSON, Corinne. Persistance de techniques d'orfèvrerie : le torque celtique de Soucy (Aisne) et les bracelets gallo-romains du Poiré-sur-Vie (Vendée). Revue archéologique de l'Ouest, t. 15, 1998, p. 141-150.

  • HOULLIER, Abbé Pierre. État ecclésiastique et civil du diocèse de Soissons. Compiègne : Bertrand, Imprimeur du Roi ; Paris : Mérigot jeune, Libraire, 1783.

    p. 387-388.
  • LECLERCQ DE LAPRAIRIE, Jules-Henri. Bracelets d'or de Soucy. Bulletin de la société archéologique, historique et scientifique de Soissons, 1866, t. 20, 4e séance, lundi 7 Mai 1866, p. 110-113.

  • LEDOUBLE, abbé Joseph. État religieux ancien et moderne des pays qui forment aujourd'hui le diocèse de Soissons. Soissons : l'auteur, 1880.

    p. 21, 476.
  • LOUEN, Charles-Antoine de. Histoire de l'abbaye royale de Saint-Jean-des-Vignes de Soissons. Paris : chez Jean de Nully, 1710.

    p. 25, p. 46.
  • MELLEVILLE, Maximilien. Dictionnaire historique du département de l'Aisne. Nouvelle édition. 2 volumes. Laon : l'auteur, 1865.

    t. 2, p. 357-358.
  • MICHAUX, Alexandre. Histoire de Villers-Cotterêts. La ville, le château, la forêt et ses environs. Deuxième édition, augmentée et mise au courant des événements jusqu'en 1885. Paris : Marchal et Billard, libraires-éditeurs, 1886.

    p. 183-184.
  • PICHON, Blaise. L'Aisne, 02. Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Paris : académie des Inscriptions et Belles-Lettres, ministère de l’Éducation nationale, ministère de la Recherche, ministère de la Culture et de la Communication, maison des Sciences de l'Homme, 2002.

    p. 461, n° 729.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de l'Aisne (c) Département de l'Aisne ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic - Riboulleau Christiane