Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement de l'ancien couvent de Ham (ancienne maison de la Providence)

Dossier IA80010577 inclus dans Ancienne ville close de Ham réalisé en 2015

Fiche

Parties constituantes non étudiées chapelle, conciergerie
Dénominations couvent, lotissement
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Ham
Adresse Commune : Ham
Adresse : 11 à 21 rue de Noyon
Cadastre : 1826 B 367, 368

D’après Fleury et Danicourt (1881), la Maison de la Providence est fondée en 1678 par Jeanne Malin, religieuse de Port-Royal née à Ham. L’établissement est donné aux Angélines de Péronne (1718), puis à la fabrique de l’église Saint-Martin (1749) et confiée aux Clarisses de la Providence.

Après la Révolution, l’ancien couvent sert de lieu de rendez-vous aux clubs. On y installe un pensionnat, un externat et une école primaire de filles, confiés aux religieuses de Notre-Dame de 1826 à 1833. La municipalité fait construire une chapelle en 1838 et une nouvelle entrée principale, en 1853, date à laquelle l’établissement est placé sous la direction des Dames de Saint-Maur (AD Somme ; 99 O 2057-2058). En 1872 et 1876, 13 religieuses vivent dans le couvent, qui accueille 16 pensionnaires en 1872 (recensement de population). Il est encore agrandi en 1884 pour les Sœurs de l’Enfant-Jésus, qui y sont installées vers 1879.

Propriété privée de la ville, l’ancien couvent fortement endommagé durant la première guerre mondiale, ne sera pas reconstruit (AD Somme ; 99 O 2069). Le rapport de l'architecte Savary (1922), y signale une entrée cochère (rue de Noyon) flanquée de deux pavillons en rez-de-chaussée, celui de gauche prolongé par un bâtiment en rez-de-chaussée abritant une salle de classe (sur rue), une grande cour fermée au sud par la chapelle et un long bâtiment à étage carré et étage de comble, deux autres cours au sud, bordées au nord par un bâtiment à étage carré, au sud par un bâtiment en appentis. Côté esplanade, un bâtiment à étage carré couvert de tuiles et d'ardoises, enfin un colombier, couvert en zinc (ill.).

Les terrains sont lotis et construits à partir de 1928. Rue de Noyon, six maisons ont été construites, en particulier un groupe de trois maisons mitoyennes (ill.).

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle, 2e quart 19e siècle , (détruit)
Secondaire : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1838, daté par source
1853, daté par source
1884, daté par source

Le lotissement est actuellement formé de 11 parcelles, 5 côté rue de Noyon et 6 côté esplanade.

Rue de Noyon le bâti consiste en maisons d'habitation à étage carré sur rez-de-chaussée surélevé alignées sur rue ou en retrait d'une cour plantée (n°17) avec courette et jardin en fond de parcelle.

Côté esplanade, le bâti se compose de 3 maisons et d'entrepôts alignés sur rue.

Murs brique
Toit tuile, ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Typologies type densification de parcelle
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 410/3. Ham. Etat des sections.

  • AD Somme. Série R ; 10 R 621, 622. Ham. Dommages de guerre. Propriétés communales.

  • AD Somme. Série M ; 6 M 410. Recensement de population. Ham.

    1872, 1876.
Documents figurés
  • Ham. Plan cadastral, section B dite de la ville, [vers 1826] (AD Somme ; 3 P 2011/3).

  • Ancien couvent de Ham. Plan, vers 1920 (AD Somme : 10R 621).

  • Ham rue de Noyon. Carte postale, édition Jouy, vers 1920 (Coll. Cercle Cartophile de Ham).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.