Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de villégiature, dite André, puis Monmour, puis Pierrot, actuellement Les Canards

Dossier IA80001262 inclus dans La station balnéaire du Bois-de-Cise à Ault réalisé en 2002

Fiche

Á rapprocher de

AppellationsAndré, Monmour, Pierrot, Les Canards
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonBresle Yères - Ault
AdresseCommune : Ault
Lieu-dit : Bois-de-Cise
Adresse : 15 route de la, Falaise, allée
Marie
Cadastre : 1983 AM 341, 130

Maison de villégiature dite André, désignée sous l'appellation Monmour dans les matrices cadastrales, puis Pierrot, actuellement dénommée Les Canards, construite entre 1900 et 1903 (imposition du cadastre en 1903) par Théophile Bourgeois (signature des plans publiés), architecte à Poissy (Yvelines), pour Jules Charles Ogez (source : matrices cadastrales), négociant à Paris. Une extension latérale a été édifiée entre cette villa et la voisine (actuelle villa Les Cormorans). Les plans de la villa sont publiés en 1903 dans le recueil d'architecture de Théophile Bourgeois 'Villas modernes', catalogue de constructions disponibles pour les divers maîtres de l'ouvrage ayant acquis un terrain dans le lotissement. Le commanditaire a aussi fait construire les deux villas voisines (Les Cormorans et Les Garamantes). Un balcon couvert en bois a été supprimé devant la baie gauche du premier étage de la façade sur mer, et l'ensemble des épis de faîtage décoratifs et des gardes-corps anciens, en bois, a disparu.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Bourgeois Théophile architecte attribution par source
Personnalité : Ogez Jules Charles commanditaire attribution par source

Habitation établie en milieu de parcelle, entre la rue et un chemin piétonnier. Edifice de plan carré et de deux travées en façade construit en brique et couvert en ardoises. Le mur, en briques apparentes, est enrichi par la présence d'un faux pan de bois stylisé au faîte des murs, et d'un soubassement en faux appareil. La toiture, en pavillon, est animée de plusieurs décrochements au niveau des lucarnes, tandis que les façades le sont par des ajouts de balcons couverts, de fausse cheminée (élévation latérale). La toiture est symboliquement soutenue par des aisseliers en bois représentant des canards stylisés. La façade sur rue est agrémentée d'un porche d'entrée comprenant les toilettes à l'étage, contribuant à dilater les volumes. La distribution intérieure a subi quelques modifications. Les pièces du soubassement, anciennement remise à automobile, cave et citerne, ont toutes été réaménagées. Au premier étage, les deux chambres côté mer n'en font plus qu'une après destruction de la cloison centrale. Un parquet à l'anglaise formé de longues lames est conservé dans l'ensemble des pièces à vivre. Les baies conservent les vantaux à petits carreaux incurvés d'origine. La rampe d'appui de l'escalier, en sapin, est ornée de motifs. La pièce de réception, nommée 'hall' par le maître d'oeuvre, est agrémentée d'une cheminée en bois avec panneau en cuivre. Les poutres apparentes sont ornées d'un animal stylisé (non déterminé), semblable à celui présent à l'extérieur de la villa voisine dite Garamantès.

Mursbrique
faux pan de bois
enduit d'imitation
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, 1 étage carré, étage en surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit en pavillon
toit brisé en pavillon
Techniquesmenuiserie
Précision représentations

Les aisseliers décoratifs en menuiserie sont des stylisations de canards.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 39/9 et 3 P 39/10. Ault, matrices cadastrales des propriétés bâties (1882-1911).

    case 20
Documents figurés
  • Chalet à la plage du Bois-de-Cise, vue d'ensemble, rez-de-chaussée, premier étage, d'après Théophile Bourgeois architecte, [s.d.]. In : BOURGEOIS, Théophile. La villa moderne. Paris : Librairie centrale des Beaux-Arts, [1903].

    pl. 62
Bibliographie
  • MONBORGNE, Jean. Il était une fois, le Bois de Cise, perle de la Côte picarde. Luneray : Editions Bertout, 1994.

    pp. 140-141
  • ROUILLARD, Dominique. Le site balnéaire. Liège : Mardaga, 1984, 357 p.

    p. 301
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth
Justome Elisabeth

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie de 2002 à 2006, en charge du recensement du patrimoine balnéaire de la côte picarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.