Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA80009730 inclus dans Le village de Bettencourt-Saint-Ouen réalisé en 2009

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • communs
    • jardin d'agrément
    • serre
    • cour
    • mur de clôture
    • portail

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées communs, jardin d'agrément, serre, cour, mur de clôture, portail
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
Adresse Commune : Bettencourt-Saint-Ouen
Adresse : 41 rue Principale
Cadastre : 1998 A4 249, 250

La maison, partiellement visible sur une carte postale du début du 20e siècle, a vraisemblablement été construite vers 1860, comme l'indiquent la forme des baies du rez-de-chaussée. Elle a fait l'objet d'un remaniement (encadrement des baies de l'étage et lucarnes et lignolet), qui pourrait avoir eu lieu après la Première Guerre mondiale.

Cette maison bourgeoise, peut avoir été construite pour Mélanie Legry, veuve du tourbier Jean-Baptiste Godot, comme le suggèrent les initiales entrelacées G et L, sculptées sur le fronton de la lucarne.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle

Le logis est précédé d'une petite cour fermée sur la rue par un muret, surmonté d'une grille en fer forgé, et ouvre à l'arrière sur le jardin. La cour est bordée à gauche par une petite serre couverte en léger appentis de tôle ondulée synthétique. Le portail est prolongé d'un passage longeant la maison à droite, et bordé du bâtiment des communs, couvert en tuile, qui comprend l'écurie et la remise. Le logis à étage carré et étage de comble est construit en briques et couvert d'ardoise. La façade sur rue présente une élévation à cinq travées, marquée au centre par la présence d'une lucarne maçonnée, dont le fronton porte les initiales entrelacées G et L. La brique est masquée par un enduit d'imitation tandis que la pierre, qui forme le décor d'architecture (chaînes d'angle, encadrements de baies, bandeaux, corniche), est couverte d'un enduit de couleur claire. Sur le toit à croupes, couronné d'un faîtage à deux épis, s'ouvrent également deux œils-de-bœuf en zinc.

Murs brique enduit d'imitation
Toit tuile mécanique, ardoise, tôle ondulée
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
appentis
Typologies logis entre cour et jardin

Cette maison de brique à deux niveaux est caractéristique des maisons de notable de la fin du 19e siècle, avec la structure entre cour et jardin qui la rattache à l'architecture urbaine.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • Bettencourt-Saint-Ouen (Somme). La Grande Rue, carte postale, cliché R. Lelong à Saint-Fuscien, édition Lognon-Philogène à Bettencourt-Saint-Ouen, début du 20e siècle (coll. part.).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournis Frédéric - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.