Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument sépulcral de la famille Calmet-Cozette

Dossier IA80006905 inclus dans Plaine F réalisé en 2007

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Calmet-Cozette
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationsmonument sépulcral
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 75 plaine F
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en avril 1864, par Louis Calmet-Cozette, domicilié à Amiens, 2 rue Taillefer et agrandie en août 1871, par Joseph Calmet, également domicilié à Amiens, 2 rue Taillefer.

Le monument porte la signature de l'entrepreneur A. Sallé.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Sallé entreprise de monuments funèbres , dit(e)
Sallé entreprise de monuments funèbres , dit(e)

Entreprise de monuments funèbres, fondée par Achille Eugène Sallé-Joseph, né en 1799 ou 1802, constructeur de monuments funèbres, rue Saint-Maurice (listes électorales de 1843, recensement de 1856). L'annuaire de 1862 situe l'entreprise 137 Grande-rue Saint-Maurice, à côté de l'entreprise Lamolet.

Son fils Eugène Sallé-Barré (né en 1845), tailleur de pierre (1852), lui succède à la direction de l'entreprise avant 1881 (recensements de 1881 et 1906).

Les recensements de 1906-1911 donnent l'entreprise au 403 rue Saint-Maurice. Il y travaille avec Jean-Baptiste Sallé - sculpteur et constructeur de monuments et caveaux funéraires, spécialisés dans la réalisation d'autels pour églises.

Son fils Eugène Achille Désiré Sallé (1873-1905) est sculpteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur signature

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte et fer forgé peinte à portillon antérieur central, fixée sur une bordure en calcaire. Le sol est recouvert de gravillons. La sépulture contient un tombeau-monument en calcaire, composé d'une grande arcade en anse de panier, supportée par deux pilastres monumentaux et agrémenté au centre d'un élément décoratif de plan carré, orné de petits frontons triangulaires à acrotères.

Inscriptions :

Dates des décès (pilastre gauche) : 1845 ; 1866 ; 1867 ; 1868 / (élément central) 1871 ; 1877 / (pilastre droit) 1871 ; 1871 ; 1894 ; 1897 / - / (pilastre gauche, face latérale) 1932 ; 1892 ; 1943 ; 1952 ; 1899 / (pilastre droit, face latérale) [muette].

Épitaphe (pilastre gauche) : Jacques / CALMET / courtier de commerce / décédé le 24 juin 1866 / âgé de 78 ans / - / Louis / CORDIER / ancien plafonneur / époux de Louise / CALMET / décédé le 2 juin 1868 / âgé de 54 ans / (élément central) Louis CALMET / maître-teinturier / époux de Dame Elisabeth COZETTE / décédé le 18 février 1871 / âgé de 75 ans et 9 mois / (pilastre droit) Arthur / CORDIER / sergent fourrier / au 43e de Ligne / (69e de marche) / décédé / à St-Germain-en-Laye / le 18 juin 1871 / âgé de 21 ans 4 mois.

Inscription concernant le destinataire (arcade en anse de panier, calligraphié) : Famille Calmet-Cozette.

Inscription (socle) : Concession à perpétuité Signature (base, en bas à droite) : A. Sallé.

Murscalcaire
fonte
fer
Typologiestombeau-monument
Techniquesfonderie
ferronnerie
sculpture
Précision représentations

La grille est ornée de fleurons et d'urnes voilées et le portillon est surmonté d'une croix fleuronnée dont la base est feuillagée.

L'arcade du tombeau-monument est surmontée de volutes fleuries et feuillagées (feuilles d´acanthe) ainsi que d'une croix fleuronnée (aujourd'hui descellée) et gravée d'une frise de feuilles de lierre en relief.

La partie supérieure des deux pilastres présente deux palmes entrecroisées : des branches de chêne à gauche et de lauriers à droite. La partie inférieure est gravée d'une lampe sépulcrale fumante en creux.

L'élément central, surmonté d'une grande urne drapée, à laquelle est suspendue une couronne de lierre entrelacée de rubans et ornée d´arabesques végétales, est sculptée d'une couronne de cyprès également entrelacée de rubans et sur laquelle s'entrecroisent deux flambeaux renversés. Le fronton triangulaire, dont les acrotères sont gravés de palmettes, est agrémenté d´une étoile à cinq branches en relief.

Cette concession, acquise en 1864 et agrandie en 1871, conserve sa grille en fonte et fer forgé peinte et contient un tombeau en calcaire, signé par l'entrepreneur A. Sallé et sans doute réalisé vers 1871, date du décès de Louis Calmet, maître-teinturier à Amiens. Le monument se signale par sa forme originale, associant un cippe et un arc monumental, et par la qualité de son décor sculpté (urne drapée, lampe sépulcrale, etc.).

Il a pu servir de modèle à deux monuments quasiment identiques élevés vers 1880, l'un dans le cimetière de Camon (80) pour la famille Darras, signé par l'entrepreneur H. Lamolet, l'autre dans le cimetière de Longpré-lès-Amiens (80) pour la famille Leclercq-Thibault, signé par l'entrepreneur J. Lamarre.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.