Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (niche) de la famille Padieu

Dossier IA80007209 inclus dans Plaine S réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Padieu
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 400 plaine S
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1888, par Marie Joséphine Hortense Lebouffy, veuve Padieu, propriétaire, domiciliée à Amiens, 35 rue de Beauvais.

La grille de clôture ainsi que le mur bahut portent la signature de l'entrepreneur A. Sallé.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Sallé entreprise de monuments funèbres , dit(e)
Sallé entreprise de monuments funèbres , dit(e)

Entreprise de monuments funèbres, fondée par Achille Eugène Sallé-Joseph, né en 1799 ou 1802, constructeur de monuments funèbres, rue Saint-Maurice (listes électorales de 1843, recensement de 1856). L'annuaire de 1862 situe l'entreprise 137 Grande-rue Saint-Maurice, à côté de l'entreprise Lamolet.

Son fils Eugène Sallé-Barré (né en 1845), tailleur de pierre (1852), lui succède à la direction de l'entreprise avant 1881 (recensements de 1881 et 1906).

Les recensements de 1906-1911 donnent l'entreprise au 403 rue Saint-Maurice. Il y travaille avec Jean-Baptiste Sallé - sculpteur et constructeur de monuments et caveaux funéraires, spécialisés dans la réalisation d'autels pour églises.

Son fils Eugène Achille Désiré Sallé (1873-1905) est sculpteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur signature

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte ouvragée, initialement peinte, à portillon antérieur central, fixée sur un mur-bahut en granite belge. Le sol, rehaussé et auquel on accède par deux marches, est percé de deux trous antérieurs permettant l'écoulement des eaux de pluies. La sépulture contient un tombeau en forme de niche monumentale en pierre de Tournai, de style néogothique, auquel on accède par trois marches. L'édicule est surmonté d'un fronton triangulaire à crochets, encadré de pinacles et soutenu par deux colonnes cannelées et deux colonnettes soutiennent l'arcade polylobée. Le mur postérieur est percé d'un vitrail quadrilobé et les murs latéraux sont ornés d'une verrière cintrée ainsi que de crochets à usage de porte-couronne mortuaire. Enfin, une jardinière à plantes monumentale rectangulaire à pieds en granite belge se trouve à droite de la dalle fermant l'entrée du caveau.

Inscriptions :

Dates des décès : 1984 ; 1976 / 1888 ; 1945 ; 1951 / 1965 ; 1986.

Epitaphe : Ici / reposent les corps de / Alfred Marie Alexandre / PADIEU / Docteur en médecine / professeur de clinique interne / à l'Ecole de médecine d'Amiens / médecin en chef / de l'Hôtel-Dieu d'Amiens / officier de l'Instruction publique / membre de plusieurs sociétés savantes / décédé à Amiens le 16 mai 1888 / âgé de 47 ans / - / Henri Gustave / PADIEU / officier d'académie / chevalier du Mérite agricole / décédé le 12 août 1945 / à l'âge de 78 ans / - / Denis Henri Gustave / PADIEU / officier de la Légion d'Honneur / commandeur du Mérite militaire / croix de guerre 39-45 avec palmes / croix du combattant volontaire 14-18 / officier du Mérite agricole / décédé le 24 novembre 1986 / à l'âge de 89 ans.

Inscription (plaque commémorative) : Les anciens / de Flandres / Dunkerque 1940 / à leur camarade.

Inscription concernant le destinataire (arcade) : Famille Padieu.

Signature (mur-bahut, face antérieure, en haut à droite) : A. Sallé.

Signature (grille de clôture, encarts à gauche et à droite) : A. Sallé / rue des Capucins.

Mursgranite
fonte
Typologiestombeau en forme de niche monumentale à parvis enclos ; style néogothique
Techniquesfonderie
sculpture
Précision représentations

Le portillon de clôture est surmonté d'une croix agrémentée d'une fleur centrale.

Le fronton triangulaire à crochets (acanthe) du tombeau, surmonté d'une croix fleuronnée et agrémenté de pinacles également fleuronnés, est orné d'un écu central représentant un serpent enroulé autour d'un bâton et buvant dans une coupe. Cet écu, posé sur une branche de chêne et une branche de laurier entrecroisées, est surmonté d'une étoile à cinq branches. L'arcade polylobée est soulignée par une frise supérieure de feuilles de lierre. Les colonnes cannelées sont coiffées de chapiteaux à crochets feuillagés (acanthe) et les colonnettes sont coiffées de chapiteaux feuillagés (feuilles de chêne à gauche et feuilles de lierre à droite). A l'intérieur, le sol présente des motifs géométriques. Le vitrail quadrilobé du mur postérieur ainsi que les vitraux latéraux représentent une croix latine fleuronnée entourée d'arabesques végétales. Trois arcades ogivales agrémentent le mur postérieur, rythmées par quatre colonnettes à chapiteaux feuillagés (lierre). Une couronne d'immortelles et une couronne de feuilles de lierre entrelacées de rubans et en marbre blanc sont suspendues à la partie supérieure des arcades gauche et droite. Trois palmes en laiton (U.N.C., Légion d'Honneur et Fédération Nationale des Combattants volontaires) sont fixées sous l'épitaphe de l'un des défunts.

Un piédestal en céramique vernissée et des plaques commémoratives sont déposées à l'intérieur du monument.

La jardinière à plantes est soulignée par une frise perlée et la face antérieure est ornée d'un écu gravé de l'initiale "P" (Padieu) ainsi que de branches de laurier et de chêne.

Cette concession rehaussée conserve sa grille en fonte ouvragée signée par l'entrepreneur A. Sallé et contient un tombeau en forme de niche monumentale en pierre de Tournai, de style néogothique. L'édicule a été élevé par l'entrepreneur A. Sallé (signature) vers 1888 (date d'acquisition de la concession et de la première inhumation) pour Alfred Marie Alexandre Padieu, docteur en médecine, professeur de clinique interne à l'Ecole de médecine d'Amiens, médecin en chef de l'Hôtel-Dieu d´Amiens, officier de l'Instruction publique et membre de plusieurs sociétés savantes. L'emblème de la profession médicale (le serpent s'enroulant le long d'un bâton, appelé aussi "bâton d'Esculape") orne d'ailleurs le fronton du tombeau.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline