Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (niche) des familles Maire-Galland et Maire-Danten

Dossier IA80006052 inclus dans Plaine I réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamilles Maire-Galland et Maire-Danten
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 25 plaine I
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en octobre 1849, par Eugène Frédéric Maire, mercier, domicilié à Amiens, rue des Trois-Cailloux.

Le tombeau porte la signature des entrepreneurs Lesot et le portillon est signé par le serrurier amiénois Surhomme.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Lesot entreprise de monuments funèbres , dit(e)
Lesot entreprise de monuments funèbres , dit(e)

Entreprise de monuments funèbres, qui réunit les deux anciennes maisons Sallé et Lesot fondées en 1835 et 1866.

Emile Lesot-Delaporte (1856-1926). D'abord tailleur de pierre, Grande-rue Saint-Maurice (recensement de population 1881), il s'établit entrepreneur de monuments funèbres au 361 Grande rue Saint-Maurice (recensements de population 1906 et 1911), à côté de Lamolet-Tattegrain. Président d'honneur de l'association Michelet et des jardins ouvriers du faubourg St-Maurice, officier de l'Instruction publique, chevalier de Mérite agricole. Titulaire des médailles d'honneur de la prévoyance sociale et de la Mutualité.

L'entreprise est ensuite connue sous le nom de Lesot frères, qui réunit Emile Lesot-Delaporte et son frère Emilien Lesot-Flament, marbrier installé au 375 rue Saint-Maurice (1906 et 1911). L'atelier est situé au 203 rue Saint-Maurice (1900-1911). L'annuaire de 1926 donne à nouveau l'adresse de l'entreprise au 361 rue Saint-Maurice.

Au lendemain de la première guerre mondiale, l'entreprise est dirigée par Georges Emile Lesot-Helleu (1887-1938), qui s'établit 403 rue Saint-Maurice (atelier, magasin et bureau), peut-être dans l'ancien atelier d'Achille Sallé (AC Amiens 2M 17/27).

En 1945, l'entreprise est donnée 411 rue Saint-Maurice (AC Amiens 2M 17/27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur signature
Auteur : Surhomme Natalis
Surhomme Natalis (1864 - )

Serrurier établi à Amiens, 187 rue Saint-Maurice (vers 1898), puis 357 rue Saint-Maurice en 1920 (annuaire).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
serrurier signature

Cette concession, en bordure d'allée et rehaussée par rapport au niveau du terrain, est délimitée par une grille en fonte ouvragée peinte à portillon antérieur central, fixée sur un sol recouvert de dalles en pierre de Tournai, auquel on accède par deux marches. Des trous permettant l'écoulement des eaux de pluies y sont également aménagés. La concession contient un tombeau en forme de niche monumentale de style néogothique en pierre de Tournai, dont le pignon découvert à crochets est orné de pinacles fleuronnés et soutenu par deux colonnes. Le mur postérieur est percé d'un vitrail quadrilobé.

Inscriptions :

Dates des décès : 1846 ; 1849 ; 1868 ; 1876 ; 1878 / 1886 ; 1916 ; 1947 ; 1948 / 1902 ; 1905 ; 1922 ; 1974 ; 1983 / [muette].

Épitaphe (mur latéral gauche) : Etienne MAIRE / chevalier de la Légion d'Honneur / décédé le 14 février 1846 / à l'âge de 72 ans.

Inscription concernant le destinataire : Familles Maire-Galland / Maire-Danten.

Signature (base de la colonne droite) : Lesot / Entrepreneurs.

Signature (portillon) : N. Surhomme, serrurier / G[ran]de rue St Maurice 187 / Amiens (?).

Murspierre
fonte
Typologiestombeau en forme de niche monumentale à parvis enclos ; style néogothique
Techniquesfonderie
sculpture
vitrail
Précision représentations

La grille est ornée de fleurs et le portillon est surmonté d'une croix agrémentée d'une fleur centrale.

Le fronton à crochets est surmonté d'une croix fleuronnée, elle-même encadrée par deux pinacles fleuronnés et les colonnes sont coiffées de chapiteaux à crochets et feuillagés. Les noms des destinataires sont gravés dans des phylactères agrémentant la partie supérieure du tombeau.

Une plaque commémorative, deux vases funéraires ainsi qu'un porte-croix sont déposés à l'intérieur du tombeau en forme de niche.

La verrière quadrilobée représente le Christ en croix, auréolé, vêtu d'un simple linge et coiffé d'une couronne d'épines. A l'arrière plan, les murailles de la ville de Jérusalem sont représentées et sur la gauche est dessiné un paysage de montagne, une forêt, des palmiers dans un espace semi-désertique.

Cette concession, rehaussée par rapport au niveau du terrain, est délimitée par une grille en fonte ouvragée peinte, signée par le serrurier amiénois Surhomme. Elle contient un tombeau en forme de niche monumentale de style néogothique en pierre de Tournai, probablement été élevée vers 1886 (date de l'une des inhumations et analyse stylistique), signé par les entrepreneurs Lesot.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.