Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tombeau (obélisque) de la famille Boutillier-Palyart et de la famille Grébert-Boutillier

Dossier IA80006710 inclus dans Plaine A réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations famille Boutillier-Palyart et famille Grébert-Boutillier
Parties constituantes non étudiées clôture
Dénominations tombeau
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , 80 plaine A Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en avril 1839, par Marie Marguerite Louise Caroline Grébert, domiciliée à Amiens, rue Gresset. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent qu'une pierre tumulaire est posée en 1818, pour M. Grébert, ex capitaine de gendarmerie et que la clôture a été posée en 1820. La sépulture de la famille Grébert est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'un "piédestal en pierre de Senlis" surmonté "d'une croix en marbre" (cf. annexe). Le monument a été restauré par l'association des "Amis de la Madeleine".

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates 1818, daté par source
1820, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Grebert Jean-Louis, habitant célèbre, attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par des poteaux en granite belge (en partie manquants) et le sol est recouvert de gravillons. Elle contient un pilier central en forme d'obélisque à quatre pans en calcaire, agrémenté de tables en marbre (4 fixées sur la base et 4 fixées sur la partie supérieure). Deux tablettes en marbre ornent les faces centrales antérieure et postérieure du tombeau.

Inscriptions :

Dates des décès (base, face antérieure) : 1819 / (base, face gauche) 1818 / (face postérieure) 1839 (?) / (face droite) 1817 / - / (partie supérieure, face antérieure) [illisible] / (partie supérieure, face gauche) [table disparue] / (partie supérieure, face postérieure) [illisible] / (partie supérieure, face droite) [illisible].

Épitaphe (base, face antérieure) : D.O.M / A la plus grande gloire de Dieu / [calligraphié] / Ici repose / le corps de Mr Jean Louis / GREBERT / ancien capitaine de gendarmerie / chevalier de l'Ordre royal et militaire de St-Louis / décédé le 30 septembre 1819, âgé de 75 ans et 9 mois / - / Il vécut en homme juste et mourut en chrétien / chéri de ses enfants et de ses amis / vénéré du pauvre / Il fit le Bien sans faste et par amour pour le bien même / (base, face gauche) D.O.M / In spem resurrectionis / Ici repose / le corps de Mr Charles / GREBERT / ancien conseiller en l’Élection / décédé le 23 novembre 1818 / âgé de 82 ans / (base, face postérieure) + / D.O.M / Son corps repose ici. Mais au céleste lieu / son âme impérissable a remonté vers Dieu / Vers ce Dieu tout puissant providence éternelle / Dont elle pratiquait la charité si belle / Ne pouvant retracer célébrer dignement / Ses ferventes vertus sur ce froid monument / Bénissons-les encore en sentant l'impuissance / D'égaler notre éloge à tant de bienfaisance / Au cœur des malheureux son souvenir si doux / Ici-bas comme au ciel en dira plus que nous / (base, face droite) D.O.M / Dans l'espérance de la résurrection / Ici repose / le corps de D[am]e Marie Marguerite / BOUTILLIER / épouse de Mr Jean Louis GREBERT, chevalier / de l'Ordre royal et militaire de St-Louis / décédée le 12 mai 1817 / âgée de 64 ans. / Sa vie fut simple et pure comme la vertu / la mort d'un fils qu'elle aimait remplit son cœur / d'amertume et elle ne cessa de le pleurer / qu'en descendant au tombeau.

Inscription concernant le destinataire (face antérieure) : Sépulture / Boutillier-Palyart / - / (face postérieure) Sépulture / Grébert-Boutillier.

Murs calcaire
marbre
granite
Typologies obélisque
Techniques sculpture
Précision représentations

Le pilier est surmonté d'une croix latine en marbre blanc et des clous en bronze en forme d'étoile fixent les tables en marbre sur la base du tombeau. Les armoiries de la famille Grébert (?) sont gravées sous les épitaphes inscrites sur les faces antérieure et droite de la base et une lampe sépulcrale fumante encadrée d'une couronne de laurier est gravée sous l'épitaphe de la face postérieure.

Cette concession, conserve partiellement sa clôture d'origine qui aurait été posée vers 1820 (autorisations de construction). Elle contient un cippe central en calcaire, en forme d'obélisque à quatre pans, décrit par le commissaire S. Comte en 1847. Ce tombeau, qui succède à celui qui est posé en 1818, a sans doute été réalisé entre 1819 (date de l'une des inhumations) pour monsieur Jean-Louis Grébert, ancien capitaine de gendarmerie, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis et 1839 (date d'acquisition de la concession). Une épitaphe ainsi qu'un long poème gravés sur la face postérieure du monument mentionnent le décès de mademoiselle Grébert, repris également par S. Comte lors de son inventaire. Il s'agit ici de l'une des concessions les plus anciennes du cimetière de la Madeleine qui apparaît d'ailleurs sur le plan de 1828.

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promenade au cimetière de la Madeleine

    "Nous entrons dans l´allée n°2, et nous y rencontrons la sépulture de la famille GREBERT d´Amiens. Le monument se compose d´un piédestal en pierres de Senlis ; la corniche, de style moderne, est surmontée d´une croix en marbre. Quatre tables de marbre noir sont incrustées sur chaque face et portent en lettres dorées les noms et qualités des personnes qui y sont inhumées. Nous y lisons le nom de Melle Marie-Marguerite-Louise-Charlotte GREBERT, décédée le 20 novembre 1839, âgée de 65 ans 1/2.

    Melle GREBERT a laissé sur la terre des traces ineffaçables de son passage. Par l´intermédiaire de son digne ami, M. Voclin, elle faisait le bien sans ostentation et rivalisait avec lui en bonnes actions. Elle a laissé une forte somme pour l´achèvement de l´église St-Jacques, sa paroisse.

    Nous reproduisons les vers gravés sur sa tombe :

    Son corps repose ici, mais au céleste lieu,

    Son âme impérissable a remonté vers Dieu.

    Vers ce Dieu tout puissant, providence éternelle,

    Dont elle pratiquait la charité si belle.

    Ne pouvant retracer, célébrer dignement

    Ses ferventes vertus sur ce froid monument,

    Bénissons-les encore en sentant l´impuissance

    D´égaler notre éloge à tant de bienfaisance.

    Au cœur des malheureux son souvenir si doux,

    Ici-bas comme au ciel, en dira plus que nous !"

    Stéphane C[omte], 1847, pp. 87-88.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/1. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1807-1828).

Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

  • GILLMANN, Raymonde. La grande Madeleine d'Amiens. Amiens : éditions Martelle, [1988].

    p. 33.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.