Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (stèle funéraire) de la famille Croizé

Dossier IA80005321 inclus dans Plaine L réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Croizé
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 101 plaine L
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en mars 1852 et agrandie en avril 1858, par Angélique, Opportune Delmotte, veuve Croizé, domiciliée à Amiens, 6 place Saint-Martin.

La stèle porte la signature calligraphiée de l'architecte Paul Vienot.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Viénot Paul architecte signature

Cette concession, adossée au second mur d'enceinte, est délimitée par une belle grille ouvragée en fonte à portillon antérieur central, fixée sur un sol recouvert de dalles en pierre de Tournai. Elle contient une stèle architecturée de style néogothique flamboyant en calcaire, agrémentée de pinacles, de colonnettes, de niches abritées sous des dais et d'arcs-boutants. La partie supérieure de la stèle est ornée d'un vitrail et une pleureuse en calcaire se trouve au pied du monument.

Inscriptions :

Inscription concernant le destinataire (base de la statuaire, en creux) : Famille Croizé.

Signature (base du pinacle gauche, calligraphiée et peint en rouge) : P. Vienot, arch[itecte].

Murscalcaire
pierre
fonte
Typologiesstèle funéraire architecturée ; style néogothique
État de conservationmenacé, envahi par la végétation
Techniquesfonderie
sculpture
vitrail
Précision représentations

La stèle est très finement sculptée d'ornements caractéristiques du style néogothique flamboyant : pinacles ouvragés, dais sculptés qui abritait jadis des statuettes (aujourd'hui disparues), colonnettes à chapiteaux feuillagés, gargouilles (ou animaux fantastiques). De plus, sa partie supérieure est surmontée d'une croix fleuronnée et est gravée d'un sablier ailé. La partie médiane est sculpté d'un très beau drapé et la base d'un quadrilobe ornée de feuilles d'acanthe stylisées et d'une croix centrale.

Les quatre niches en forme de dais abritaient il y a encore une dizaine d'années des statuettes en calcaire représentant pour les deux inférieures un ange ailé vêtu d'une tunique et tenant un phylactère dans ses mains, pour celles supérieures à gauche une Vierge couronnée à l'Enfant et à droite le Père (?) couronné tenant un sceptre surmonté d'une étoile.

Le vitrail supérieur représente le visage du Christ et au pied du monument se trouve une pleureuse agenouillée (étudiée).

Cette concession, acquise en 1852 et agrandie en 1858, délimitée par une belle grille ouvragée en fonte, contient une stèle architecturée de style néogothique flamboyant en calcaire, signée par l'architecte Paul Vienot et sans doute réalisée vers 1858 (date d'agrandissement de la concession et de l'une des inhumations).

La finesse et la qualité du travail de sculpture sont remarquables, notamment le décor feuillagé, caractéristique du registre néogothique, les pinacles fleuronnés surmontant les arcs-boutants ou encore le drapé de la partie médiane qui se retrouve dans l'ornementation de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Les quatre statuettes, initialement abritées dans les petites niches en forme de dais : deux anges, une Vierge à l'Enfant et le Père, sont connues par un témoignage photographique pris dans les années 1990.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline