Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (stèle funéraire) de la famille Drevelle-Facquet

Dossier IA80006663 inclus dans Plaine A réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Drevelle-Facquet
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 33 plaine A
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en mars 1851, par Benjamin Augustin Drevelle, domicilié à Amiens, Grande rue de Beauvais.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lesot-Frères a posé le dallage en 1906.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1906, daté par source
Auteur(s)Auteur : Lesot Frères
Lesot Frères

1900 : 203 rue Saint-Maurice.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte ouvragée peinte à portillon antérieur central à deux vantaux, fixée sur une bordure en pierre de Tournai. Le sol à trois niveaux est recouvert par un tapis végétal. La sépulture contient une stèle à entablement, corniche moulurée et fronton à volutes en calcaire, agrémentée de six tables en marbre (ou pierre d'Ecaussine). La base est également ornée d'une longue tablette en marbre (ou pierre d'Ecaussine ; déposée). La partie postérieure de la concession est abritée sous une sorte d'auvent à usage de porte-couronne, en fonte ouvragée peinte, qui est fixé sur la grille de clôture.

Inscriptions :

Dates des décès : 1868 / 1863 / 1865 / 1851 / 1867 / 1874 ; 1880 / (base) 1902 ; 1899 (?).

Épitaphe : Ici repose le corps de / M. Benjamin DREVELLE / M[archan]d-boucher / Veuf de Rose Virginie FACQUET / décédé à Amiens le 14 juillet 1868 / dans sa 72ème année. / - / A toi qui nous aimais d'un Amour si tendre, / Du séjour de la Paix écoute nos douleurs, / Sur ce triste tombeau qui renferme tes cendres, / Nous ne saurions jamais verser assez de pleurs. / Ah ! Du moins quand au pied de la croix solitaire, / Du haut des Cieux tu nous verras gémir, / De ceux que ton Amour a laissé sur la terre, / Daigne te souvenir. / - / Priez Dieu pour le repos de son âme.

Épitaphe : Ici repose le corps de / Benjamin Augustin / DREVELLE / M[archan]d-boucher à Amiens / époux de Eléonie DERVELLOY / décédé le 17 mai 1863 / âgé de 40 ans et 3 mois. / - / Ne pleurez pas sur moi, mais sur vous chers enf[ant]s, / Que le sort a frappés dès vos jeunes ans, / Vivez pour consoler votre mère chérie, / Et méritez un jour la céleste patrie.

Épitaphe : Ici repose le corps de / Berthe Eugénie / DREVELLE / 6 ans 4 mois le 17 avril 1865 / Fille d'Augustin DREVELLE / et de Léonie DERVELLOY. / - / Chère enfant [...] si la voix de ta mère, / Arrive jusqu’à toi [...] le sein de la terre, / Mesure alors ses maux, sa peine et ses chagrins, / Et vois s'il est pour elle encore des jours sereins.

Épitaphe : Ici repose le corps de / D[a]me Rose Virginie FACQUET / épouse de Benjamin DREVELLE / M[archan]d-boucher à Amiens / décédée le 1er mars 1851 / âgée de 54 ans. / - / Fille, épouse, mère excellente, / A tous les maux compatissante, / Tu nous as quittés pour jamais, / Du Ciel vois nos pleurs, nos regrets, / Cruelle mort, mort implacable, / Pourquoi si tôt nous la ravir ? / Rose était douce et charitable, / Rose n'aurait pas dû mourir. / - / Ici vous qui passez, / Pour elle et nous, Priez.

Inscription concernant le destinataire (entablement, en relief) : F[amil]le Drevelle-Facquet.

Murscalcaire
marbre
pierre
fonte
Typologiesstèle funéraire architecturée (fronton)
État de conservationétat moyen, envahi par la végétation
Techniquesfonderie
sculpture
Précision représentations

Le portillon de clôture est surmonté d'une croix à volutes, qui est ornée d'une fleur centrale. Les volutes du fronton de la stèle, initialement surmonté d'une croix (déposée à gauche de la concession), sont gravés de fleurs. L'auvent à usage de porte-couronne en fonte ouvragé est surmonté d'une croix.

Cette concession conserve sa grille en fonte ouvragée peinte et contient une très belle stèle à entablement, corniche moulurée et fronton à volutes en calcaire, qui est abritée sous une sorte d'auvent à usage de porte-couronne en fonte ouvragée peinte. Le monument a sans doute été réalisé vers 1851 (date d'acquisition de la concession et de l'une des inhumations) pour l'épouse du marchand-boucher Benjamin Drevelle. Quatre des six tablettes en marbre sont finement gravées de belles épitaphes ou de poèmes. Enfin, on signalera que le dallage du sol à trois niveaux a été posé par l'entrepreneur Lesot-Frères en 1906 (autorisations de construction).

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/9. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1905-1906).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.