Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de fibres artificielles de la Cie Nouvelle des Applications de la Cellulose, Comptoir des Textiles Artificiels, Soie Artificielle de Gauchy, Rhône Poulenc Textiles, puis Tergal Fibres et parfumerie

Dossier IA02002907 réalisé en 2005

Fiche

Appellations Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose, Comptoir des Textiles Artificiels, Soie Artificielle de Gauchy, Rhône Poulenc Textiles, Tergal Fibres
Destinations parfumerie
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, entrepôt industriel, bureau, cheminée d'usine
Dénominations usine de fibres artificielles et synthétiques, usine de matières plastiques
Aire d'étude et canton Saint-Quentinois - Saint-Quentin
Adresse Commune : Gauchy
Adresse : rue Jules-Vercruysse
Cadastre : 2005 AH 37, 38, 41, 42, 45, 46, 49, 50, 54, 55, 142, 201, 203, 205, 207, 209, 211, 213, 215, 217, 219, 221, 223, 225, 226, 236, 237, 252

Cette usine de fibres artificielles et synthétiques spécialisée dans la fabrication de rayonne fut construite à partir de 1922 par la Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose, et mise en route à partir d'avril 1924. Cette usine remplace les ateliers initialement construits en 1907-1908 à Fresnoy-le-Grand, à 15 kilomètres au nord de Saint-Quentin, repris par la Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose fondée en juillet 1913 par Alfred Bernheim, et endommagés durant la Première Guerre mondiale. Parallèlement, une cité ouvrière de plus de 300 logements est progressivement édifiée à proximité de l'usine, ainsi qu'une cité à destination des ingénieurs. L'usine est doté d'un ensemble d'équipements sportifs (stade, piscine, etc) aujourd'hui disparus.

En 1927, l'usine entre dans le giron du Comptoir des Textiles Artificiels (CTA), fondé en 1912 et regroupant la plupart des usines françaises de soie artificielle. L'entreprise, dont la raison sociale devient Soie Artificielle de Gauchy en 1927, puis Textiles Artificiels de Gauchy en 1934, est désormais appelée plus couramment CTA de Gauchy. Des extensions sont édifiées entre 1930 et 1932. L'usine devient la propriété de la Société Nationale de la Viscose vers 1950. Une décennie plus tard, la production de fibranne, fibre courte, supplante la production de rayonne, fibre longue, concurrencée par le nylon. En 1972, l'usine est acquise par le groupe Rhône-Poulenc Textiles et sa filiale Rhodia. La production de rayonne est alors progressivement abandonnée, au profit d'une fibre polyester, le Tergal, créé en 1950. Dès 1978, Rhône Poulenc Textiles concentre toute sa production de fibres en polyester à Gauchy. Filialisée en 1995 sous le nom de Tergal Fibres, l'usine est finalement vendue en 1998 à la Compagnie Européenne de Polyester, regroupant divers capitaux dont 10 % provenant de cadres de l'entreprise. Devenu le premier site français de production de fibre polyester, l'usine diversifie sa production, avec la fabrication d'un nouveau produit, le PET, ou polyéthylène téréphtalique, destiné à la production de bouteilles d'eau minérale. Tergal Fibres produit désormais aux côtés des fibres pour filature ou produits non-tissés des résines d'emballage, devenant ainsi une usine de produits plastiques. En 1986, à l'emplacement d'une partie des ateliers des années 1920-1930 et d'extensions des années 1960-1970, le groupe L'Oréal édifie une nouvelle usine pour accueillir les ateliers de la parfumerie FAPAGAU (Fabrication de Parfums de Gauchy), filiale créée en 1979 mais implantée jusqu'alors dans les ateliers de l'usine de cosmétiques d'une autre filiale, SOPROCOS, située à Gauchy (étudiée). Depuis cette date, les deux sociétés, Tergal Fibres et FAPAGAU, coexistent sur ce même site.

L'usine de fibres artificielles et synthétiques emploie 1340 salariés en 1933, 870 salariés en 1938, environ 1100 en 1949, un millier au début des années 1960, entre 700 et 750 en 1970, environ 400 à la fin des années 1970, entre 220 et 240 depuis les années 1980, 200 en 2006. L'usine FAPAGAU emploie 275 salariés lors de son ouverture, 300 en 1991, 350 aujourd'hui.

Période(s) Principale : 20e siècle
Dates 1922, daté par source
1930, daté par source
1986, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose,
Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire
Personnalité : Soie Artificielle de Gauchy, commanditaire

Les bâtiments subsistants des années 1920 forment principalement trois groupes. Un ensemble de trois halles accolées est construit en béton armé et remplissage de brique. Les pignons sont percés de vastes verrières, couvertes d'arcs segmentaires. Un bâtiment couvert en terrasse est accolé à la halle latérale occidentale, plus basse que les deux autres. Ces halles sont couvertes de toits à longs pans en tôles nervurées, percés pour les deux plus grandes de lanterneaux. A l'arrière, se dressent deux cheminées d'usine tronquées en brique. A l'est de cet ensemble, se situe un groupe de cinq ateliers accolés, en béton armé et briques, couverts de toits à longs pans en tuile mécanique et faîtage vitré. A l'ouest, est implanté un groupe de sept ateliers accolés, plus petits que les précédent, couverts de toits à longs pans percés de lanterneaux. Le site est complété d'un ensemble de vastes ateliers postérieurs à 1972, dont les essentages en tôles nervurées masquent les structures, ainsi que d'entrepôts industriels couverts de toits à longs pans en fibro-ciment. Refus de visite : description architecturale du site réalisée à partir des éléments observables depuis l'extérieur du site et les photographies aériennes récentes.

Murs brique
essentage de tôle
béton armé
Toit tuile mécanique, tôle nervurée, béton en couverture, ciment amiante en couverture
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
toit à longs pans
lanterneau
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Les origines de la Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose

    Renseignements généraux sur l'usine sinistrée. Historique.

    L'usine de Fresnoy le Grand fut construite en 1907-1908 par la Cie française de la Soie Thiéle et Linkmeyer, société fondée en 1906. Cette société change de dénommination le 19 novembre 1907 et devient Cie Française des Applications de la Cellulose. Créée pour la fabrication exclusice de la soie artificielle elle acquiert ensuite et prend des brevets pour la fabrication du tulle artificielle dans laquelle elle se spécialise en grande partie.

    Cette fabrication était basée sur la transformation de la cellulose plus particulièrement du coton par le procédé dit au cuivre.

    En 1913, la mise au point des procédés n'étant pas satisfaisante et des procès sur la validité des brevets étant engagés, l'affaire est reprise par une s[ocié]té dite Cie Nouvelle des Applications de la Cellulose, fondée le 8 septembre 1913 dans laquelle la Cie Française est apporteur de ses biens et a droit à une participation dans les bénéfices. La Cie Nouvelle ayant surtout comme actionnaires (2286 actions sur 2400) des s[ocié]tés de soie artificielle du groupe Viscose, arrête l'exploitation déficitaire de l'usine pendant qu'elle fait mettre à l'étude un nouveau procédé de fabrication.

    Par suite de l'arrêt momentané de l'usine, 10 ouvriers seulement y étaient occupés pour l'entretien, en 1914 alors qu'en pleine exploitation l'usine avait employé jusqu'à 250 ouvriers.

    Cette manufacture ressortissant à la fois des industires chimiques et textiles possédait un matériel important et couteux réparti dans des bâtiments couvrant environ 6 à 7000 m.q.

    [Suit une description sommaire des équipements et dommages].

    Depuis l'Armistice l'usine n'a pas été remise en marche.

    La Cie Nouvelle des Applications de la Cellulose renonce en effet à la reconstituer au Fresnoy dont l'emplacement très mal choisi et le manque d'eau y rendent impratique l'exploitation de cette industrie.

    Cette Cie a acquis à Gauchy près de St-Quentin 27 hectares de terrain pour y édifier la nouvelle usine qui doit être prête au début de 1923.

    Extrait de : AD Aisne. Série R : 15 R 988. Dommages de Guerre. Dossier n° 3694 - Cie Nouvelle des Applications de la Cellulose. Rapport d'expertise. Non daté [1918-1922].

  • La composition du Comptoir des Textiles Artificiels en 1929

    Comptoir des Textiles Artificiels - 7 et 7, avenue Percier - Paris (VIIIe)

    Le Comptoir des Textiles Artificiels, fondé en 1912, groupe les sociétés suivantes, ayant pour objet la fabrication de la soie artificielle :

    Société Albigeoise de la Viscose ; usine à Albi.

    Société Française de la Viscose ; usine à Arques-la-Bataille.

    Société de Soie Artificielle de Besançon ; usine à Besançon.

    Société Soie Artificielle d'Alsace ; usine à Colmar.

    Société Soie Artificielle de Gauchy ; usine à Gauchy, près Saint-Quentin.

    Société La Soie Artificielle ; usine à Givet.

    Société Nationale de la Viscose ; usine à Grenoble.

    Société de la Soie Artificielle d'Izieux ; usine à Izieux (Loire).

    Société Soie Artificielle du Sud-Est ; usine à La Voulte (Ardèche), Vaulx-en-Velin (Rhône).

    Société Le Cuprotextile ; usine à Roanne.

    Société Nouvelle de Soie Artificielle ; usine à Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng.

    Société Française des Crins Artificiels ; usine à Saint-Just-des-Marais (Oise).

    Société Ardéchoise de la Viscose ; usine à Vals-les-Bains (Ardèche).

    auxquelles viennent s'ajouter :

    1° En participation avec la société Rhône-Poulenc :

    Société pour la Fabrication de la Soie Rhodiaseta ; usine à Roussillon (Isère) et Lyon-Vaise (Rhône).

    2° Société la Cellophane ; usine à Bezons (Seine-et-Oise) et Mantes (Seine-et-Oise) .

    Extrait de : Les grandes industries modernes et les Centraux. Paris : Ed. du Brunoff, [1929]. p.270.

  • Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose

    « Fondée à la fin de 1913, cette société, prenant la suite de la Compagnie Française des Applications de la Cellulose, se proposait de mettre au point une fabrication d´un genre tout à fait original pour laquelle de très grosses dépenses avaient été engagées en études, en matériel très coûteux installé après de multiples remaniements : la fabrication des tissus moulés.

    Lorsque la guerre éclata, les principales difficultés techniques venaient d´être vaincues. Seule à représenter dans le monde entier cette industrie, l´usine de Fresnoy-le-Grand possédait tout un stock de tulles, mousselines et autres étoffes légères au dessin élégant, n´attendant pour être livré au commerce qu´un dernier traitement.

    L´invasion fut si rapide que rien ne put être évacué. Quelle occasion magnifique pour des gens si avides de pénétrer les secrets industriels du voisin, pour une nation si préoccupée de se procurer des Ersatz. L´usine de Fresnoy fut bientôt vidée de tout son matériel et de ses marchandises.

    Située tout près du front, elle était indiquée pour servir aux besoins les plus urgents de l´armée ; dès la fin de 1914, elle fut aménagée en boulangerie et en dépôt de munitions.

    Si après l´armistice l´aspect de ses bâtiments pouvait à distance donner l´espoir d´une restauration rapide, les charpentes éventrées, les sols défoncés et parfois minés avaient en réalité causé des dégâts tellement considérables que pour une réinstallation, la plus grande partie eût dû être abattue et reconstruite à neuf.

    Bien qu´il eût été d´un extrême intérêt de remettre sur pied une fabrication de tissus moulés dont tous les frais d´étude avaient été faits, les besoins de la situation présente ont imposé de parer au plus pressé. Depuis la hausse énorme de la soie naturelle, l´industrie textile réclame dans tous les pays une plus forte production de soie artificielle. Les deux fabrications sont voisines ; cependant pour cette dernière le terrain de Fresnoy est trop petit et une expropriation de la Compagnie du Nord menace de le réduire encore. La Société affiliée au Comptoir des Textiles Artificiels a décidé de l´abandonner ; elle en a acquis un nouveau à Gauchy, près de Saint-Quentin, où elle fait tous ses efforts pour mettre en route une usine de soie artificielle au printemps de 1923. »

    Extrait de : Le Monde illustré, 21 janvier 1922, p. 80.

  • Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose

    "A la fin de 1913, cette société a pris la suite de la Compagnie Française des Applications de la Cellulose, fondée pour exploiter une industrie d´une extrême originalité : la fabrication des tissus moulés.

    L´usine de Fresnoy-le-Grand, aménagée à cet effet, fut retrouvée, à l´armistice, dépouillée de tout son matériel, les bâtiments dans un tel état de délabrement qu´ils étaient inutilisables.

    Malgré les dépenses énormes engagées pour mettre au point la fabrication du tulle artificiel, la nécessité du moment exigeait d´aller au plus urgent. Depuis 1914, la demande de soie artificielle marchait à pas de géants et demeurait dans le monde au-dessus de la production. Un terrain plus vaste, mieux situé que celui de Fresnoy, a été acquis à Gauchy, près de Saint-Quentin, et une usine de soie artificielle, pourvue de tous les perfectionnements les plus récents, y a été édifiée. Elle vient d´être mise en marche le 1er avril 1924.

    Sous l´égide du Comptoir des Textiles artificiels, qui groupe les créateurs de tous les types de soie artificielle en France, cette usine marchera de pair dans son développement avec l´accroissement des besoins. Toutes les dispositions sont déjà prises.

    Cet établissement est particulièrement à sa place dans le centre industriel si actif qu´est la ville de Saint-Quentin. Du contact immédiat du producteur et de l´employeur d´un textile dont les applications se multiplient tous les jours ne pourront manquer de surgir des deux côtés les progrès les plus intéressants. Cette industrie, qui occupe une main d´oeuvre nombreuse, offrira à la grande cité du Nord des ressources précieuses de travail. Dès maintenant, une vaste cité-jardin est aménagée pour deux cent cinquante familles d´ouvriers."

    Extrait de : L´Illustration économique et financière, 1er novembre 1924, p. 44.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Aisne. Série M ; 10 M 33. Salaires des ouvriers à domicile. Instructions ministérielles. Textile des régions de Bohain et de Saint-Quentin - 1926-1939.

    10-06-1938 - Usine de rayonne de Gauchy - Cessation de travail
  • AD Aisne. Série M ; 10 M 54. Conventions collectives.

    1938 - Elaboration d'une convention collective de la rayonne de Gauchy et Moy-de-l'Aisne
  • AD Aisne. Série M ; MM 200 (cote provisoire 290). Industries - Concentration des entreprises - Tableaux de classement par ordre de priorité des entreprises de la région de Laon - Saint-Quentin. 1945.

  • AD Aisne. Série P ; 4 P 340 - Matrices cadastrales de Gauchy.

    Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose - Cases 129 à 131, 162 à 165
  • AD Aisne. Série R ; 15 R 988. Dommages de Guerre. Dossier n° 3694 - Cie Nouvelle des Applications de la Cellulose. Rapport d'expertise. Non daté [1918-1922].

  • AD Aisne. Série U ; 255 U 180. Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions.

    04-04-1922 - Soie Artificielle de Gauchy - Augmentation de capital
  • AD Aisne. Série U ; 255 U 196. Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions.

    06-12-1934 - Textiles Artificiels de Gauchy - Fusion avec la S.A. de Préparation de Soie Artificielle
  • AD Aisne. Série U ; 289 U 130. Tribunal de Commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement.

    1913 - Compagnie Nouvelle des Application de la Cellulose - Création
  • AD Aisne. Série U ; 289 U 136. Tribunal de Commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement.

    1929 - Soie Artificielle de Gauchy - Augmentation de capital
  • AD Aisne. 9409. Industrie - Etudes du Comité d'Etudes et de Liaison Interprofessionnel du Département de l'Aisne - Recensement des industries pour 1960, 1964, 1966 et 1868.

  • AD Aisne. 9410. Industrie - Implantations industrielles de 1964 à 1966 - Mouvement des entreprises : 1960, 1967 à 1969.

  • MINISTÈRE DES FINANCES. CENTRE DES ARCHIVES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES. B-009008/1 : Trésor, dommages de guerre et reconstitutions. S.A. de la Soie artificielle (1921-1934).

Documents figurés
  • Compagnie Nouvelle des Applications de la Cellulose. Impr. photoméc., 15 x 6,5 cm, [1924]. L'Illustration Economique et Financière. L'Aisne, supplément au numéro du 01/11/1924, p. 44.

  • [Vue aérienne]. Photogr. pos., n. et b., 18 x 13 cm, [vers 1960], par Lapie (AD Aisne ; 10 Fi Saint-Quentin 7).

  • [Vue aérienne]. Photogr. pos., n. et b., 18 x 13 cm, [vers 1960], par Lapie (AD Aisne ; 10 Fi Saint-Quentin 4).

  • [Vue aérienne]. Photogr. pos., n. et b., 18 x 13 cm, [vers 1960], par Lapie (AD Aisne ; 10 Fi Saint-Quentin 2).

Bibliographie
  • AFTALION, Fred. Histoire de la chimie. Paris, Milan, Barcelone, Mexico : Masson, 1988.

    p. 77
  • L'Aisne. L'Illustration Economique et Financière, supplément au numéro du 01/11/1924.

    p. 44
  • Art et textile picards : St-Quentin, Amiens, Beauvais, Prestige de la qualité et de l'élégance. Paris : Editions Mauranchon-Lamy, 1949.

    p. 193
  • CELEDA. L´industrie du département de l´Aisne au 1er janvier 1977. Saint-Quentin, [1977].

  • CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE PICARDIE. Panorama des industries de Picardie : 1983. C.R.C.I., [1983].

  • CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE PICARDIE. Panorama des industries de Picardie : 1988. C.R.C.I., 1988.

  • Les grandes industries modernes et les Centraux. Paris : Ed. du Brunoff, [1929].

    p. 270
  • FIETTE, André. Le Département de l'Aisne : étude géographique et économique. Bordas, 1960.

    p. 250
  • FIETTE, André. L'Aisne : des terroirs aux territoires. Compagnie européenne de reportage et d'édition, 1995.

    p. 201
  • GROUPEMENT DE PROFESSIONNELS DES INDUSTRIES TEXTILES ET DE L'HABILLEMENT DE L'AISNE. Textil'Aisne un tissu de compétences : l'annuaire 94, 1994.

  • GROUPEMENT DE PROFESSIONNELS DES INDUSTRIES TEXTILES ET DE L'HABILLEMENT DE L'AISNE. Textil'Aisne : l'annuaire 98-99. 1998.

  • Qui fabrique Quoi ? Répertoire des industriels et producteurs de l'Aisne. Saint-Quentin : CCI de l'Aisne, [1972].

  • La reconstitution des régions dévastées. Tome 6 : L'Aisne 1918-1922. Le monde Illustré, 65ème année, 1922 (Imprimerie E. Defossés, 1922).

    p. 80
  • RICARD Patrice, PELON Jean-Louis, SIHOL Michel. Mémoires de viscosiers. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 1992.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Communauté d'agglomération et ville de Saint-Quentin (c) Communauté d'agglomération et ville de Saint-Quentin - Pillet Frédéric - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Chaplain Catherine - Sené Michel