Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Verrière figurée (verrière hagiographique) : histoire de saint Quentin (baie 41)

Dossier IM02004631 réalisé en 2008

Fiche

Voir

Dénominations verrière
Titres Histoire de saint Quentin
Aire d'étude et canton Saint-Quentinois - Saint-Quentin
Adresse Commune : Saint-Quentin
Adresse : Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin
Emplacement dans l'édifice chapelle nord du choeur anciennement chapelle Saint-Jean-Baptiste puis chapelle Saint-Pierre actuellement chapelle Saint-Quentin baie 41

En 1974, Madame Marie-Angèle Lefèvre, veuve Antoine Plas, décède. Elle lègue ses biens à la ville de Saint-Quentin, en exprimant le souhait que ce legs soit consacré à la mise en valeur de la basilique et qu'il serve, en particulier, à financer la création d'un beau vitrail figuré pour la chapelle Saint-Pierre au nord du choeur. Selon la volonté de la testatrice, le sujet choisi, qui peut évoquer un événement de l'histoire de la basilique, doit être exécuté dans la manière des artistes verriers des 15e et 16e siècles. Penchant pour une évocation de saint Louis qui assista à la consécration du choeur, Madame Plas demande enfin que son nom et la date de son décès soient inscrits dans la partie inférieure de la verrière. En 1977, le conseil municipal désigne une commission chargée de l'utilisation des fonds légués. Après plusieurs réunions, il est finalement décidé de consacrer ce legs à la réalisation de verrières décoratives pour le déambulatoire et de la verrière figurée destinée à la chapelle nord du choeur. Alors que les verrières décoratives sont réparties entre les ateliers franciliens Gruber et Le Chevallier, la réalisation du vitrail figuré dédié à Saint-Quentin est confiée à Jean-Jacques Gruber (1904-1988) alors installé 10 villa d'Alésia à Paris. L'artiste réunit sa documentation au cours de l'année 1978 et propose une maquette au début de l'année 1979. De son propre aveu, le voisinage des verrières attribuées à Mathieu Bléville, ainsi que l'échelle de l'architecture de la chapelle lui ont imposé une certaine discrétion dans le dessin et la coloration de la verrière figurée. La verrière est achevée en 1982 et inaugurée le 26 septembre 1982. Il est à remarquer que l'inscription commémorative désirée par la légataire n'y figure pas (d'après les dossiers de travaux, conservés à la Médiathèque du Patrimoine et dans le service régional des Monuments historiques). Depuis la pose de cette verrière, la chapelle qui l'a accueillie est vouée à saint Quentin.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1982
Lieu d'exécution Édifice ou site : Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Gruber Jean-Jacques, cartonnier, peintre-verrier
Personnalité : Plas Marie-Angèle, légataire

La verrière est constituée de deux lancettes juxtaposées, couronnées chacune d'un arc trilobé. L'arc brisé de la baie est occupé par un quadrilobe et par plusieurs petits jours de réseau. La verrière est réalisée en verre antique. Elle s'inspire des verrières médiévales pour le choix des couleurs ; le verre incolore, quoique présent, est donc peu employé. Un lavis de grisaille est appliqué sur la presque totalité des verres. Cette grisaille a été brossée ou grattée par endroits avant cuisson pour produire des effets de lumière.

Catégories vitrail
Structures lancette, 2, juxtaposé, polylobé oculus de réseau, polylobé jour de réseau, 6
Matériaux verre transparent, soufflé, taillé, peint, grisaille sur verre
plomb, réseau
Précision dimensions

Mesures approximatives : h = 560 ; la = 150.

Iconographies scène, groupe, sainte Eusébie, prodige, rivière, trouver, corps dévêtu, sans tête, saint Quentin, tête, voiture à attelage, boeuf, maison
scènes, martyre, bourreau, clous, broche, les tenailles, squelette, arc en plein cintre, saint Quentin
scène, groupe de figures, industrie textile, arc brisé
scène, groupe de figures, maçonnerie, pierre, construction
scène, visite officielle, magistrat, Louis IX
scène historique, déplacement, consécration d'un édifice, fidèles, ange, évêque, reliquaire
figure, Louis IX, équestre au galop, de profil, couronne, armure, la couronne d'épines, fleur de lys
Précision représentations

La partie inférieure de la verrière est consacrée à la découverte du corps de saint Quentin dans les eaux de la Somme. En présence de sainte Eusébie, debout à gauche, plusieurs personnes retirent le corps nu décapité de saint Quentin de la rivière. Un personnage à droite porte la tête auréolée. A l'arrière-plan, les boeufs qui tirent le chariot sur lequel a été déposé le corps du martyr s'arrêtent miraculeusement sur une colline entourée d'un groupe de maisons, désignant ainsi le lieu où saint Quentin désire reposer et où une chapelle va être construite. Au-dessus, deux petites scènes illustrent le martyre de saint Quentin. Elles se déroulent sous des arcs reposant en leur partie centrale sur un support en forme de squelette, symbole du culte rendu aux morts à l'époque médiévale. A gauche, un bourreau, debout et de profil, armé de tenailles vient d'enfoncer des clous sous ses ongles. A droite, la scène est moins claire, mais il peut s'agir soit de l'enfoncement des broches dans les épaules du saint, soit de sa condamnation à mort ou de sa décollation. Ces trois scènes sont inspirées des miniatures du manuscrit : l'Authentique, conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Quentin. Le registre supérieur est réservé à la représentation de métiers pratiqués à Saint-Quentin au Moyen-Age. A gauche, plusieurs personnes sous des arcs brisés pratiquent des activités liées à la draperie ; à droite, il s'agit d'une évocation de la construction ou de la maçonnerie puisque plusieurs hommes semblent porter des pierres de taille et les insérer dans un édifice en construction. La scène qui domine les deux lancettes se rapporte à la consécration du nouveau choeur de la collégiale et surtout à la translation des reliques de saint-Quentin et ses compagnons, en présence de saint Louis en 1257. A gauche, le roi debout et de trois-quarts, portant la couronne sur la tête, est reçu par les échevins de la ville, agenouillés devant lui, en présence d'habitants. A droite, la translation de la châsse contenant les reliques de saint Quentin est effectuée dans le nouveau choeur le 2 septembre 1257, en présence de fidèles et sous le regard d'un évêque, debout et de profil. Des anges volent au-dessus de ces deux scènes. Le quadrilobe est occupé par une représentation du roi saint Louis en armure, sur un cheval lancé au galop, Il tient dans ses bras la Couronne d'épines.

États conservations grillage de protection
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AMH (Médiathèque du Patrimoine) : 81/02, carton 159.

  • AMH (Médiathèque du Patrimoine) : 98 / 10 / 98.

    dossier 1 (Saint-Quentin, basilique ; legs veuve Plas : vitraux)
  • AMH Amiens : Dossier collégiale de Saint-Quentin.

    chemise Travaux et correspondance
Bibliographie
  • Un nouveau vitrail dans la Basilique. Revue des Amis de la Basilique de Saint-Quentin, n° 1, mars 1983.

    non paginé
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Riboulleau Christiane