Logo ={0} - Retour à l'accueil

Verrière (vitrail tableau) : verrière commémorative de la Première Guerre mondiale (baie 5)

Dossier IM02000746 réalisé en 1992

Fiche

Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonSoissonnais - Villers-Cotterêts
AdresseCommune : Villers-Cotterêts
Adresse : Église paroissiale Saint-Nicolas, rue de l' Hôtel-de-ville
Emplacement dans l'édificechapelle nord (baie 5)

Cette grande verrière commémorative de la Première Guerre mondiale a été créée en 1924 par le verrier parisien M. Damon, sur un dessin du peintre et cartonnier Pascal Blanchard (1861-1945 ?), comme l'indiquent la date et les signatures inscrites au bas de l’œuvre. Damon dirigeait alors l'ancien atelier de Jac. Galland (1855-1922), situé 13 rue Verniquet à Paris. Contrairement à de nombreuses verrières traitant ce thème iconographique, il s'agit d'une création originale intégrant l'allégorie de Villers-Cotterêts et une représentation fidèle de la ville, cette dernière inspirée d'une gravure de Tavernier et Née publiée en 1789.

D'après Madeleine Amiet-Dubois, la pose de cette verrière - financée par l'épouse du directeur des usines Carpentier - serait l'aboutissement du vœu exprimé le 30 mai 1918 par le curé-doyen de la paroisse, l'abbé Grimblot, de faire installer dans son église un vitrail représentant Jeanne d'Arc protégeant Villers-Cotterêts. À cette date, la ville était en effet menacée par la troisième offensive de l'Aisne qui venait de commencer, Soissons ayant été reprise la veille par les Allemands en marche vers Château-Thierry.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1924, porte la date
Stade de créationoeuvre unique de vitrail
réplique partielle d'estampe
Lieu d'exécutionCommune : Paris
Auteur(s)Auteur : Blanchard Pascal
Blanchard Pascal (1861/03/31 - 1945 ?)

Ernest-Pascal Blanchard est né à Paris le 31 mars 1861. En 1923, il habite 14 rue Saint-Marc, dans le 2e arrondissement. Il serait mort en 1945.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, cartonnier signature
Auteur : Damon Marthe
Damon Marthe , né(e) Leroy-Dupré Marthe-Marguerite (1876/06/06 - 1969/11/25)

Le nom Damon, qu'on lit sur quelques verrières, est parfois précédé de l'initiale "M". Il faut vraisemblablement y reconnaître Marthe Damon, née Leroy-Dupré le 6 juin 1876 à Paris (3e). Elle épouse Alfred-Auguste Damon le 8 mai 1897 et, de cette union, vont naître trois enfants, dont le futur peintre-verrier Jean Damon. On ignore encore quand et comment Marthe Damon s'est formée au vitrail, et quand la famille Damon a tissé des liens d'amitié avec le peintre-verrier Louis-Jacques Galland, plus connu sous le nom de Jac-Galland. Toutefois, dès 1919 au moins, les Damon sont voisins immédiats de Jac-Galland, rue Verniquet à Paris (17e), où se trouve l'atelier du verrier. Après la mort de Jac-Galland, le 15 février 1922, l'atelier est repris par Alfred Damon.

Jusqu'à la fin de la décennie 1920, les Damon vont agréger leur nom à celui d'"Atelier Jac-Galland", comme en témoignent les signatures portées sur des verrières et les encarts publicitaires dans les périodiques. À cette époque, il sort de cet atelier une double production, de verrières religieuses et civiles et de coupes émaillées. Si la distribution des rôles dans la famille Damon n'est pas encore bien connue, il est néanmoins certain que Marthe Damon réalise des verrières, puisque son nom est associé à celui de cartonniers, comme à Villers-Cotterêts ou à Nouvron-Vingré. En outre, elle expose une Crucifixion en vitrail à l'Exposition internationale des Arts décoratifs de 1925. Son nom figure encore au début des années 1930 dans différents Salons, où elle expose cette fois des tableaux, témoignant de la diversité de ses talents. On ne sait quelle a été la place de Marthe Damon dans l'atelier, après la création des "Établissements Damon" en 1928 et l'installation de Jean Damon - fils d'Alfred et de Marthe - à leur tête. Marthe Damon est décédée à Paris (16e) le 25 novembre 1969. Elle était alors veuve d'Alfred Damon, décédé à Paris (16e) le 16 octobre 1953.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier signature
Auteur : Galland Louis Jacques , dit(e)
Galland Louis Jacques , dit(e) (1855/04/25 - 1922/02/15)

Fils de Pierre-Victor Galland, peintre et décorateur, Louis Jacques Galland, plus connu sous le pseudonyme Jac. Galland, est né à Paris le 25 avril 1855. Peintre-verrier, installé 82 boulevard de Clichy à Paris vers la fin du 19e siècle, il est domicilié 14 avenue Gourgaud en 1901 (déclaration de faillite du 29 août 1901). Il dépose en 1892 un brevet pour un nouveau procédé d'application d'émail sur verre. Dans le 1er quart du 20e siècle, il est installé rue Verniquet où il meurt (au n° 13) le 15 février 1922 (état-civil de Paris). Après sa mort, son atelier est repris par M. Damon.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, atelier de signature
Auteur de la source figurée : Tavernier de Jonquières d'après, dessinateur
Auteur de la source figurée : Née François-Denis d'après, graveur
Personnalité : Grimblot Victor
Grimblot Victor (1850 - )

Curé-doyen de Villers-Cotterêts de 1899 à 1927.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur attribution par travaux historiques

La verrière est posée dans une baie libre en arc brisé. Elle est réalisée au moyen de pièces de "verre antique", assemblées par un réseau de plomb. Les détails sont peints à la grisaille et au jaune d'argent.

Catégoriesvitrail
Structuresbaie libre, en arc brisé
Matériauxverre transparent, soufflé, taillé, peint, grisaille sur verre, jaune d'argent, couleurs métalliques vitrifiées, gravé
plomb, réseau
Précision dimensions

Mesures de la verrière : h = 410 ; la = 180.

Précision représentations

La moitié inférieure de la verrière est occupée par trois poilus, le premier, debout et portant tout son équipement, le deuxième, assis et blessé, le troisième, couché, mort ou endormi. Au milieu d'eux, est assise une femme, revêtue d'une cuirasse et d'un casque antiques, un poignard à la main. L'écu posé contre elle, orné de la salamandre de François Ier et du H couronné de Henri II, la désigne comme l'allégorie de Villers-Cotterêts. En haut de la verrière, sainte Jeanne d'Arc tenant son étendard, entourée de nuées et de rayons lumineux, étend la main sur eux dans un geste de protection. Au premier plan, des épis de blé, des bleuets, des marguerites et des coquelicots symbolisent la France. À l'arrière-plan, des arbres évoquent la forêt de Retz qui entoure la ville de Villers-Cotterêts, représentée ici intacte tandis que des incendies menacent à l'horizon.

Inscriptions & marquessignature, peint, sur l'oeuvre
date, peint, sur l'oeuvre
inscription concernant le lieu d'exécution, peint, sur l'oeuvre
inscription concernant l'iconographie, peint, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Dans la partie inférieure gauche, est peinte en réserve l'inscription suivante : RECONNAISSANCE A STE JEANNE D'ARC / Vœux 30 Mai 1918. Les signatures - peinte en réserve pour le cartonnier et peintes à la grisaille pour les noms suivants - figurent dans l'angle inférieur droit : PASCAL-BLANCHARD DEL. / M. DAMON. A[TELI]ER J. GALLAND PARIS 1924.

État de conservationgrillage de protection
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsinscrit au titre immeuble, 1993/07/13
Précisions sur la protection

Cette verrière installée en 1924 bénéficie de la protection Monument historique qui a été accordée à l'édifice en 1993.

Références documentaires

Bibliographie
  • AMIET-DUBOIS, Madeleine. L'Église de Villers-Cotterêts. Mémoires de la Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne, t. VIII, 1961-1962, p. 182-190.

    p. 188.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic ; (c) Département de l'Aisne (c) Département de l'Aisne - Riboulleau Christiane