Dossier d’œuvre architecture IA59002234 | Réalisé par
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, PNR Scarpe-Escaut
Eglise paroissiale Saint-Nicolas de Rosult
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Parc naturel régional Scarpe-Escaut
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut - Saint-Amand-les-Eaux
  • Commune Rosult
  • Adresse place du Huit-Mai

L'église romane est reconstruite partiellement sur ses bases anciennes en 1750 (date portée), avec inversion de l'orientation. Des travaux d'entretien sont réalisés au 19e siècle, en 1803, 1809, puis d'après les projets de l'architecte Louis Dutouquet en 1854-56 et 1886. Son projet de mobilier de 1856 n'a pas été retenu. Une chapelle extérieure a été ajoutée au vaisseau en 1926, date inscrite dans le joint de la maçonnerie de grès. Les vitraux ont été remplacés après la seconde guerre mondiale. La fausse-voûte en berceau est remplacée en 1975, sur les plans de l'architecte Yves Devaux, par une charpente couverte de lambris et une toiture à deux pans surélevé suite aux dégâts causés par une tornade.

L'église est située à environ 300 m de l'ancien presbytère, sur la place du Huit-Mai (où était situé l'ancien cimetière), le long de l'avenue du Général-Koenig, à quelque distance de l'actuel centre du village. Une tour-porche et sa tourelle d'escalier, à l'origine couverte d'un dôme de maçonnerie, aujourd'hui en ciment, ont été construites sur les bases de l'ancien chevet. Elles précèdent le vaisseau unique et le chevet à trois pans, adjoint de la sacristie. L'élévation est en brique sur un niveau de moellons de grès pour le vaisseau et le chevet, en moellons de grès et de calcaire pour la tour-porche. Le grès et le calcaire appareillé sont utilisés en chaînage d'angle harpé de la tour. La brique est disposée en épis pour les 3 cordons et la corniche de la tour. Le portail de la tour est couvert d'un arc en plein-cintre en pierre appareillée. La tour est couverte d'une flèche à égout retroussé en matériau synthétique. Les moellons de grès de la façade nord portent des marques de tâcheron (?). Un cartouche en craie, portant la date de construction (1750), est accompagné d'un décor de briques peintes à la chaux formant un quadrillage de losange sur pointe sur le pignon sud du vaisseau. Le vaisseau est couvert d'une toiture en ardoise à deux pans à lambris, disposée de manière surélevée, permettant un éclairage sur toute la longueur de la nef. Le choeur est à cul-de-four couvert d'une croupe polygonale en matériau synthétique. Le marchand d'art Jean Vanpoulle a fourni le Christ en croix du maître-autel, peint par M. Lestien. Une apparition de la Vierge, peinte par Bargeron (?) et datée 1937 est conservée dans la nef. La chapelle extérieure, en brique et grès, est de forme polygonale.

  • Murs
    • brique
    • grès
    • calcaire
  • Toits
    ardoise, matériau synthétique en couverture
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    1 vaisseau
  • Couvrements
    • cul-de-four
    • lambris de couvrement
  • Couvertures
    • toit à deux pans
    • flèche polygonale
    • croupe polygonale
  • Escaliers
    • escalier de distribution : escalier tournant en maçonnerie
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • DUVILLERS, Paul. Petite monographie de la paroisse de Rosult. Cambrai : Imprimerie R. Villette, 1950.

Bibliographie

  • PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe siècle. Liège : Pierre Mardaga, 1990.

Date d'enquête 2003 ; Date(s) de rédaction 2004
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Fait partie de