Dossier d’œuvre architecture IA60001794 | Réalisé par ;
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, le bassin creillois
Ancienne cité ouvrière à Saint-Maximin, dite Économat des carriers
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Département de l'Oise
  • (c) Communauté de l'Agglomération Creilloise

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération Creil Sud Oise - Chantilly
  • Commune Saint-Maximin
  • Adresse quartier de l' Economat
  • Cadastre AL 71 à 76, 83, 129, 178-179, 185, 200, 211 à 215
  • Dénominations
    cité ouvrière
  • Parties constituantes non étudiées
    rue, jardin, magasin coopératif

En 1862, Jacques Alexandre Leblanc et Charles Eugène Marchant achètent 5 hectares de terre à Thom Hurst, au lieu-dit la pièce Compiègne. Ils commencent à extraire la pierre en partie à ciel ouvert et en partie souterrainement dès la fin de l'année 1862. En 1877, Alexandre Leblanc fait une demande pour ouvrir une carrière souterraine de pierre à bâtir aux lieux-dits le Vieux-Moulin et le Nouveau-Moulin, puis ouvre en 1882 une carrière à ciel ouvert au lieu-dit le Bosquet de l'Ange. La même année, Alexandre Leblanc décide la construction d'un économat et de maisons ouvrières. L'ensemble comprend un économat, un réfectoire, une cuisine, des maisons ouvrières, des chambres, une lingerie, une boulangerie, une coopérative d'achat et des caves servant à entreproser le charbon ainsi que des écuries. La construction de cet ensemble unique sur le bassin creillois est confiée aux architectes Eugène et Paul Merle. L'ensemble est réhabilité au début des années 2000 : les caves accueillent des expositions temporaires et des conférences.

L'économat est construit en pierre sur deux étages carrés et un étage de comble. Il est couvert d'un toit à longs pans et croupes en tuile mécanique. Le passage entre les niveaux est souligné par un bandeau en pierre et par une corniche sous le toit. Les encadrements des baies et les chaînes d'angle sont harpés.

  • Murs
    • pierre
  • Toits
    tuile mécanique
  • Étages
    2 étages carrés, étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Oise. Série S ; sous-série 8S : 8SP14. Ouverture de carrières souterraines et à ciel ouvert sur la commune de Saint-Maximin, 1827-1892.

Documents figurés

  • Plan d'habitation relatif à l'exploitation des carrières de Saint-Maximin (Messieurs A Leblanc et fils), économat, maisons ouvrières et écuries. Plan, couleur, 1883 (AD Oise ; plan 1212/1).

  • Elévation de la maison par Merle et fils . Plan, couleur, 1882 (AD Oise ; plan 1212/2).

  • [Façade et coupe des bureaux et de la caisse par Merle et fils]. Plan, couleur, 1882 (AD Oise ; plan 1212/3).

  • [Les caisses de l'économat]. Impr. photoméc. (carte postale), n. et b, vers 1900 (Collection particulière).

Date d'enquête 2010 ; Date(s) de rédaction 2011
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Département de l'Oise
(c) Communauté de l'Agglomération Creilloise
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.