Dossier d’œuvre architecture IA62001500 | Réalisé par
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • recensement du patrimoine balnéaire, Berck
Ancien casino de Berck, dit Kursaal (détruit)
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois - Berck
  • Commune Berck

La tradition attribue la paternité de la construction du casino dit Kursaal (terme signifiant casino, employé plus fréquemment en Allemagne et Belgique) en 1904 à l´architecte Auguste Bluysen (1868-1952), auteur renommé de casinos de stations thermales ou balnéaires, notamment celui de la station voisine du Touquet Paris-Plage où il construisit également l´hôtel Westminster et le cinéma Le Normandy.

Cependant, aucune source ne permet de le confirmer, et le style néo-mauresque - esthétique un peu finissante au début du 20e siècle -, n´est pas un style que Bluysen semble avoir adopté. Stylistiquement, il est plus plausible d´imaginer une inspiration empruntée au casino de Dieppe, et de situer sa construction à la fin des années 1880, au même moment que le casino Des Lapins et le Petit Casino de Terminus.

Le manque de sources ne permet pas d´en connaître l´évolution précisément ; seul l´aménagement proposé par l´architecte municipal André Messager est connu par ses plans datés de 1963. Les cartes postales témoignent des réaménagements, se conformant aux modes successives : le pavillon de verre disparaît, le pavillon principal est réutilisé, « rhabillé » régulièrement par une nouvelle façade, et ce jusque dans les années 1980. La dernière intervention fut le réaménagement du quartier et des abords du Kursaal en 2010, dégageant ainsi son architecture.

L'édifice originel était composé de plusieurs pavillons, juxtaposés et imbriqués. L'ensemble était de style néo-mauresque, auquel semble avoir été adjoint d'une salle carrée en métal et verre, rappelant les serres ou palais d'exposition de la deuxième moitié du XIXe siècle. Les élévations des pavillons étaient en brique de couleur rouge et jaune (dite de sable) ou blanche, disposées en bandes horizontales de manière alternée, semblable à un style architectural régional appelé "rouges barres", également largement utilisé pour les élévations des édifices de style néo-mauresques en France, et des casinos en particulier.

A Berck, cette mise en oeuvre de la brique est également employée dans l'élévation de l'église paroissiale Notre-Dame des Dunes et de certains chalets. Les pavillons, s'élevant sur deux niveaux, étaient couverts d'un toit en terrasse couronné par une balustrade. Une toiture à deux pans coiffait un autre pavillon, situé sur la rue. Un petit dôme et deux lanternons, situés aux angles de la façade sur jardin, donnaient une allure d'édifice public de type théâtre ou gare et évoquaient modestement la façade du casino de Monte-Carlo (1879, Charles Garnier architecte). Bluyssen construira dans le même esprit la tour de la biscuiterie Lu à Nantes en 1909.

Une terrasse couverte attenant au pavillons et un pavillon chinois (?) complétaient la disposition originelle. A une date inconnue, une halle métallique plus grande a remplacé la terrasse couverte.

L'édifice visible avant destruction était un volume rectangulaire aveugle en rez-de-chaussée à toit terrasse, avec des murs recouverts de tuile vernissée.

  • État de conservation
    détruit après inventaire
  • Statut de la propriété
    propriété publique
Date d'enquête 2006 ; Date(s) de rédaction 2007
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.