Dossier d’œuvre architecture IA62005146 | Réalisé par
Girard Karine (Rédacteur)
Girard Karine

Chercheuse de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine de la Reconstruction
  • enquête thématique régionale, La première Reconstruction
Place de la gare, puis rue de la gare.
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Sud-Artois - Bapaume
  • Commune Bapaume
  • Adresse rue de la Gare
  • Dénominations
    rue, place
  • Appellations
    Place de la gare, rue de la gare

Histoire de la rue jusqu'à la Première guerre mondiale

La partie ouest de la rue de gare est construite sur les vestiges de l'ancienne église Notre-Dame (12e siècle) rasée en 1659 lors de la construction des nouveaux remparts de Vauban. C'est sur l'espace libéré par la destruction de ces derniers en 1847 que la place de la gare est installée. Elle est créée en 1870, en même temps que l'on construit la gare (Dégardin, 1945).

La rue de la gare apparaît sous cette seule appellation dans les recensements de population à partir de 1872. Il n'y a, à proprement parler, jamais eu de "place de la gare".

Elle est totalement rasée pendant la Première Guerre mondiale.

Les étapes de la reconstruction de la place

La gare est reconstruite à partir de 1920. Quelques bâtiments sont reconstruits dès 1921, mais l'essentiel des reconstructions (80%) se situe cependant en 1923 et 1924.

Cette zone étant peu bâtie avant guerre, la part des constructions édifiées sur un terrain nu (et non sur les ruines d'un bâtiment préexistant) est plus importante que dans le reste de la ville.

Les architectes

Il semble que l'on doive l'essentiel des reconstructions à Eugène Bidard : 8 des 11 dossiers de dommages de guerre conservés aux AD du Pas de Calais pour cette partie de la ville concernent des immeubles bâtis par cet architecte : une maison de commerce pour Monsieur Joseph Wiart (AD Pas-de-Calais, 10R9/38), une habitation-estaminet à l'actuel n°1 de la rue Derroja pour Madame Veuve Leclerc-Verdel achevée en 1921 (AD Pas-de-Calais, 10R9/48), des habitations (AD Pas-de-Calais, 10R9/58 et 10R9/94).

Les deux autres architectes sont Eugène Rousseau (coopérative n°3) pour un magasin de chaussures (AD Pas-de-Calais, 10R9/56), et Charles Thiollier travaillant pour la coopérative de le Transloy pour une maison-estaminet (AD Pas-de-Calais, 10R9/96). Ces bâtiments n'ont à ce jour pas été identifiés.

L'aspect de la rue reconstruite

Le côté nord de la rue est, comme avant guerre, entièrement occupé par la gare mais les ateliers qui prolongeaient la gare à l'est ont été remplacés par une grande halle à nef unique en briques et béton située à l'extrémité ouest de la rue.

On trouve en face de la gare beaucoup de maison-estaminet (6 dénombrées), souvent construites à la demande de veuves, quelques maisons d'habitation et des commerces. Ce type de fonction est habituellement situé à proximité de la gare. La place a également compté un hôtel dont l'activité ne semble pas perdurer au delà de 1931.

Il n'y a pas d'unité visuelle entre les différentes constructions de la place, tant en termes d'élévations, que de matériaux, de décors ou de forme de toiture. On note la présence d'une maison présentant un des rares pignons pas de moineaux de la ville. Les maisons sont isolées sur leur parcelle ou jointives mais toutes sont à front de rue.

Les évolutions ultérieures

Si la forme de la place n'a pas été modifiée jusqu'à aujourd’hui, son aspect a cependant beaucoup été bouleversé par la transformation de l'hôtel Sheffield en coopérative agricole (1949) et la destruction de la gare (2015).

  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Bidard Eugène
      Bidard Eugène

      Architecte diplômé en 1895 de l’École supérieure des Beaux-Arts de Paris.

      Membre de la société civile d’architectes La cité nouvelle fondée en 1919 par Charles Duval et Emmanuel Gonse.

      (Pour plus d'informations sur la carrière d'Eugène Bidard, se reporter à l'annexe "Eugène Bidard, l'architecte de la reconstruction de Bapaume").

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte, architecte communal attribution par source

La rue qui longe la gare jusqu'au croisement avec la rue d'Arras est plus large qu'une rue mais ne constitue pas à proprement parler une place, bien que la partie devant la gare soit élargie et dégagée de toute construction. Elle est ouverte perpendiculairement à une de ses extrémités sur la rue d'Arras, et se poursuit à l'opposé en deux petites rues (rue Derroja et rue de la gare).

Elle est bordée sur d'un côté par une friche industrielle (l'ancienne gare) et un entrepôt-atelier, et sur l'autre par des maisons à deux niveaux, jointives et alignées à front de rue ainsi que l'ancien Hôtel Sheffield reconverti en coopérative agricole aujourd'hui délabré. On y trouve des habitations et des commerces comme au moment de sa reconstruction mais la disparition de la gare et des cafés attenants lui a fait perdre son rôle d'espace de convivialité. Une des maisons présente un pignon à pas de moineaux pour rappeler l'histoire flamande de la ville.

Documents d'archives

  • Détail des cotes utilisées :

    - recensement de 1901 : M 4267

    - recensement de 1911 : M 3595

    - recensement de 1921 : M 4285

    - recensement de 1926 : M 4309

    - recensement de 1931 : M 4346

Bibliographie

  • DÉGARDIN, Gaston. Rues et monuments de Bapaume. Arras : Presses de l'imprimerie centrale de l'Artois, 1945.

    p. 152 à 154
  • ROUSSEL, Olivier. Bapaume et son canton - Mémoire en images. Saint-Cyr-sur Loire : Éditions Alan Sutton 2005.

    p. 53 à 56
  • Archéo - bulletin de la société archéologique et historique de Bapaume et sa région. n° 78, octobre 2005

Documents figurés

  • Bapaume (P.-de-C.) - La gare, vue extérieure. Photo J. Souillard, Bapaume. Carte postale, vers 1930. (Coll. part.).

  • 4. Bapaume. La place de la Gare - The station place. edition Hôtel Sheffield. Cliché R. Lelong, rue Miromont, Amiens. Carte postale, vers 1925 (coll. part.). Vue générale de place reconstruite.

  • Bapaume - la gare. Edition Bertrancourt, Bapaume. Carte postale, vers 1910 (coll. part.). Vue générale de la place de la gare avant guerre.

Date d'enquête 2018 ; Date(s) de rédaction 2019
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Girard Karine
Girard Karine

Chercheuse de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.