Dossier d’œuvre architecture IA80005426 | Réalisé par
  • patrimoine funéraire, le cimetière de la Madeleine
Monument sépulcral de Jules Verne
Œuvre repérée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois
  • Commune Amiens
  • Adresse rue Saint-Maurice , 211A plaine L Cimetière de la Madeleine
  • Cadastre non cadastré
  • Dénominations
    monument sépulcral
  • Appellations
    Jules Verne
  • Parties constituantes non étudiées
    clôture

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1905, par Michel Verne, ingénieur, domicilié à Toulon (83), 8 boulevard du Littoral.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Boulanger a construit le caveau en 1905.

Les cartes postales anciennes attribuent la conception du monument à l'architecte amiénois Edmond Douillet, qui travaille ici en collaboration avec le sculpteur Albert Roze.

Cette concession, jouxtant le second mur d'enceinte, est délimitée par une bordure en calcaire granuleux. Le sol est recouvert de dalles en calcaire. Elle contient un tombeau-monument composé d'une stèle architecturée en calcaire granuleux, agrémentée de pilastres soutenant un fronton triangulaire et d'une représentation figurée en ronde-bosse (étudiée).

Inscriptions :

Dates des décès : 1905 ; 1910.

Épitaphe : Jules VERNE / né à Nantes / le 28 février 1828 / décédé à Amiens / le 24 mars 1905.

  • Murs
    • calcaire
    • marbre
    • bronze
  • Typologies
    tombeau-monument
  • Techniques
    • sculpture
  • Précision représentations

    Les deux angles antérieurs du pourtour bas de clôture sont en forme de volutes ornées d'un décor végétal.

    Le fronton de la stèle, surmonté d'une croix en bronze, est sculpté d'une couronne de fleurs entrelacée de rubans, reposant sur une branche d'olivier et une branche de chêne et de laquelle s'échappe un phylactère muet. Elle est encadrée par deux lampes sépulcrales fumantes. La partie supérieure des pilastres est gravée d'une petite frise géométrique. La partie centrale de la stèle, sur laquelle est portée l'épitaphe de Jules Verne en lettres d'or, est agrémentée d'une palme entrelacée d'un phylactère muet et surmontée d'une étoile.

  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    classé MH, 1995/05/10
  • Référence MH

Cette concession, située en tête d'îlot, jouxte le second mur d'enceinte, auquel elle n'est pas adossée. Elle est délimitée par une bordure et contient un tombeau-monument composé d'une stèle architecturée en calcaire et d'un buste à mi-corps en marbre blanc, qui porte la signature du sculpteur amiénois Albert Roze ainsi que la date 1907. Ce monument, élevé à la mémoire de Jules Verne (1828-1905), a été réalisé en 1905 (date de l'inhumation de l'écrivain et de la construction du caveau), sur le plans de l'architecte amiénois Edmond Duthoit, et complété en 1907 par l'œuvre d'Albert Roze.

Documents d'archives

  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/9. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1905-1906).

Bibliographie

  • GILLMANN, Raymonde. La Madeleine à Amiens. Un jardin romantique. Amiens, [1986].

Date d'enquête 2006 ; Date(s) de rédaction 2006
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Ville d'Amiens
Articulation des dossiers
Fait partie de