Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne cité de la Compagnie des Chemins de fer du Nord, dite de la Canardière, à Glisy

Dossier IA80003416 réalisé en 2004

Fiche

Á rapprocher de

Cette petite cité de la Compagnie des Chemins de fer du Nord, dont A. Goisaud donne une intéressante description dans La Construction Moderne de 1926, est sans doute l'une des mieux conservées sur le site de Longueau malgré la disparition d'une des maisons à deux unités d'habitation. Construites en parpaings agglomérés de scories (machefer) masqués par un enduit et couvertes de tuiles mécaniques, les habitations ont été peu transformées.

Sa taille et sa disposition en font une cité pavillonnaire plus qu'une réelle cité jardin, comme le montre l'utilisation d'une voie existante et l'absence d'équipements. Elle est cependant caractéristique des réalisations de la Compagnie par sa proximité de la voie ferrée et des ateliers de Longueau, par une implantation du bâti en quinconce pour rompre la monotonie d'un alignement, enfin par son style pittoresque régionaliste, qui symbolise la réconciliation entre la ville industrielle et la campagne et l'attachement à la terre, après la première guerre mondiale.

AppellationsCompagnie des Chemins de fer du Nord
Parties constituantes non étudiéesmaison, buanderie
Dénominationscité
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois - Boves
AdresseCommune : Glisy
Lieu-dit : la Canardière
Adresse : rue des Fontaines-Bleues

Les matrices cadastrales conservées aux archives départementales mentionnent la construction de neuf maisons et trois abris, réalisée peu avant 1927 (date d'imposition) pour la compagnie des Chemins de fer. Une buanderie est construite deux ans plus tard.

Deux articles d'A. Goissaud (annexe 1), parus dans La Construction Moderne en 1926, font la promotion de la cité de la Canardière, d'une superficie de 2 hectares et 86 ares, qui comprend alors neuf maisons (17 logements de 4 pièces) de deux types, dont il donne des illustrations (doc. 1 à 4). Quatre des maisons ont été détruites durant la seconde guerre mondiale.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , (?)
Secondaire : 2e quart 20e siècle , (?)

La cité est actuellement formée de sept maisons à deux unités d'habitation implantées en quinconce et d'une maison individuelle.

Mursenduit
maçonnerie
Toittuile mécanique
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Typologieshabitat individuel ; maison à deux unités d'habitation ; maison élémentaire
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Descriptif de la Canardière (Antony Goissaud, La Construction Moderne, 1926)

    Cité de la Canardière

    « [...] la Cité de la Canardière qui a été réalisée aussi à Longueau à une faible distance de la première [comprend deux types de maisons].

    Nos lecteurs ont certainement remarqué que ces deux types de maisons se différencient nettement de celles de la cité du Château Tourtier qui ont été réalisées dans un véritable parc ombragé par de grands arbres.

    A la Canardière, les terrains sont plus grands pour chaque famille, plus nus et il n´y a qu´un ensemble de neuf maisons comprenant dix-sept logements de quatre pièces. C´est véritablement la campagne, il y a moins de coquetterie - c´est le terme exact - qu´au Château Tourtier. La Compagnie du Nord encourage beaucoup ses agents à la culture ; tous ces jeunes normands, picards, flamands, embauchés à l´atelier ou sur le rail, après la guerre, restent ainsi au contact de cette terre que leurs ancêtres ont cultivée, qu´eux-mêmes ont défendue, qu´ils retrouveront quand la retraite les fera retourner à leurs villages (sic) d´origine. Les maisons de cette cité sont donc réservées de préférence plutôt à ceux qui ont manifesté le désir d´avoir une plus grande surface à cultiver et surtout qui ont été reconnus comme possédant un attachement réel à la terre et aux cultures. C´est pourquoi ces maisons sont si différentes de celles du Château Tourtier. A « la Cité de la Canardière » les maisons sont en gros mouchetis jaune avec soubassement, perron, appuis et linteaux en ciment lissé, et couvertes en tuile mécanique. Leur composition architecturale, les grands toits, les souches hors-combles très originales, leur donnent cependant un effet également agréable. Ces habitations conviendraient fort bien à la campagne à des petits cultivateurs qui auraient un bâtiment annexe pour les animaux, le matériel et les récoltes. Au point de vue de la commodité, de la propreté, de l´hygiène il est indispensable comme on l´a reconnu dans la reconstruction des fermes et maisons de culture des régions libérées de séparer complètement l´habitation de la maison de culture et de ne plus aménager le tout dans un bâtiment unique, comme dans nos vieux villages d´autrefois.

    La Cité de la Canardière occupe une superficie de 2 hectares 86 ares ».

    GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité-jardin à Longueau. La Construction Moderne, n° 11, 12 décembre 1926, p. 120-121.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 379/6. Glisy. Matrices des propriétés bâties (1911).

Documents figurés
  • Cité-jardin de la Canardière. In : GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité jardin à Longueau. La construction Moderne, n° 7, 14 novembre 1926.

    pl. 27
  • Cité jardin de la Canardière. Type de maison de 2 logements à 4 pièces (pl. 28). In : GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité jardin à Longueau. La construction moderne, n° 11, 12 décembre 1926.

  • Cité jardin de la Canardière. Type de maison de 2 logements à 4 pièces (pl. 27). In : GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité jardin à Longueau. La construction moderne, n° 11, 12 décembre 1926.

  • Cité-jardin de la Canardière. In : GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité jardin à Longueau. La construction Moderne, n° 7, 14 novembre 1926.

    pl. 28
Bibliographie
  • GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité-jardin à Longueau. La Construction Moderne, n° 11, 12 décembre 1926.

    p. 120-121
  • GOISSAUD, Antony. L'oeuvre de la Compagnie du Nord. Une cité jardin à Longueau. La Construction moderne, n° 7, 14 novembre 1926.

    pl. 27 et 28
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.