Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Anciennes fermes puis hameau du Mayoc au Crotoy

Dossier IA80007797 réalisé en 2005

Fiche

Appellations Mayoc
Dénominations ferme, écart
Aire d'étude et canton Somme - Rue
Adresse Commune : Le Crotoy
Lieu-dit : Mayoc

« Maioch » apparaît dans les sources dès le 12e siècle (bulle du pape Alexandre III le juillet 1172).

Sur la carte de Cassini, vers 1756, deux routes prenaient alors naissance au Crotoy et contournaient le hameau de part et d´autre vers Rue (l´une d´elle, à l´ouest, passait par Saint-Firmin). Mayoc, d'après Fossier, serait un "dérivé probable de la celtique Maye", rivière qui traverse le territoire. Demangeon indique que « la Maye, en quittant la vallée où elle prend sa source, formait un lac duquel se détachait trois branches : la principale passait sous les murs de Rue et s´appelait Mayor (la Maye) ; elle se jetait ensuite dans la mer et s´appuyait sur le banc élevé du Crotoy (barre-mer) lequel, à son origine, formait à son abri un havre ou hoc (les celtes ont nommé hoc ou hogue un port, où les navires étaient à l´abri des coups de vents) qui prit le nom de Maye hoc : c'est-à-dire port de la Maye ».

La charte de commune a été donnée en 1209 par Guillaume, comte de Ponthieu, à la ville de Mayoc. Cet acte d´affranchissement indiquait : « les mayeurs, échevins et communautés du Crotoy furent fondés créés et ordonnés en la ville de Mayoc, comme chief principal d´icelle commune et de plus grand prééminence alors que la ville du Crotoy ».

Jusqu´au 18e siècle, la seigneurie appartenait pour partie à un seigneur laïc et pour autre partie, à l´abbaye de Saint-Riquier qu'elle tenait du roi, comte de Ponthieu (A. D. 80 : XXV H 33).

La réalité historique de ce hameau est bien attestée mais elle apparaît fort complexe puisque l´emplacement de la localité fait l´objet de confusions perpétuelles avec celui du Crotoy. Quelques millénaires avant notre ère, les premiers bancs de galets, libérés par les falaises vives et transportés par les courants, apparurent au nord de la baie de Somme. Ces cordons de galets, appelés foraines, formaient des îlots au-dessus des bas-champs. Ils constituèrent les premiers points d´ancrage du processus de sédimentation et c´est donc sur eux que prirent appui les premiers établissements humains. Demangeon indique qu´après la rupture du banc, les habitants, chassés par les eaux, réédifièrent leur maison, à l´ouest du territoire, vers le lieu de Mayoc. Après le déplacement du site, le lieu où vinrent se reconstruire des habitations conserva le nom de Mayoc ; l´autre partie qui formait une butte isolée ou un « crot » fut nommée Crotoy. Ce dernier nom semble n´avoir pris le dessus qu´à l´époque où il fut fortifié et augmenté d´un château important (sous le règne de Charlemagne) ; le nom de Mayoc aurait prévalu jusque là. Lefils indique que, après la confirmation de la charte en 1369 par Charles V au nom de Crotoy, il semble y avoir eu transfert de population de Mayoc au Crotoy où se trouvait le château et sa sécurité ainsi que les richesses venues de la mer.

Ravin indique la présence dès l´époque romaine d´une occupation humaine sur ce lieu stratégique situé à l´embouchure de la rivière de la Maye. Aucune fouille archéologique n´atteste pourtant ce fait. Il en est de même pour le monastère dont parle l´auteur. L´établissement religieux aurait, selon lui, était implanté à la place de « la dernière exploitation du hameau », probablement au nord mais nous ignorons son emplacement exact (l´auteur aurait consulté des titres de propriété désignant avec exactitude cet endroit). Un charnier y aurait été découvert, ainsi que quelques substructions.

D´après Lefils, « les abbés de Mayoc trouvaient, dans les alluvions qui se formaient devant leur monastère, le long du cours de la Mayette, le moyen de s´enrichir en arrachant ces terres neuves à la mer ». D´autres digues ont probablement été établies par les moines au Moyen Age. Ils défrichaient ces terrains afin de les mettre en culture, transformant ainsi les marais en terres cultivables.

Des aménagements se faisaient encore à Mayoc au 14e siècle, ce qui prouve encore l´intérêt que les seigneurs lui portaient à cette époque (construction de fossés par le maïeur de Rue en 1340 afin de s´opposer aux ennemis de l´Etat, Dom Grenier, 149/270). D´après le cadastre napoléonien de 1828 (section A2), le bâti, relativement lâche, était distribué de part et d´autre de la voie de communication, qui relie toujours Saint-Firmin au Crotoy en passant par Mayoc. « Mayocq » était alors composé de deux fermes isolées sur la route (rue Mayocq), à l´ouest de celle-ci. Sur la section D2, à l´est, deux autres fermes composaient le hameau. Ce dernier était donc totalement voué à l´agriculture, puisqu´il n´était composé que d´exploitations agricoles.

Période(s) Principale : Haut Moyen Age, 18e siècle , (détruit)
Principale : 19e siècle, 20e siècle

Situé sur la rivière d´Authie, le hameau est implanté sur le banc de galets qui s´étendait autrefois du Crotoy jusqu´à Rue. Long de 3600 mètres (1500 mètres de plus à l´époque romaine), il culmine à une altitude de sept mètres au-dessus du niveau de la mer au vieux Mayoc. Au pied de ce hameau, coule un ruisseau (appelé la Mayette ou Génezelle) qui prend naissance dans le marais non loin de Rue et qui se rend au Crotoy.

La culture des terres et l´exploitation des pâturages dominent dans le hameau, ceinturé de pâtures et de champs. Le bâti y est relativement lâche. Il se concentre essentiellement à l´ouest de la voie de circulation qui traverse Mayoc de part en part. Il s´agit essentiellement de fermes de dimensions relativement imposantes, dont l´extension est liée à la richesse du sol.

Les bâtiments, datant pour la plupart du début du 19e siècle, sont relativement bien conservés, dans leur disposition et leur distribution intérieure.

L´utilisation du galet prédomine en raison de la proximité des gisements.

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte du territoire en 1744, encre et lavis sur papier, 1744 (AD Somme : 1 Fi 376).

  • Carte de la Somme, encre de chine sur papier, par Cassini, vers 1756.

  • Le Crotoy. Plan par masses de culture, d'après Cardinet (géomètre), 1805 (AD Somme ; 3 P 922).

  • Plan du Marquenterre, de la Baie de Somme à la Baie d´Authie, 18e siècle, encre et lavis sur papier, 18e siècle (AD Somme : RL 343).

Bibliographie
  • BACQUET, Gérard. Le Ponthieu. Auxi-le-Château, Gérard Bacquet, 1992.

    p. 366
  • DEMANGEON, Albert. La Picardie et les régions voisines. Artois, Cambrésis, Beauvaisis. Paris, Guénégaud, 1905.

    p. 172
  • FOSSIER, Robert. Hommes et villages d'Occident au Moyen Age. Paris, Publications de la Sorbonne, 1992.

    p. 518
  • HENNOQUE, l'Abbé. Histoire de l'Abbaye et de la ville de Saint-Riquier. Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Documents inédits concernant la Province. Tomes IX, X, XI. Tome I, 1880, Tome II, 1883, Tome III, 1888, (tome III).

    p. 341-345
  • LEFILS, Florentin. Histoire de la ville du Crotoy et de son château. Paris : Le Livre d´Histoire, 1996. Réimpression de l'édition originale publiée à Abbeville : Housse, 1860.

    p. 22-35
  • PRAROND, Ernest. Histoire de cinq villes et de 300 villages, hameaux ou fermes. Saint-Riquier et les cantons voisins. Paris, Abbeville, Dumoulin, Grave, Prévost, 1867, tome 1.

    p. 209-215
  • PRAROND, Ernest. Le Marquenterre. Rue, Le Crotoy, Quend, etc. Les seize communes du canton de Rue. Abbeville, Imp. Lafosse et Cie, 1905.

    p. 145-147, 209-214
  • RAVIN, F-P. Notice sur l'ancienne abbaye de Mayoc près du Crotoy. Mémoire de la Société d´Emulation d´Abbeville. Abbeville : Jeunet, 1836-1837.

    p. 207-213
  • RAVIN, F-P. Mémoire sur les établissements romains de l´embouchure de la Somme, à Saint-Valery et au Crotoy. Mémoire de la Société d´Emulation d´Abbeville. Abbeville, Jeunet, 1844-1848.

    p. 249-250
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Guérin Inès