Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle du cimetière de la Madeleine

Dossier IA80003709 réalisé en 2005

Fiche

Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : Cimetière de la Madeleine
Cadastre : 1813 F 188 ; 2003 IZ 37, 39

Sources :

Les débats du conseil des Bâtiments civils (AN) font état de plusieurs projets d'aménagement, d'un calvaire, d'une chapelle sépulcrale, d'un logement de desservant et de fossoyeur dans un bâtiment, présenté par l'architecte Cheussey, en novembre 1817 et en janvier 1818. Ils seront ajournés, contrairement au désir de la ville. Le projet de 1817 doit permettre de donner plus de discrétion à la décoration, de supprimer les deux sarcophages placés dans le renfoncement semi-circulaire qui sert d'entrée au logement du fossoyeur, de faire de cette sorte de porche, l'entrée de la chapelle. "Les ornements sévères et tristes contrastent trop avec l'habitation où le rez-de-chaussée et l'entresol est pour les vivants et la décoration que pour les morts." Il décide le renvoi du projet, dont "l´indiscrétion compromettrait les intérêts de la ville".

Un troisième projet (adopté) est soumis en juin 1818, consistant en l'aménagement d'une chapelle, d'un logement pour le desservant et de deux autres plus petits pour un fossoyeur et un surveillant. Le conseil juge le décor proposé par l'architecte communal, "indécent dans ce lieu" ; l'architecte est engagé à supprimer le grand porche en hémicycle.

Les documents conservés aux archives départementales indiquent qu'un dépositoire est établi sous la chapelle, en 1852. Des travaux y sont réalisés en 1866 par l'entrepreneur Florent Corroyer, sous la direction de l'architecte communal Leullier. Il sera agrandi en 1887 par Sauval, maçon à Ailly-sur-Somme. La porte de la chapelle est élargie en 1861.

Les sources conservées aux archives nationales signalent l'attribution, en 1851, d'une copie du Christ au tombeau, exécutée par le peintre d'origine amiénois Jules Joly, d'après Titien. La commande est faite à l'artiste en 1850. Le tableau ne sera pas placé au-dessus de l'autel de la chapelle, en raison de ses dimensions.

Travaux historiques :

Selon Stéphane Comte (1847), le cimetière de la Madeleine est aménagé dans l'enclos de l'ancienne maladrerie, devenue propriété de la ville en 1675. La léproserie fondée au 13e siècle est affectée à l'accueil des pestiférés en 1665, date de l'aménagement de canaux et de la construction d'un bâtiment réalisé sur les plans de l´architecte feuillant frère Denis et orné de sculptures de Jean d'Arras. En 1785, le vaste enclos est fermé de murs et contient une grange en maçonnerie, couverte de tuile et d'ardoise, de 132 pieds de long et 30 pieds de large.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates 1818, daté par source
1852, daté par source
1887, daté par source
Auteur(s) Auteur : Leullier Louis Bernard Honoré,
Louis Bernard Honoré Leullier

Architecte.

1905 : architecte communal, domicilié rue Gaultier-de-Rumilly.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source
Auteur : Corroyer Florent,
Florent Corroyer (1813 - 1875)

Entrepreneur de bâtiment.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Sauval Alfred,
Alfred Sauval

Entrepreneur établi à Amiens. 8 rue Robert-de-Luzarches.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Cheussey François Auguste,
François Auguste Cheussey (1781 - 1857)

Architecte de la ville d'Amiens. Nomination provisoire le 26 août 1814. Nomination définitive le 8 septembre 1815, puis le 26 avril 1820.

Architecte du Département. Nomination 20 avril 1816, puis le 19 avril 1820.

Rapporteur au conseil des Bâtiments civils en 1819.

Fin d'activité le 1er août 1848.

http://viaf.org/viaf/95890648.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source

L'édifice de plan allongé, à corps central légèrement saillant, est construit en briques masquées par un enduit et couvert d'ardoises. Le corps central est surmonté d'un clocheton. La partie est, à usage de logement, se signale par la présence de plusieurs cheminées.

Nombreux remaniements des ouvertures, principalement en façade nord.

Murs brique enduit
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH partiellement, 1986/06/25
classé MH, 1995/05/10

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F ; F/21/0422. Dossier 14 [départements].

  • AN. Série F ; F/21/0037. Dossier 58 [artistes].

Documents figurés
  • Amiens. Plan cadastral. Section G, dite de Saint-Maurice, dessin, Grevin géomètre, 1813 (AD Somme ; 3 P 1162).

  • Amiens (Somme). Construction d'une chapelle dans le cimetière de la Madeleine. Plan, élévation et coupe, dessin sur calque, juin 1818. (AN F/21/1905/3573).

  • Plan du cimetière général de la Maladrerie, dessin par Cheussey architecte communal, 1828 (BM Amiens ; PA 65).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.