Dossier IA00076548 | Réalisé par
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Dufournier Benoît (Enquêteur)
Dufournier Benoît

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Cité ouvrière Saint Frères à Flixecourt, dite cité Saint-Guillaume
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
  • Commune Flixecourt
  • Adresse 1 à 40 rue Léon-Henocque
  • Cadastre 2012 AK 249 à 278, 281 à 289, 365 à 368
  • Dénominations
    cité ouvrière
  • Appellations
    Saint Frères, cité Saint-Guillaume
  • Parties constituantes non étudiées
    maison, cour, jardin potager

Les sources conservées aux archives départementales (série P) indiquent que les maisons, déclarées par les Saint Frères, sont imposées comme constructions neuves en 1895 (numéros pairs) et 1896 (numéros impairs). Le recensement de population de 1909 indique que les 40 maisons de la cité Saint-Guillaume sont habitées par les familles d'ouvriers et d'employés des usines Saint Frères. A cette date, la cité compte 189 habitants. On peut en attribuer la conception à Abel Caron, ingénieur de l'entreprise Saint Frères.

La cité Saint-Guillaume est composée de quarante logements implantés sur rue, de part et d'autre d'une voie initialement en impasse.

Les logements sont réunis par blocs de dix et séparés par une venelle qui permet de desservir l'arrière des parcelles et les remises de jardinage qui en dépendent.

Ils sont construits en briques et couverts d'un toit en tuiles flamandes mécaniques, à longs pans et pignons découverts, et comptent un étage de comble.

Modifications observées : l'étage de comble est éclairé sur rue par une lucarne de toit, qui a parfois été remplacée par une lucarne rampante plus large.

  • Murs
    • brique
  • Toits
    tuile flamande mécanique
  • Étages
    étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon découvert
  • Typologies
    logement individuel ; desserte en impasse
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Construite vers 1892 et 1893, la cité Saint-Guillaume est l'une des premières cités construites à Flixecourt, à l'initiative de l'entreprise Saint Frères. Les parentés avec les autres cités ouvrières, construites vers 1885-1890 par Abel Caron, ingénieur en charge des constructions de l'entreprise Saint Frères, permettent de lui en attribuer la conception.

Composée de quarante logements, elle se distingue de la plupart des cités Saint Frères par une implantation de part et d'autre d'une voie initialement en impasse et non sur un seul côté de la voie, comme c'est le cas de plusieurs cités saint Frères, de Flixecourt, de Saint-Ouen ou de L'Etoile, par exemple.

Ce dossier de repérage du patrimoine industriel établi en 1991 a été mis à jour et enrichi en 2009 et 2013 dans le cadre de l'inventaire topographique du Val-de-Nièvre.

Documents d'archives

  • AD Somme. Série P ; 3 P 318/10. Flixecourt. Matrice des propriétés bâties, 1911.

Documents figurés

  • Projet d'adduction d'eau de la cité Guillaume. Saint Frères, tirage au bleu, 1/1250e, 1907 (AD Somme ; 99 O 1708).

Date d'enquête 1991 ; Dernière mise à jour en 2013
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Dufournier Benoît
Dufournier Benoît

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.