Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité ouvrière Saint Frères à Saint-Ouen, dite cité Saint-André

Dossier IA80009818 inclus dans L'ensemble industriel textile Saint Frères réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Cité Saint-André
Parties constituantes non étudiées maison, remise, jardin potager
Dénominations cité ouvrière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : Saint-Ouen
Lieu-dit : la Rigole
Adresse : rue Pasteur , rue Docteur-Jean-Martin , ancienne rue Saint-Jacques
Cadastre : 1832 A 137, 139 à 141, 143, 159 ; 1984 AC

Les matrices cadastrales conservées aux archives départementales (série P) signalent la construction de 89 maisons, déclarées comme constructions neuves par l'entreprise Saint Frères. Un premier groupe de 42 maisons est imposé en 1909, suivi d'un deuxième groupe de 30 maisons, en 1910, et d'un troisième groupe de 17 maisons, en 1911.

Le recensement de population de 1911 signale la présence de 88 maisons pour 474 habitants.

Cet ensemble est complété par 8 maisons, imposées en 1920, et 10 maisons signalées oubliées, ce qui donnerait un total de 107 maisons pour la cité Saint-André.

Entre les deux guerres, la cité est agrandie à l'ouest d'un groupe de 20 maisons, qui se distingue par l'emploi du style régionaliste et dont la construction est attribuée à des maçons italiens.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Saint Frères, commanditaire, attribution par source

La cité, qui comprend actuellement 121 logements, est desservie par plusieurs voies parallèles en impasse. Les logements sont construits par blocs de 10 à 14, séparés par des sentes qui permettent d'accéder directement aux jardins en fond de parcelle. Chaque logement dispose d'une petite cour et d'une remise à l'arrière et d'un jardin en fond de parcelle. Certains jardins sont séparés du logement par une desserte.

Les logements des rues Pasteur et Docteur-Jules-Martin, à étage de comble, sont construits en briques et couverts de tuiles. Un des logements (81 rue Docteur-Jules-Martin) compte un étage carré et présente une façade principale à trois travées.

Les logements de la rue Docteur-Jules-Martin prolongée, dits cité des Italiens, à étage de comble, sont construits en briques masquées par un enduit et couverts de tuiles. Les façades présentent un décor de faux pan de bois en ciment.

Murs brique
brique enduit
faux pan de bois
Toit tuile mécanique
Étages étage de comble, 1 étage carré
Typologies logement individuel, implantation en rangée, desserte en impasse

La cité ouvrière Saint-André, construite à proximité de l'usine Saint Frères dans le prolongement de la cité de contremaîtres, est l'une des plus importantes de la vallée de la Nièvre.

Les premières maisons, desservies par des voies en impasse (actuelles rue Pasteur et Docteur-Jules-Martin), sont constuites de 1906 à 1908, comme le confirme le recensement de population de 1911, qui y signale 88 maisons et 475 habitants. La cité comprend également une maison de contremaître, reconnaissable à son étage carré.

Après la Première Guerre mondiale, la cité est agrandie de vingt logements desservis par la rue Docteur-jules-Martin prolongée. La construction de ces logements, qui se distinguent par leur style régionaliste inhabituel dans les cités Saint Frères, est attribués à des maçons italiens, qui lui auraient valu le nom de cité des Italiens.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/4. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties et non bâties.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/10. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/9. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties.

Documents figurés
  • Saint-Ouen (Somme). Rue Brunehaut, carte postale, Photo Damervalle, vers 1920 (coll. part.).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Fournier Bertrand