Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale et ancien cimetière Saint-Honoré de Cagny

Dossier IA80002518 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

L'église de Cagny, dont le dictionnaire historique et archéologique de Picardie date la reconstruction de 1614, s'inscrit par son implantation dans le corpus des chapelles castrales, comme Saveuse et Bertangles. Ici cependant, l'emplacement de l'ancien château suggère une relation plus lâche, qu'on peut comparer à Allonville, avec la création d'une voie de circulation entre le château et l'église.

Le dessin qu'en donne le cadastre napoléonien laisse supposer que la reconstruction, au début du 17e siècle, ne touchait que le choeur de l'église qui conservait une nef plus ancienne. C'est cette nef, en mauvais état, qui est reconstruite en 1868 (date portée), sur les plans de l´architecte Henry Antoine (1820-1900). Des colonnes de fonte à chapiteau ouvragés, séparant la nef des bas-côtés, ont été réalisées par le fondeur amiénois Morvillez. Les baies du choeur ont été élargies. Le tout s'accompagne de la commande d'un nouveau mobilier.

L'église présente aujourd'hui un aspect hétérogène accentué par la polychromie des matériaux.

Le cimetière qui entourait l'église et dont témoignent les épitaphes conservées dans le mur, a été déplacé au milieu du 19e siècle.

Vocables Saint-Honoré
Parties constituantes non étudiées presbytère, grotte de Lourdes, monument aux morts
Dénominations église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Cagny

Documents figurés : Le cadastre napoléonien (doc. 1) figure un édifice orienté de plan allongé à chevet polygonal. Des contreforts sont visibles autour du chœur, ainsi que contre le mur occidental de la nef, légèrement plus étroite. Le cimetière s'étend autour de l'église qui fait face au château de Cagny. La carte postale du début du 20e siècle (BM Abbeville) montre que le cimetière est toujours délimité par un mur qui le sépare de la place publique. Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent que l'agrandissement de l'église, qui sert aux habitants de Cagny et de Boutillerie, est projeté en 1850 par le baron de Latapie. Le premier projet de restauration et d'agrandissement, réalisé par l'architecte Henry Antoine, en 1864, est rejeté au motif que la nef, plus haute que le chœur, pose des problèmes esthétiques et structurels. En 1865, l'architecte E. Viollet-le-Duc donne cependant un avis favorable au projet d'extension, préconisant de conserver le chœur de l'ancienne église, "résultat défectueux peut-être, sous le rapport artistique et monumental, mais, en définitive, suffisant pour les besoins du culte". Après la délibération du conseil municipal du 3 septembre 1865, qui donne une description de l´ancienne église (annexe), de nouveaux devis sont réalisés en 1866 et de nouveaux plans sont dessinés par l'architecte, en 1867. Travaux historiques : Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909), l'église de Cagny, bâtie en 1614, est partiellement reconstruite en 1869.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle, 3e quart 19e siècle
Dates 1614, daté par travaux historiques
1868, porte la date
Auteur(s) Auteur : Morvillez Oscar,
Oscar Morvillez (1848 - )

Fondeur établi chaussée Périgord à Amiens (recensement de population de 1911).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, attribution par source
Auteur : Antoine Louis Henry,
Louis Henry Antoine (1820 - 1900)

Architecte, président de la société régionale des architectes du nord de la France, président d'honneur de la société des Antiquaires de Picardie, membre du conseil départemental des constructions et bâtiments publics.

Arrive à Amiens en 1846 pour construire la gare.

Architecte de la ville jusqu'en 1856 (démission).

Architecte de l'arrondissement de Doullens (Somme).

Père de Georges Antoine et d'Antoine Joseph. Grand-père d'Henry.

1862 : domicilié 21 rue des Saintes-Maries (annuaire).

1881 : domicilié 10 rue des Saintes-Maries à Amiens avec son fils Joseph (19 ans) élève architecte.

chevalier de la légion d'honneur, capitaine commandant honoraire de la compagnie des sapeurs-pompiers, membre du conseil municipal,

Voir le site http://www.purl.org/inha/agorha/002/75226.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L´église orientée occupe une parcelle d´angle, au nord de la place du village. De plan allongé à chevet polygonal, elle est construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, à l'est, et en briques, à l'ouest. La partie occidentale (en briques) plus large, se signale également par une inclinaison différente de la toiture. Le clocher s´élève au bas de la nef, en retrait du pignon découvert orné d´une rose et d´une porte de style néogothique, en calcaire, avec une date gravée : 1868 (fig. 4). L´église dispose de deux accès, l´un principal à l´ouest, le second au bas de la nef (mur sud). Remaniements : reprise des contreforts en briques au sud du choeur ; baie axiale murée conservant des traces de remplage. Mobilier funéraire : Traces d´épitaphes sur les murs extérieurs du choeur. Monument aux morts : 4e DIC 1940 et 7e DIC 1940 (fig. 10). Grotte artificielle à l'est de l'église (fig. 5). L´articulation de l´espace intérieur s´appuie sur les deux campagnes de construction de l´église. La partie ancienne, consolidée par des tirants métalliques, forme le choeur. Des blochets sont visibles au nord et au sud. Les baies ont été restaurées, et partiellement murées (au nord) pour permettre l´adjonction de la sacristie, à laquelle on accède par une porte ménagée dans le lambris. Le sanctuaire est matérialisé par un emmarchement, comme les chapelles des bas-côtés. Les bas-côtés de la nef (partie occidentale en brique) sont séparés par des arcs brisés reposant sur des colonnes en fonte, portant la marque du fondeur amiénois Morvillez. La tribune repose également sur des colonnes en fonte. Des lambris d´appui habillent les murs, moins hauts et plus simples dans les bas-côtés ; sur les murs, il subsiste par endroit des traces d´enduit d´imitation simulant la pierre de taille. La chapelle des fonts, en saillie, occupe l´angle nord-ouest de l'église.

Murs calcaire
brique
pierre de taille
Toit ardoise
Typologies style néogothique, mutation, cimetière d'enclos paroissial (churchyard)
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Extrait des délibérations du conseil municipal de Cagny. Séance du 3 septembre 1865 (AD Somme ; 99 O 983)

    « Tout le monde connaît le triste état dans lequel se trouve l´église de Cagny. Le pignon de la façade et les murs de la nef, au nord, sont lézardés, hors de leur aplomb et menacent ruine. Les contreforts extérieurs ont besoin de réparations ou d´être reconstruits. De plus grandes ouvertures sont nécessaires à la nef, pour avoir du jour et de l´air. La sacristie tombe de vétusté et il n´existe point de fonts baptismaux. Le chœur, en meilleur état, a besoin d´être mieux aéré. Le mobilier est usé et demande à être en partie remplacé. La décoration intérieure a besoin d´être renouvelée, et l´espace est d´ailleurs insuffisant pour contenir la population réunie de Cagny et de Boutillerie.

    Dans cette situation, il s´agit d´examiner ce qui serait préférable, ou de construire une église neuve ou de restaurer celle existante. Si l´on ne consultait que le vœu des habitants de la paroisse, la reconstruction de l´église conviendrait beaucoup mieux, mais ce désir vient se heurter, comme tant d´autres, contre le manque de ressources nécessaires à sa réalisation. De l´avis de plusieurs architectes consultés à ce sujet, vu le prix élevé de la main d´œuvre et des matériaux, une église neuve réunissant les conditions de solidité de capacité et de dignité, ne coûterait pas moins de cinquante mille francs.

    Il est vrai que selon les dispositions de l´art. 4 de la loi du 14 février 1810, la ville d´Amiens doit concourir à la dépense proportionnellement aux contributions foncière et mobilière de la section de Boutillerie réunie à Cagny pour le culte.

    [...] j´ai prié M. Antoine, architecte à Amiens, désigné officiellement par M. le préfet, de vouloir bien examiner si l´église actuelle est susceptible d´être restaurée et agrandie de manière à satisfaire aux nécessités du culte. Après examen attentif de toutes les parties de l´édifice, M. Antoine répond affirmativement ; il a en conséquence rédigé un plan de restauration et un devis s´élevant à quinze mille francs ; d´après ces documents, le chœur, avec sa toiture, ainsi que la nef pourront être conservés, cette dernière toiture soutenue par des piliers et arcades en fer ; la sacristie et les contreforts extérieurs du chœur seront reconstruits ; la nef sera élargie de quatre mètres et permettra, avec la tribune, d´y placer 180 personnes de plus ; il existera une chapelle pour les fonts baptismaux à la place du magasin actuel des pompes qui sera reconstruit dans un autre endroit [...] ; les quatre fenêtres du chœur seront agrandies et restaurées, celles de la nef seront reconstruites dans de bonnes conditions de manière à donner à cette partie de l´édifice l´air et la lumière nécessaire ; le mobilier et la décoration seront renouvelés ; la charpente du clocher sera remaniée et rendue indépendante du pignon.

    [...]".

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 983. Cagny. Administration communale (avant 1869).

Documents figurés
  • Cagny. Plan cadastral, section A, 1811 (DGI).

  • Cagny. Restauration de l'église. Plan, dessin, Antoine architecte, 1864 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Elévation antérieure, dessin, Antoine architecte, 1864 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Coupe longitudinale, dessin, Antoine architecte, 1864 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Élévation latérale, dessin, Antoine architecte, 1867 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Elévation antérieure, dessin, Antoine architecte, 1867 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Plan, dessin, Antoine architecte, 1867 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Coupe longitudinale, dessin, Antoine architecte, 1867 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny. Restauration de l'église. Coupe transversale, dessin, Antoine architecte, 1867 (AD Somme ; 99 O 983).

  • Cagny, la place et l'église. Carte postale, L. Caron, phot. édit., début 20e siècle (BM Abbeville ; Am. O 37).

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 133-134
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 3-5

Liens web

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.